Home Société Afrique Cameroun > Accusation de tribalisme: Letis Diva prend la défense d’Eric Christian Nya
Afrique - Afrique - 29 juin 2021

Cameroun > Accusation de tribalisme: Letis Diva prend la défense d’Eric Christian Nya

La chanteuse de bikutsi établie en Occident depuis quelques années, a pondu un post pour exprimer son dépit.

« Moi, Letis Diva, en tant que  fille et artiste bamileké et très très fière de l’être, je me sens directement concernée par cette affaire d’Eric Christian Nya. J’appelle donc le peuple bamileké à travers le monde à se lever et à prendre des mesures radicales contre tous ces artistes tribalistes. Quand c’est trop c’est laid, »

écrit Letis Diva.

Elle signale qu’à comportement de mouton, réponse de berger. Et surtout, le  Bamileké d’aujourd’hui n’est plus le Bamileké d’avant !

« Vous n’allez pas seulement exploiter les  Bamileké pour servir vos intérêts et après les jeter en pâture quand ça vous arrange. Ce même animateur est celui qui a reçu en pompe une génocido-tribaliste dans son émission récemment, soulevant une vague d’indignation dans la population camerounaise. Il est temps d’agir ! »

Grogne Letis.

Bon à savoir, Letis Diva est une artiste 100% bamiléké qui a réussi à se frayer un chemin dans le bikutsi ; là où nombreuses personnes d’autres tribus ont échoué.

L’artiste a toujours dit qu’il n’est pas donné à tout le monde de réussir.

« Et rien que pour ça je suis très fière de moi, c’est un gros challenge. C’est le “qui peut ” et non le “qui veut ” donc de grâce, arrêtez de me comparer aux autres, car nous ne sommes pas pareilles. NB: à part chanter je fais autre chose, car ma tête en plus d’être bien faite est bien pleine. J’ai un master en biologie, obtenu à l’Université de Yaoundé I, »

avait-elle répondu à ses détracteurs, dans un post datant de juillet 2020.

Antoine Bivana 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Pédophilie, viol et contamination au VIH

Cameroun : L’abbé Emilien Messina interdit d‘exercice Par Atogo’togo Junior «Moi, Monseign…