Afrique LA UNE Politique panorama 22 septembre 2020 (0) (232)

Cameroun > Manifestations pacifiques du Mrc : la révolution des abeilles a été étouffée depuis sa ruche à Yaoundé.

Partager

Aucune abeille n’a survolé le siège des institutions de la république. Maurice Kamto est toujours assigné à résidence alors que son porte-parole, Olivier Bibou Nissack, a été interpellé et conduit vers une destination inconnue, tout comme Alain Fogue et Albert Dzongang.

Même des hommes de médias en ont fait les frais, à l’instar de Lindovi Ndjio, journaliste à la Nouvelle expression, toujours entre les mailles de la police.

Récit d’une journée tourmentée

Jusqu’au moment où nous faisons le point de la journée des manifestions populaires pacifiques, le président national du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) n’a pu quitter sa résidence pour aller présider les manifestations, dont le point de chute, d’après le communiqué officiel, était la Poste centrale. Maurice Kamto reste, jusqu’à l’heure actuelle, recroquevillé dans sa résidence, laquelle est encerclée par des agents de maintien de l’ordre. Ulcéré, Robert Amsterdam, un des avocats de M. Kamto, dénonce sa séquestration et affirme:

La dictature de Biya est parfaitement consciente de sa propre illégitimité. Je ne vois d’autre explication à la raison pour laquelle les militaires ont stationné un char et visent avec leurs armes pour interdire Kamto de quitter son domicile”.

D’après des sources proches du Mrc, Olivier Bibou Nissack, le porte-parole du président national du parti est injoignable et introuvable. Le porte-voix de M. Kamto a été interpellé en fin de matinée à son domicile par des forces de l’ordre et conduit à la Délégation générale à la sûreté nationale(Dgsn). Il en est de même de Alain Fogue, interpellé très tôt ce matin. Allant, en compagnie de ses camarades militants, s’enquérir de la situation de son leader, dont le domicile a été encerclé par chars anti-émeutes, le Trésorier national du Mrc a été interpellé et conduit dans les geôles du Secrétariat d’État à la défense (Sed).

Quelques cadres du directoire, en charge de la mobilisation dans différents arrondissements du département du Mfoundi, ont tenté d’entamer les manifestations au niveau du marché Etoudi dans l’arrondissement de Yaoundé 1er, mais ils ont été, très vite, dispersés par des éléments de la police qui ont, par la même circonstance, détruit la cargaison de marchandises des agents commerciaux situés en bordure de la route et à l’intérieur du marché.

Des hommes de médias en ont fait aussi les frais. Lindovi Ndjio, chef desk société à la Nouvelle expression, après avoir été interpellé, en fin de matinée, a été auditionné et conduit au service des renseignements généraux, où son exploitation s’est poursuivie. Actuellement, L. Ndjio est libre après des multiples pressions faites par des journalistes et, a fortiori, le patron de son groupe de presse. Au moment du rassemblement des manifestants du Mrc au marché Etoudi, un cameraman de Équinoxe Tv a été happé par des éléments des forces de l’ordre.

Rodrigue Ngassi a été interpellé, violenté, déshabillé et conduit au commissariat central no1. C’est quelques heures après qu’il a été relaxé. Il en est de même de Polycarpe Essomba, correspondant de Rfi au Cameroun, qui a été, lui aussi,,arrêté, puis libéré en début de soirée. Couvert de blessures, R. Ngassi s’est rendu à un hôpital de la place. Question de subir les soins.

Serge Aimé Bikoi


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *