Accueil PeopleAfrique Cameroun > 15 juillet 2021- 15 juillet 2022: L’an 1 de la commémoration du décès d’Erica Moulioum

Cameroun > 15 juillet 2021- 15 juillet 2022: L’an 1 de la commémoration du décès d’Erica Moulioum

Erica Moulioum avait rendu l'âme dans un accident de la route au carrefour Bessengue alors qu'elle se trouvait dans un véhicule conduit par l'artiste Ténor.

Par panorama
0 commentaire 257 vues

Par Serge Aimé Bikoi

La jeune fille de 19 ans s’apprêtait à fêter un an de plus au mois de décembre 2021, mais le destin en avait décidé autrement. La douleur de sa famille était si immense que son géniteur avait tôt fait de culpabiliser le chanteur camerounais. Exaspéré, le père d’Erica Moulioum avait martelé :”Comme il n’est pas mort, qu’il vienne doucement en pays bamoun doter ma fille”. Ce propos avait, naturellement, semé la controverse au sein de l’opinion publique. Les défenseurs et pourfendeurs du père de cette jeune fille morte de manière tragique s’étaient opposé sur les réseaux sociaux basculant parfois dans un délire d’invectives. Meurtri, le chef de famille Moulioum avait récupéré le corps de sa fille à Douala pour aller l’inhumer à Foumban, son village natal.

Le 30 juillet 2021, Ténor, qui était le principal concerné, avait été interpellé, inculpé pour “homicide involontaire” puis écroué à la prison centrale de Douala, où il avait passé deux mois. La date de l’arrestation du jeune rappeur camerounais était le premier épisode du téléfilm judiciaire, qui l’opposait à la famille Moulioum. Après la première audience, le 12 août 2021, la famille Moulioum n’a eu de cesse d’émettre des réserves relativement à la tournure des événements à la suite de la demande de liberté provisoire formulée par le conseil de Ténor. Le motif brandi était lié aux soins à administrer sur son bras fracturé lors de l’accident, lequel avait coûté la vie à E. Moulioum.

Le 6 septembre 2021, au cours de la prochaine audience, alors que Ténor acceptait de renoncer à sa présomption d’innocence, en plaidant coupable, le conseil de la famille avait sollicité une requalification des faits. Selon l’avocat qui avait plaidé pour cette cause, “l’homicide involontaire”, qui était le chef d’inculpation imputé à l’artiste, serait plutôt un meurtre parce que, arguait-il, “les indices sur les lieux de l’accident prouvent que Ténor est le responsable du décès d’Erica”. De facto, l’homme en robe noire avait jugé le juge correctionnel (Tribunal de première instance -Tpi-) incompétent pour trancher ce contentieux. Le Tribunal de grande instance (Tgi) était alors, avait-il conclu, plus indiqué. Toute chose qui avait pour but d’alourdir la peine à réserver à celui qui venait de leur offrir, sur un plateau en or, sa culpabilité. Venant à la rescousse de leur client, les avocats de Ténor vont s’insurger contre cette demande de production de pièces à conviction et de requalification des faits, car le dossier n’avait pas encore été examiné au fond. Mettant un terme à la passe d’arme verbale assortie de discordance entre les deux parties diamétralement opposées, le juge de céans renverra l’affaire au 13 septembre 2021. Question de statuer sur la demande de mise en liberté provisoire initiée par l’accusé. Mais avant le jour fixé, la famille Moulioum va introduire une requête exigeant que l’affaire soit retirée à ce juge auprès du Tribunal de première instance (Tpi) de Douala-Bonanjo. Elle se fonde, en réalité, sur un “soupçon de parti pris de la machine judiciaire visant l’artiste Ténor, la partie civile représentée par le père de la défunte, avait alors annoncé, lors d’une conférence de presse, l’intention de lever toutes les barrières qui les éloigneraient encore de la “justice” qu’elle recherche dans cette affaire”.

L’audience du 13 septembre 2021 sera de courte durée. A peine une dizaine de minutes. Puisque le juge désigné pour reprendre l’affaire doit prendre connaissance du dossier. Il programme alors la nouvelle audience le 20 septembre 2021. La procédure recommence et au moment de répondre des faits qui lui sont reprochés, Ténor saisit la balle au bond et revient sur sa décision initiale. C’est ainsi qu’il plaide non-coupable non sans requérir, à nouveau, la mise en liberté provisoire. Une doléance à laquelle va s’opposer le conseil de Moulioum, le 27 septembre 2021, jour de la décision concernant la demande. Le chanteur et son conseil ont donc profité des failles laissées par les ayant-droits d’Erica Moulioum dans la procédure pour obtenir la liberté provisoire grâce à la décision du Tpi de Douala-Bonanjo rendue le 27 septembre 2021. Après deux mois d’incarcération à la prison centrale de Douala, Thierry Mengoumou Ayia, plus connu sous le nom d’artiste Ténor, avait été libéré et avait recommencé à se pavaner pour aller prester dans plusieurs endroits. Quiconque l’avait aperçu lors de la cérémonie de remise des prix de Canal d’or. Le discours que ce jeune homme avait tenu cette nuit-là avait offusqué plus d’un.

En rappel, Ténor était poursuivi pour “homicide involontaire” d’Erica Moulioum, une jeune étudiante de 19 ans inscrite à l’Université Saint Jérôme de Douala. Après une soirée arrosée dans îlot de plaisir et de loisirs dans la nuit du 14 au 15 juillet 2021, l’artiste raccompagnait cette dernière quand ils ont eu un accident au lieu-dit Feu rouge Bessengue. Erica était morte sur le champ alors que Thierry s’en sortait avec une fracture du bras. La famille avait tout fait pour maintenir le chanteur camerounais en prison mais en vain! Depuis lors, elle continue de réclamer justice.

à Lire Aussi

Laisser un Commentaire

About Us

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes et de façon globale. Nous reprendrons également d’une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC

NOUS CONTACTER

Revue de presses

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie