Afrique LA UNE Politique panorama 19 août 2020 (0) (147)

Mali > Le Président aux arrêts: Les militaires portés en triomphe

Partager

Mardi, 18 août 2020, l’Armée malienne a arrêté le président de la République et son Premier ministre pour les conduire à Kati, la ville garnison à une quinzaine de Km de Bamako.

La situation est restée confuse jusqu’au moment où nous mettions sous presse, c’était confirmé qu’Ibrahim Boubakar Keita était entre les mains des putschistes. On apprenait aussi que ce dernier en captivité était en bonne santé ainsi que ses collaborateurs. Les sources concordantes de la presse internationale indiquaient aussi que les mutins se sont introduits dans les locaux présidentiels sans aucune résistance de la garde présidentielle.

Tout s’est passé exactement comme si tout avait été préparé à l’avance. Il a été arrêté alors qu’il était en concertation avec son Premier ministre Boubou Cissé.
L’union africaine a condamné le putsch alors que la France qui soutient le Président déchu parle d’une tentative de coup d’Etat au Mali. On apprend de ce fait que Macron a appelé tour à tour les Présidents nigérian, sénégalais et ivoirien.

Un point qui sème le doute dans ce coup est que le responsable de ce passage en force pour s’emparer du pouvoir ne s’est pas encore manifesté, laissant une porte ouverte à toutes les interprétations. On peut penser que d’ici à demain, Paris va mettre en branle toute sa diplomatie et sa force pour tenter de basculer le rapport de force sur le terrain.
Le Mouvement du 5 juillet avait largement fragilisé le pouvoir d’Ibk. Il a fallu l’intervention de la Cedeao récemment pour sauver de justesse son trône menacé par la rue.

Ça y est, la mutinerie a pour l’instant gain de cause. La chute du Président, oui ! Mais what next? Le M5, le Mouvement du 5 juillet est sinistrement silencieux à ce sujet, comme si personne ne voulait se mettre au-devant de la scène pour prendre le pouvoir. En 2012, on se souvient que ce sont les sous-officiers qui se s’étaient emparés du pouvoir. Cette fois, il s’est agi des officiers qui sont à la manœuvre. Il sera difficile mais pas impossible qu’Ibk revienne au pouvoir. La principale leçon est l’échec retentissant de la Cedeao de sauver le pouvoir malien.

Léopold DASSI NDJIDJOU


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *