LA UNE Opinion Politique panorama 24 février 2020 (0) (360)

France#Cameroun: Le rapport maître-élève

Partager

Interpelé le 22 février 2020 à l’ouverture du Salon International de l’Agriculture de Paris par un activiste Camerounais de l’organisation dénommée « Brigade Anti-Sardinard », connu sous le nom de « Calibri Calibro », le Chef de l’Etat Français a notamment révélé que c’est lui qui a fait pression sur son homologue Camerounais , pour obtenir la libération de son principal opposant, Maurice Kamto et plusieurs de ses partisans le 05 octobre 2019, en conditionnant même par cette libération ,sa rencontre avec Paul Biya en marge du sommet de Lyon en France , consacré à la reconstitution du Fonds Mondial pour la lutte contre le Sida, le Paludisme et la Tuberculose des 09 et 10 octobre 2019.
Emmanuel Macron a aussi condamné des violations des droits de l’homme « inacceptables » au Cameroun, particulièrement dans les deux régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où sévit une grave crise sociopolitique et sécuritaire sans précédent depuis octobre 2016.
Dans un communiqué rendu public le 23 février 2020, le Ministre de la Communication Camerounais rejette ces accusations.
« Qu’il s’agisse de la lutte contre la secte Boko Haram, des dispositions pour minorer les répercussions au Cameroun de la crise en République Centrafricaine, ou de l’envoi dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest des forces camerounaises de défense et de sécurité ,la finalité est de préserver l’intégrité territoriale du Cameroun, la paix ainsi que la sécurité des personnes et des biens », souligne en substance Réné Emmanuel Sadi.
Il ajoute que les forces de défense et de sécurité accomplissent « les missions qui leur sont assignées sur tous les fronts et en particulier dans les régions anglophones, avec mesure, professionnalisme et dans le respect des droits humains. »
Sur la forme, il ya lieu de relever que même si la communication du Président Français semble avoir été faite de manière spontanée ou sur le feu de l’action ; en général, il doit avoir eu en amont une certaine préparation surtout lorsqu’il s’agit particulièrement de la prise de parole publique d’un Chef d’Etat sur des sujets aussi sensibles.
Par ailleurs, Emmanuel Macron a fait fi du langage diplomatique en s’exprimant sur le Cameroun et son homologue quasiment avec paternalisme voire condescendance en révélant au passage des secrets de conversations ou de négociations diplomatiques.
Cette façon de communiquer, a le mérite de conforter dans leurs positions, ceux qui ont toujours soutenu que le Cameroun demeure une néocolonie de la France en dépit de son indépendance proclamée le 01er janvier 1960.
Dans le fond, on peut imaginer que c’est l’actualité relative à la mort ou l’assassinat de plusieurs civils dont des femmes et des enfants pendant une opération de l’armée camerounaise le 15 janvier2020 à Ngarbuh, localité située dans l’Arrondissement de Ndu, Département du Donga Mantung , dans la région du Nord-Ouest , qui semble aussi avoir déterminé le Président Français.
Même si l’attitude et les propos d’Emmanuel Macron choquent, au regard du rapport de force en sa défaveur, le pouvoir de Yaoundé se garde officiellement de froisser le dirigeant de l’ancienne puissance tutélaire, et premier partenaire extérieur du Cameroun dans de nombreux domaines, sur qui il garde par ailleurs une grande influence comme dans la plupart des pays que la France a colonisé en Afrique noire.
C’est notamment pourquoi le gouvernement Camerounais par prudence, dans sa communication a choisi de répondre à l’activiste Calibri Calibro plutôt que directement au Président Français, même si entre les lignes, on peut déceler que la communication gouvernementale est en réalité destinée à Emmanuel Macron et à l’opinion nationale et surtout internationale.
Le pouvoir qui sur le coup fait preuve de lucidité et loin de la gesticulation verbale ou épistolaire qui lui aurait été sans doute contre-productif, est surtout conscient au regard du faible poids du Cameroun sur la scène internationale qu’en état actuel des choses, l’extérieur a des outils pour pouvoir influencer l’évolution de la situation politique intérieure de plusieurs manières.
Cependant et en attendant l’issue de la conversation téléphonique que le Chef de l’Etat Français aura avec son homologue Camerounais cette semaine, reste à savoir d’une part, si le drame de Ngarbuh et la récente sortie de Macron vont changer la perception de Paris concernant les mesures prises par le gouvernement pour solutionner la crise anglophone ; ou d’autre part, si la France restera sur sa position actuelle.
Au regard de la forte influence dont elle jouit au près de Paul Biya et du Cameroun, le comportement de la France vis-à-vis de la crise anglophone est aussi scruté par ses partenaires internationaux.
Mais globalement le gouvernement Camerounais l’admet, l’activisme de certains nationaux sur la scène internationale au sujet des problèmes politiques intérieurs, est nocif pour l’image du pays.

Eric Boniface Tchouakeu, Journaliste Éditorialiste, Conseiller éditorial de panorama papers.

Ce qui démontre l’absence d’un vrai dialogue à l’interne entre les différents protagonistes.
Il est donc important que des Camerounais de divers bords politiques discutent de manière franche entre eux pour parvenir à un consensus relatif à la conduite des affaires du pays.
L’unité des Camerounais parlant d’une même voix sur de nombreuses questions constitue le premier rempart contre les pressions et les ingérences extérieures dans les affaires du pays.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *