Afrique LA UNE Société panorama 25 avril 2020 (0) (670)

Gabon > Pour non respect du confinement: 15 couples fouettés par des militaires dans un motel

Partager

Les faits se sont déroulés dans un motel bien connu du quartier Ozangué dans le 5ème arrondissement de Libreville. Selon le récit d’un homme qui a subi cette bastonnade, les militaires ont fait irruption dans le motel où plusieurs amoureux s’y sont, discrètement, introduits pour partager des moments de plaisir. Agissant au nom de la loi, les militaires, sous la menace des armes, ont sommé tous les occupants de sortir des chambres. 15 couples sont sortis manu militari des chambres, les uns en sueur, les autres en tenue de chambre. Après avoir rassemblé tout le monde à la réception, les militaires, très menaçants, ont fait deux propositions curieuses à ces adeptes de cupidon.

Première proposition : chaque homme devait appeler sa femme pour venir le récupérer. Les femmes aussi devaient appeler un mari ou un frère venir les sortir du bourbier.
Seconde proposition : accepter 20 coups de fouet pour chaque homme et 10 coups de fouet pour chaque femme.
Dans le lot de 15 couples pris en flagrant délit de violation des mesures de confinement, plus de la moitié d’hommes portait une alliance de mariage.
Silence total. Tout le monde s’est regardé. Finalement, le choix a été clair. Les 15 couples ont, unanimement, choisi d’être fouettés.
Comme sur un champ de bataille, le chef du peloton a ordonné l’ouverture du « feu ». Les militaires, dans la brutalité qui est leur marque déposée, se sont donnés à cœur joie. Le motel où ils sont venus soulager leur libido n’était plus une partie de plaisir mais de supplice.
Un des hommes par amour pour sa petite, a prié le fouetteur de lui appliquer également les 10 coups prévus pour sa dulcinée. Se sentant défié, le militaire a durci la frappe. Au bout de 5 premiers coups de fouets, le monsieur a commencé à hurler et à pleurer.« Supporte chérie, je suis là », consolait la petite. La frappe étant tellement pénible et violente que le jeune téméraire a ordonné à son supplicier de terminer le reste sur la demoiselle.
Le gérant du Motel aurait été conduit à un commissariat.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *