Europe LA UNE Politique panorama 1 mars 2020 (0) (492)

France > Réforme des retraites: Quand Édouard Philippe et Bruno Le Maire dénonçaient le principe du 49.3

Partager

On le sait : le troisième alinéa de l’article 49 de la Constitution est une arme à double tranchant… surtout couplée avec des images d’archives. Celles-ci rappellent en effet que le Premier ministre Edouard Philippe, qui a recouru au 49.3 samedi 29 février pour faire adopter sans vote le projet de réforme des retraites au Parlement, n’a pas toujours applaudi ses prédécesseurs lorsqu’ils le faisaient.

Le 5 juillet 2016, Manuel Valls annonce qu’il utilisera de nouveau l’article 49.3 pour faire adopter sans vote le projet de loi de réforme du Code du travail, face à l’opposition populaire et aux hésitations de l’Hémicycle. Le Premier ministre de François Hollande est coutumier du fait : il a déjà dégainé cet outil trois fois pour la Loi Macron en 2015, et le refera en tout trois autres fois pour cette Loi El Khomri, ou Loi Travail. Un passage en force qu’Edouard Philippe, alors député LR de Seine-Maritime, accueille… en se levant et en quittant l’Hémicycle, agitant les bras en signe d’indignation.

Sur Public Sénat dix jours plus tard, toujours au sujet de la Loi Travail, il dénonce le recours systématique du gouvernement au 49.3 : « Les députés ont été élus par le peuple et essaient de le représenter. [Le 49.3] ne leur permet même pas de discuter le texte », critique-t-il, avant de souligner :

« Le 49.3 n’a jamais été une arme destinée à museler l’opposition ! C’est une arme destinée à museler la majorité. C’est quand le gouvernement n’a pas de majorité à l’Assemblée, quand il n’est pas sûr de faire adopter un texte, qu’il l’utilise. »

Une analyse a posteriori non sans charge ironique, étant donné la confortable majorité dont jouit aujourd’hui La République en Marche dans l’Hémicycle (299 députés LREM et 46 MoDem, sur 577 députés)… Bien plus large que celle dont disposait le PS sous François Hollande.

“Ca sent la fin de règne”

Son camarade haut-normand sur les bancs des Républicains, Bruno Le Maire, ne sait pas encore qu’il deviendra son ministre de l’Economie et des finances. Le député de l’Eure intervient à la même période sur la chaîne d’information iTélé pour dire tout le mal qu’il pense de l’utilisation du 49.3 :

« Quand on est obligé, dans une majorité, d’utiliser un instrument aussi brutal pour un texte de loi aussi creux, ça sent la fin de règne ! » assène-t-il.

Une autre séquence mettant en scène Ségolène Royal est réapparue sur les réseaux sociaux. Interviewée en mai 2017 sur RTL, l’ancienne candidate à la présidentielle soutient alors Emmanuel Macron, tout juste arrivé à l’Elysée, et appelle à l’optimisme :

« Ce que je peux vous dire d’Emmanuel Macron, c’est qu’il n’a pas du tout l’intention de brutaliser les Français », assure l’ex-présidente de la région Poitou-Charentes et future ambassadrice aux pôles.

« Comme nous tous, il a été choqué par l’usage du 49.3 par le gouvernement précédent, donc ça ne sera pas sa méthode, je puis vous le dire. Il sait parfaitement, comme il l’a dit dans sa campagne et dans ses interventions, que la France a besoin d’apaisement, de rassemblement ».


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *