Home Politique Afrique Cameroun > Résistance: Maurice Kamto déterminé face au régime répressif de Yaoundé
Afrique - 4 décembre 2021

Cameroun > Résistance: Maurice Kamto déterminé face au régime répressif de Yaoundé

Le président national du Mouvement pour la renaissance du Cameroun(Mrc) était face à la presse cet après-midi(vendredi, 3 décembre 2021).

A cette occasion, trois moments ont ponctué son intervention. L’homme politique a, au départ, revisité l’ensemble des formes de persécutions dont ont toujours été victimes les cadres et militants du parti dont il tient les rênes. Maurice Kamto soutient que la répression sauvage dont il fait l’objet aujourd’hui date de 2012, année au cours de laquelle est né le Mrc.

Le leader national du Mrc a, au moins, relevé une dizaine d’actes barbares qu’ont subis ses cadres, les avocats du parti et des militants et sympathisants. Il a, par exemple, relaté comment Alain Fogué et cie avaient été molestés, en 2014, devant l’Assemblée nationale alors qu’ils sollicitaient la chambre basse pour poser le problème de la contestation du code électoral. Nayant pas rencontré leur assentiment, les autorités administratives et policières avaient diligenté leurs éléments pour opprimer A. Fogue, Roger Justin Noah, etc présents sur les lieux. Le Trésorier national du Mrc s’en est sorti avec une jambe brisée et des blessures graves.

Au-delà de cas singulier, M. Kamto a, dans la même veine, fait savoir que des avocats de son parti se sont vu retirer certains dossiers qui leur avaient été, dûment, confiés par certaines entreprises, administrations publiques et particuliers en raison de leur appartenance au Mrc. M. Kamto est donc parti de l’évocation de cette litanie de faits historiques traduisant l’embastillement, la répression et la persécution de ses cadres, militants et sympathisants pour montrer comment ce processus se reproduit, aujourd’hui, neuf ans après la naissance de sa formation politique.

Le leader national du Mrc explique que ce qu’il a vécu à Bafoussam venant du sous-préfet de Bafoussam 2 et ce qu’il va subi à Douala venant des instigateurs tels que Essogo, le délégué régional à la sûreté nationale participe de la continuité de l’autoritarisme du pouvoir de Yaoundé, dont les agents sur le terrain ne sont que des « matamores ». Des Tontons macoutes qui n’ont pour type idéal que de perpétuer la violence et la la barbarie. Histoire de pérenniser la terreur sur les populations déjà meutries par la précarité existentielle.
Entre autres paragraphes forts captés lors de cet échange public, figurent ceux-ci:

« À ceux qui disent que le MRC est mort, je les mets au defi et je mets au defi l´État du Cameroun. Qu´ils nous donnent la possibilité de tenir un seul meeting au Sud, à l´Est, à Bertoua etc. sans violence, ni, repression des populations, et vous verrez comment les populations vont m’accueillir. Vous verrez comment le MRC est présent partout. Je parle du Sud parce que certains disent que c´est le socle granitique de qui je ne sais ».

« Si le gré à gré se passe au Cameroun, ce sera avec la complicité de la communauté internationale. Nous devons compter sur nous. Même pour contrer ce qui est en train d’arriver, mobillisons nous tous ensemble pour faire barage! »

Serge Aimé Bikoi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Fête de la jeunesse: ce sera avec le défilé contrairement aux 2 dernières années.

L’annonce a été faite hier, 27 janvier 2022 au cours d’une conférence de presse conjointe,…