Afrique Economie LA UNE panorama 3 juin 2020 (0) (181)

Cameroun > 1 an après l’incendie: La Sonara est-elle abandonnée à son propre sort?

Partager

250 milliards Fcfa. Voilà estimé le coût de réhabilitation et de modernisation de la Société nationale de raffinage du Cameroun. L’information a été révélée par le ministre de l’Eau et de l’énergie (Minee).

Gaston Eloundou Essomba s’est abondamment exprimé sur la question dans les colonnes du quotidien gouvernemental alors que la date du 1er juin 2020 rappelait qu’il y a un an jour pour jour, les unités de production de la Sonara arrêtaient de fonctionner suite à un incendie. Douze mois après, de l’eau a coulé sous le pont. En effet, au lendemain du sinistre le Minee a conduit une mission interministérielle sur le site pour évaluer l’impact de l’incendie et pour rassurer le personnel de ladite société. Ainsi, au regard des dégâts observés sur le site et de l’importance de cette structure dans l’économie du Cameroun, un processus de recrutement d’un cabinet d’expertise de renommée internationale a été lancé en vue d’accompagner le gouvernement dans le choix des options, assorties des coûts afférents au projet de réhabilitation et de modernisation pour une reprise d’activités rapide de la raffinerie.

A ce jour, renseigne Gaston Eloundou Essomba, « une étude sommaire nous a édifiés sur les différentes options de réhabilitation ainsi que sur le coût moyen des travaux qui se situeraient autour de 250 milliards Fcfa. Plusieurs entreprises ont déjà manifesté leur intérêt à conduire ces travaux. C’est à ce titre que les premières missions de diligence conduites par le Directeur général de la Sonara, ses collaborateurs et les équipes du Minee ont déjà visité les sites réhabilité ou en cours de réhabilitation des raffineries ayant été victimes des incidents similaires à celui du 31 mai 2019 à la Sonara ». Le ministre précise que le démarrage de ces travaux est tributaire de la disponibilité des financements. Et que « des négociations sont en cours avec plusieurs structures financières pour la mobilisation des ressources nécessaires ».

Entre temps, le marché, lui, a continué à être approvisionné. C’est en effet au lendemain de l’incendie du 31 mai 2019, que le Premier ministre a mis en place un Comité interministériel de veille à l’effet d’assurer l’approvisionnement du marché en produits finis. L’approvisionnement du marché s’est ainsi fait à travers les importations. Aussi, le Comité a-t-il attribué aux importateurs, des volumes de produits nécessaires pour couvrir les besoins du marché pour la période allant du 1er juin 2019 au 29 février 2020. Par ailleurs, dans le cadre dudit comité, le Minee a proposé un mécanisme d’approvisionnement pérenne du marché afin de minimiser les coûts et les manques à gagner éventuels qui exposeraient la trésorerie de l’Etat. Ledit mécanisme a consisté à sélectionner quatre traders pour une période donnée, qui auraient la charge de rendre disponible de grandes quantités de produits finis dans les eaux camerounaises afin de les vendre aux marketeurs importateurs avec un niveau de prime plus compétitif comme critère de sélection.

Notons dans la même veine qu’un appel d’offres international a été lancé le 23 décembre 2019 pour la sélection des Traders chargés d’assurer l’approvisionnement du pays au cours des mois de mars, avril et mai 2020. C’est ainsi que la société Sahara energy a été retenue comme trader principal avec des niveaux de primes de 30 dollars/tonnes métriques pour le Super, 45 dollars/Tm pour le Gasoil, 55 dollars/Tm pour le Jet A1. Les trois autres traders qui suivaient Sahara, à savoir Vitol S.A, Addax energy et Petra energy, ont également été retenus afin d’éviter tout risques de pénurie en cas de défaillance du premier, mais à la condition de s’arrimer au niveau des prix du principal adjudicataire. Dans le cadre du mécanisme mis en place, les premiers navires ont effectivement mouillé les eaux camerounaises le 17 mars 2020 et depuis lors, plusieurs autres navires sont arrivés.

Rostand Tchami


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *