Home People Afrique Cameroun > Affaire Malicka/Mimb : Malicka s’est retrouvée entre de mauvaises mains
Afrique - Médias - 22 juin 2021

Cameroun > Affaire Malicka/Mimb : Malicka s’est retrouvée entre de mauvaises mains

C’est ce que Jean Claude Mbédé affirme dans sa publication Facebook du 22 juin 2021.

« Qui a dit aux hommes africains qu’une fille ne peut plus entrer dans un bureau pour demander de l’aide sans être abusée? Draguée? Humiliée? Rabaissée? A quoi servent donc les grands frères? Servent-ils seulement à déshabiller les cadettes? »

S’interroge Jean Claude Mbédé Fouda.

Le natif du département du Nyong et So’o pense qu’il y a plus de plaisir à être un aîné respecté qu’un virevoltant amant occasionnel. Malicka a simplement été entre les mains de mauvais grands frères qui ont sacrifié l’honneur et le plaisir qu’offre ce rôle, pour satisfaire une “gâchette libidinale” debout.

« Pardonne-nous Malicka! Des jeunes femmes comme Malicka, j’en fréquente des dizaines dans la vie et même virtuellement. La pauvreté et les difficultés de l’heure amènent plusieurs jeunes gens (pas seulement des filles) à demander de l’aide aux aînés. Chacun de nous en a demandé dans sa vie. Quand je commençais dans la profession journalistique, j’allais dans le bureau d’Alain Blaise Batongué (ABB) pour demander un peu d’argent, »

hurle Mbédé Fouda.

L’ancien correspondant de la Voa nous apprend que plusieurs amis d’enfances comme les Cathy Toulou Elanga…pour ne citer qu’une, ont bénéficié de l’aide d’aînés de qualité comme ABB. Qui, s’ils les avaient regardées simplement avec des yeux de prédateurs dévergondeusement gourmands, ne seraient pas devenues les étoiles de la presse qu’elles sont aujourd’hui. Personne ne doit donc raisonnablement faire à Malicka et à d’autres jeunes filles, le procès d’avoir côtoyé des aînés pour se faire aider. Martin Camus est un aîné. Il est célèbre. Il est riche.

« Malicka restera à jamais la victime des grands frères qu’elle espérait bons pour être aidées qui l’ont abusée. Si Malicka était venue dans mon bureau, je lui aurais dit ce que je répète à mes nombreuses petites sœurs et filles chaque jour. On ne s’habille pas de cette façon pour aller chez un grand frère. On doit étudier ou apprendre un métier. La vie est difficile mais il faut avoir la foi, travailler dur y compris de ses mains, et attendre patiemment que Dieu fasse briller son étoile, »

lance Mbédé Fouda.  

Antoine Bivana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Complot: Le député salmana Amadou Ali du Fsnc victime?

Par Pierre Laverdure OMBANG Le député du Diamaré centre n’a pas attendu pour que tou…