Home Santé Afrique Cameroun > 19 de la journée de la médecine africaine: Le magnificat sous la présidence de Manaouda Malachie
Afrique - 1 septembre 2021

Cameroun > 19 de la journée de la médecine africaine: Le magnificat sous la présidence de Manaouda Malachie

La célébration de cette année, aidée par les avatars de la Covid-19, s’est transformée en une grande messe d’exaltation.

« La médecine traditionnelle toujours en avant! Jamais en arrière ! », tel est le slogan de la trentaine de médecins traditionnels repris à chaque fois en boucle. Tous les officiels sont unanimes qu’il faut sortir cette médecine de ses ornières. Il est temps de valoriser la médecine traditionnelle pour qu’elle occupe définitivement la place qui est la sienne pour guérir l’Afrique de ses maladies.

Cette urgence de recourir à la médecine africaine qui est plus large que le concept de médecine traditionnelle, selon l’assertion du colonel à la retraite, Weriwoh, est d’autant prégnante que le Covid-19 est venu étaler toutes les limites de la médecine conventionnelle ou médecine moderne. « La contribution potentielle de la médecine traditionnelle aux efforts de riposte à la Covid-19 », le thème opportunément retenu à l’occasion de la célébration de cette édition, en dit long sur les souhaits formulés par le ministre de la Santé publique. Il a de ce fait indiqué que la médecine africaine doit être une alternative à côté de celle qui est conventionnelle.

Au moment où les grandes firmes pharmaceutiques internationales viennent en Afrique à la recherche de nouveaux principes actifs, il est temps que des normes de plus en plus scientifiques en termes de composition, de posologie, de date de péremption et autres, soient actées. Le médicament de la médecine traditionnelle ou africaine, c’est selon, ne sera compétitif que s’il est passé par la Commission de validation et d’homologation du Minsanté.

C’est de rigueur car, pour l’instant, cette Commission a retenu quatre produits camerounais comme des adjuvants au traitement du Coronavirus. Il a de ce fait indiqué que lesdits produits ont été sélectionnés parmi 11 soumis à la validation. Manaoura Malachie est allé plus loin en recommandant aux médecins traditionnels de mettre de l’ordre dans leurs rangs.

Il n’est plus question que des charlatans qui émanent de leur milieu vendent des produits qui soignent cent maladies, toutes les maladies en somme. Le médicament traditionnel est avantageux, s’il respecte la démarche scientifique, parce qu’il coûte moins cher et donc plus accessible à la majorité des patients. Pour finir, le ministre a dit toute la disponibilité de son département à accompagner les médecins traditionnels pour qu’ils soient de plus en plus compétitifs et productifs. 

A la suite du ministre, le représentant du président de l’Assemblée nationale, va indiquer que la Chambre basse est pleinement impliquée dans la promotion de la médecine traditionnelle à travers le Réseau parlementaire pour la santé et la valorisation de la médecine traditionnelle. Il l’a annoncé devant le parterre des médecins traditionnels: l’engagement de la Chambre dans un plaidoyer tous azimuts en faveur de cette médecine. Il y a eu à cet effet à l’hémicycle à la session de mars, un séminaire pour proumouvoir le médecine traditionnelle.

Il est clair que l’Assemblée nationale a demandé au gouvernement de prendre des mesures adéquates pour que cet ordre de la médecine soit reconnu et pleinement  intégré dans ses droits. Le ministère de la Recherche scientifique et de l’innovation technologique, à travers son Secrétaire général va annoncer la mise à disposition de 5000 plantes de l’Arthemisia dans le but de trouver une réponse endogène à la pandémie Covid-19.

Le représentant de l »Organisation mondiale de la santé (Oms), dans cette messe d’exaltation de la médecine traditionnelle, va demander aux autorités camerounaises de mettre en place un plan national stratégique pour le développement de cette médecine.

La médecine africaine et la naturopathie

C’est une médecine plurielle à côté de la médecine traditionnelle et de la naturopathie et autres, chinoise , japonaise et indienne, reconnues dans le monde. La naturopathie comme l’a indiqué  le Dr Joséphine Briand, est une manière de vivre en harmonie avec la nature et l’environnement. Le corps fait partie de la nature et a par conséquence ses exigences. La maladie est dès lors interprétée comme une rupture par rapport à la normalité. Ainsi, tout être humain devrait savoir que le corps est intelligent, qu’il est ordonné et organisé, qu’il est parfait car il s’autorépare entre autre. En ce qui concerne la médecine africaine, c’est le colonel à la retraite, Weriwoh, qui l’explicite le mieux.

Cette médecine, à son sens, lui qui est par ailleurs Dr de la médecine moderne, a quatre branches. La première est la médecine traditionnelle. Ici, on utilise l’environnement pour soigner. Les éléments sont trouvés dans l’air, sur la terre et dans l’eau. La deuxième branche, celle qui est la plus importante, est la tradispiritualité. L’environnement est combiné à la spiritualité. La troisième branche est la médecine ancestrale. Elle concerne la dot, l’héritage, les crânes et autres. La dernière branche est la pharmacopée africaine.

Il s’agit ici exclusivement des plantes telles que Arthemesia et les autres plantes qui ont des vertus curatives. A la fin, des exposés, Manaouda Malachie et sa délégation ont visité les stands d’exposition des médicaments de la médecine africaine. Bien avant, il avait descerné des attestations de participation à une trentaine de participants ,  des médecins traditionnels à cette 19 ème édition. Tout est mis en œuvre pour que l’an 20 de la journée africaine de la médecine traditionnelle soit un succès à tous égards.

Léopold DASSI NDJIDJOU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Pédophilie, viol et contamination au VIH

Cameroun : L’abbé Emilien Messina interdit d‘exercice Par Atogo’togo Junior «Moi, Monseign…