Home Non classé Cameroun > Assemblée nationale: Pour un taux de pénétration des assurances à la hausse
Non classé - 21 juin 2021

Cameroun > Assemblée nationale: Pour un taux de pénétration des assurances à la hausse

Tel est l’objectif du Réseau parlementaire pour la promotion des Assurances et des banques fixé au cours d’une réunion vendredi, avec le bureau de l’association des sociétés d’assurance.

” Le président de l’Association des assureurs a jugé utile qu’on peut faire une réunion de concertation. A l’issue de de cette réunion vont se dégager plusieurs autres problématiques que nous les parlementaires nous allons nous atteler à suivre cela auprès des membres du gouvernement “

Benilde Djeumeni

Il a tout autant relevé que l’absence de fond de garantie automobile est un véritable problème au Cameroun. Le pays est de ce fait une exception dans l’espace Cemac, ce qui à ses yeux est anormal.

« Nous pensons qu’à travers ces différentes rencontres les pouvoirs publics vont nous entendre et vont dès à présent signer ces textes de lois. Nous constatons qu’il y a d’autres problèmes notamment l’assurance des biens de l’Etat. Nous nous souvenons que l’Assemblée nationale avait eu un sinistre et c’était avec beaucoup de difficultés que cela a été pris en charge »,

a-t-il rappelé à la presse pour montrer l’importance pour l’Etat d’assurer son patrimoine immobilier.

A sa suite, Thierry Kepeden, le tout nouveau président de l’Association des sociétés d’assurance est allé dans le même sens en précisant que les assureurs sont venus à l’Assemblée pour échanger sur les enjeux futurs de l’assurance au Cameroun. Il a poursuivi en indiquant que les assureurs ont fait un constat simple.

« Le potentiel du marché de l’assurance au Cameroun existe et n’est pas optimisé puisqu’en fin 2020, il était de l’ordre de 210 milliards de chiffre d’affaires, alors qu’un pays qui a un pouvoir d’achat, une population et une classe moyenne comparables à celle du Cameroun, la Côte d’Ivoire en l’occurrence, fait un chiffre de 415 milliards de Fcfa dont presque le double »,

a-t-il explicité.

Explorer de nouvelles niches

 Pour atteindre les 415 milliards de chiffre d’affaire que brasse la Côte d’Ivoire dans le secteur des assurances, il est urgent de trouver de nouvelles niches. Pour ce faire, le député Sdf du Moungo estime qu’à partir de 2022, la loi de Finances doit être revue dans ce sens. Chaque ministère doit avoir un budget pour assurer ses biens.

Il avoue par ailleurs la détermination  de son Réseau parlementaire d’y veiller parce que les biens de l’Etat ne sont pas assurés jusqu’aujourd’hui. Le patron des assureurs quant à lui indique qu’ils ont exploré  un certain nombre de niches et parmi ces niches il y a

« l’optimisation des assurances obligatoires, la création des nouvelles assurances obligatoires, la création d’un cadre fiscal incitatif pour l’assurance vie ».

Youmo Koupit Adamou, le Secrétaire général du Réseau parlementaire pour la promotion des assurances et des banques a pour sa part indiqué que ce réseau créé en avril 2020 est un instrument qui permettra aux parlementaires de contribuer aux côtés des opérationnels et de l’Exécutif pour améliorer le rendement des assurances et des banques.

Léopold DASSI NDJIDJOU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Etats-unis > Soutien et de crédibilité: Biden reçoit l’opposante bélarusse Tikhanovskaïa

Joe Biden a reçu mercredi à la Maison Blanche l’opposante bélarusse en exil Svetlana…