Home Société Afrique Cameroun > Affectation: Messanga Nyamding va gagner Fame Ndongo à la Cour suprême
Afrique - 2 semaines ago

Cameroun > Affectation: Messanga Nyamding va gagner Fame Ndongo à la Cour suprême

Depuis vendredi dernier, le limogeage du Prof. Pascal Messanga Nyamding, domine l’actualité du pays. Il est de tous les salons huppés et lambris dorés de Yaoundé la capitale politique du Cameroun.

En effet, le 19 mars 2021, Pascal Messanga Nyamding, a été limogé de ses fonctions de chef de département de l’Integration et de la Coopération, à l’Institut des relations internationales du Cameroun ( Iric). Le professeur de Droit et Sciences politiques, a été démis de ses fonctions, par Jacques Fame Ndongo le ministre de l’Enseignement supérieur ( Minesup ). L’Iric est une école professionnelle de l’université de Yaoundé 2 – Soa.

Seulement, le limogeage du Prof. Charles Messanga Nyamding, a été corsé lundi dernier, par son affectation à l’annexe de la Faculté des Sciences juridiques et politiques de l’université de Ngaounderé. Ledit annexe se trouve à Garoua dans la région du Nord Cameroun, à un millier de kilomètres de Yaoundé la capitale.

Seulement, selon plusieurs universitaires, le ministre de l’Enseignement supérieur Jacques Fame Ndongo, “s’est laissé signer un brouillon”. Pour eux, Charles Messanga Nyamding, professeur de Droit et avocat, va certainement se pourvoir en appel à la Chambre administrative de la Cour suprême, et attaquer la décision de Jacques Fame Ndongo. ” Le ministre de l’Enseignement supérieur souffre d’un grave déficit de connaissance et d’imprégnation de l’Enseignement supérieur au Cameroun. Il n’a pas enseigné dans les universités camerounaises. Il ne connait pas l’Université. Il est juste ministre, et n’est que politique. Il n’est pas outillé scientifiquement pour diriger l’Enseignement supérieur. Il ne suffit pas de s’appeler Professeur, mais il faut aussi avoir enseigné suffisamment à l’université, occupé des postes, pour pouvoir connaître l’Université. Cela est donc le grand handicap de Jacques Fame Ndongo: il ne connait pas l’Université, parce qu’il n’a pas vraiment enseigné”, nous confie un Professeur des universités qui a requis l’anonymat, par crainte de représailles.

Pour ceux qui maîtrisent les textes régissant le régime et le fonctionnement des universités, l’université relève certes de la Fonction publique, mais pas au premier degré, parce que l’université n’obéit pas au fonctionnement général de la Fonction publique. Des universitaires nous apprennent que Charles Messanga Nyamding va attaquer la décision du Minesup l’affectant à l’annexe de la Faculté des Sciences juridiques et politiques de l’Université de Ngaounderé à Garoua. ” On n’affecte pas un enseignant d’université comme les autres fonctionnaires. L’enseignant d’université signe un contrat avec une Université précise, et celle-ci reste éternellement son université d’attache, quand bien même il serait nommé secrétaire général, vice-recteur ou recteur dans une autre université. C’est le cas du Prof. Matthias Éric Owona Nguini. Il est vice-recteur à l’université de Yaoundé 1, mais son université d’attache, c’est l’université de Yaoundé 2 – Soa. C’est avec Soa qu’il a signé un contrat en 1998.

C’est aussi le cas du Prof. Edmond Biloa, vice-recteur de l’université de Yaoundé 2 – Soa, mais il est Professeur de Linguistique générale appliquée à l’université de Yaoundé 1″, fait savoir sous anonymat, un doyen d’une université d’État. Pour lui, le ministre Fame Ndongo signe vraiment des brouillons. Messanga Nyamdig va le gagner à la Cour suprême. La décision de l’affecter dans une autre université, est illégale. Elle relève de l’autoritarisme et d’un abus de fonction. Messanga Nyamding a signé un contrat avec l’université de Yaoundé 2 – Soa, et pas une autre. Le ministre étale malheureusement sa méconnaissance des textes régissant l’université “.

Jurisprudence

Déjà avant Jacques Fame Ndongo, c’est le cas avec le défunt Prof. Thomas Meloné qui en son temps, avait remporté son duel contre Titus Edzoa l’alors ministre de l’Enseignement supérieur. En effet, le ministre Titus Edzoa avait une aversion pour le Prof. Thomas Meloné qu’il ne voulait plus voir de son oeil, et l’avait alors affecté à l’université de Douala. Attaqué à la Chambre administrative de la Cour suprême, Titus Edzoa le Minesup, avait perdu le procès, et Prof. Thomas Meloné était resté à l’université de Yaoundé.

Il y a aussi la cas du Prof. Maurice Kamto. Affecté à l’université de Ngaounderé par le ministre de l’Enseignement supérieur, l’enseignant de Droit et avocat à la carrure mondiale, avait attaqué la décision à la Cour suprême, et obtenu gain de cause. Selon l’éminent Professeur de Droit, ” je n’avais pas refusé d’aller enseigner à l’université de Ngaounderé. Je n’avais pas de contrat avec cette université là. J’ai un contrat avec l’université de Yaoundé 2 – Soa “. Tout porte donc à croire que Messanga Nyamding n’ira pas à Garoua, et remportera donc la bataille juridique face à Jacques Fame Ndongo le ministre de l’Enseignement supérieur. Les tenants de cette thèse convoquent certains textes. Il s’agit notamment, du décret du 19 janvier 1993, portant dispositions applicables aux universités, et prévoyant ses sanctions applicables aux enseignants d’université.

Un second texte est mobilisé : celui du 23 janvier 1993, portant statut spécial des enseignants d’université. Ce dernier, nous fait-on savoir, contient la discipline des enseignants, ainsi que les procédures y relatives. Pour ce qui est du cas Messanga Nyamding, il ne s’agit pas d’une sanction, mais d’une mesure administrative. Les universités obéissent à une procédure contractuelle. C’est une université qui recrute. Plus exactement, un enseignant est recruté dans une seule Université d’État, et non dans toutes les universités. Pascal Messanga Nyamding n’a pas de contrat avec l’université de Ngaounderé. L’université est un établissement public scientifique, technologique, et culturel, dérogeant de l’administration générale des établissements publics.
Bien plus, la décision du Minesup ne dit pas que le Prof. Pascal Messanga Nyamding est relevé de ses fonctions de chef de département de l’intégration et de la Coopération à l’Iric; une autre incongruité dans l’acte du Minesup.

Le Minesup viole la loi en nommant les chefs de département.

Selon les enseignants d’université contactés, le ministre de l’Enseignement supérieur viole les textes, en procédant à la nomination des chefs de département. Il s’agit selon nos interlocuteurs, d’une prérogative dévolue aux conseils d’administration des universités.

De toute façon, l’affaire du Prof. Messanga Nyamding, va se jouer à la Chambre administrative de la Cour suprême, et les juristes président déjà une gifle cinglante du Professeur de Droit et Sciences politiques, contre le ministre de l’Enseignement supérieur dont on dit signer ” des brouillons “. Une expression pour marquer les décisions sans fondement juridique et administratif de Jacques Fame Ndongo.

Sandra Embolo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Sultanat des Bamoun : Qui était Rabiatou Njoya

La frangine de sa Majesté le Sultan, El Hadj Ibrahim Mbombo Njoya s’est éteinte le 09 avri…