Afrique LA UNE Société panorama 24 mai 2020 (0) (238)

Cameroun > Abus de pouvoir: Un mort fait paniquer les autorités administratives à Bafoussam

Partager

Selon la famille du défunt, la levée de corps de Cyrille Epanda Essoubat était prévue ce jeudi 21 mai 2020. Ceci, à l’hôpital protestant de Mbouo-Bandjoun. La suite du programme prévoit alors une veillée avec sa dépouille au domicile de ses parents. C’est au quartier Banengou au lieu-dit « Voltaire ». À la dernière minute, un chamboulement survient. La levée de corps se fait plutôt en cachette. Une source informe que la famille a pris cette décision sous la pression des autorités administratives.

Lesquelles autorités administratives redoutent dans la foulée, que la cérémonie funéraire ne se transforme à une escalade de tensions. En effet, les autorités prennent ainsi en compte, une intox qui a circulé sur les réseaux sociaux le 20 mai 2020. Ladite intox signale que l’adjudant-chef, Marie Claudelle Mezou, qui a tué de sang-froid, le jeune Cyrille est disculpée par le tribunal militaire de Bafoussam.

Pour que le Tribunal Militaire se prononce, il faut bien que les enquêtes soient finies et le dossier transmis au Commissaire du Gouvernement qui à son tour envoie chez le juge d’instruction qui va prendre une ordonnance de renvoi devant la juridiction de jugement“, informe l’avocat du jeune mort. Dans la foulée, l’homme de droit apporte un démenti sur cette nouvelle.

Avant la sortie de l’avocat, les jeunes qui ne digèrent toujours pas cette mort brutale de leur frère voulaient crier leur ras-le-bol à la levée de corps. Ils sont stoppés dans leurs manœuvres par les autorités qui viennent de déjouer l’initiative.  Pour rappel, c’est le 9 mai 2020, que l’adjudant-chef Marie Claudelle Mezou tue à bout portant Cyrille Epanda Essoubat, créant ainsi une émeute dans la capitale régionale de l’ouest Cameroun.

Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *