Home Politique Amerique États-Unis: Le sénateur Ted Cruz fait les frais de son soutien indéfectible à Donald Trump
Amerique - Politique - 2 semaines ago

États-Unis: Le sénateur Ted Cruz fait les frais de son soutien indéfectible à Donald Trump

Aux États-Unis, de plus en plus de voix demandent la révocation de ceux qui ont déclenché le déchaînement de violence au Capitole. Donald Trump est menacé de destitution depuis ce mardi, mais l’autre homme politique dans la ligne de mire est le sénateur du Texas, Ted Cruz, qui a mené la fronde de certains élus républicains refusant de certifier la victoire de Joe Biden.

Ted Cruz avait une brillante carrière devant lui. Il a étudié à Princeton et Harvard. En l’an 2000, à 29 ans, il s’est lancé en politique en tant que conseiller de la campagne de George Bush. Trois ans plus tard, Ted Cruz représentait le Texas devant la Cour suprême.

En 2012, il est élu sénateur du Texas. En 2016, il était un des candidats de la primaire républicaine pour la présidentielle. Le Texas a voté en masse pour lui, il y était 17 points devant Donald Trump. Il faut dire que ses positions très à droite et ses origines hispaniques attirent, même si son père vient de Cuba et non du Mexique.

Donald Trump a finalement été choisi candidat par le Parti républicain en 2016 et ce n’est qu’un mois avant l’élection présidentielle que Ted Cruz a finalement endossé sa candidature.

Les grandes entreprises ne veulent plus financer ses campagnes

Ted Cruz misait alors sur 2024, mais la mise à sac du Capitole fait l’effet d’un boomerang. Les élus démocrates du Texas et plusieurs républicains réclament sa révocation ; le journal de sa ville, le Houston Chronicle, lui demande de démissionner, suivis par les autres grands médias du Texas.

Aux États-Unis, pour faire campagne, il faut énormément d’argent. Or, le géant des télécommunications AT&T, les hôtels Marriott, mais aussi Amazon, AirBnB, ou les institutions financières comme JPMorgan Chase et American Express ont annoncé avoir arrêté de le financer. Les 146 autres élus du Congrès et du Sénat, qui sont désormais aussi exclus de financement pour l’avoir suivi et avoir voté contre la certification de la victoire de Joe Biden, vont sûrement lui en être reconnaissants.

Thomas Harms

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

France > Covid-19: L’enquête de la Cjr pourrait parasiter la présidentielle

Fait inédit pour la Cour de justice de la République (Cjr), les décisions de ses magistrat…