Afrique LA UNE Société panorama 7 août 2020 (0) (169)

Cameroun > Armes nucléaires: Un lobbying pour la ratification du Traité sur l’interdiction

Partager

La Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté (Wilpf en anglais), a tenu un atelier pour mobiliser les acteurs nationaux autour du processus de ratification de ce Traité par le Cameroun. C’était hier à Yaoundé.

Le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires ( Tian) a été adopté le 7 juillet 2017, en réponse à l’inquiétude croissante de la Communauté internationale face aux conséquences humanitaires catastrophiques de l’arme nucléaire. Aucun État, faut-il le préciser, n’est à l’abri de ses conséquences. L’accident nucléaire de Tchernobyl en Ukraine avec ses désastres en Europe centrale et occidentale; celui de Fukushima, sont là pour nous montrer l’étendu de ses dégâts sur l’environnement et les hommes. En ce qui concerne le Tian, seuls 40 États ont ratifié l’ont ratifié aujourd’hui. Il en faut 50 États pour qu’il entre en vigueur. C’est dans ce sens que Wilpf Cameroun en association avec l’Ong Cameroon youths and students forum for peace (Camyosfop), se sont joints à Ican

” pour activer les leviers nécessaires au niveau national pour que le gouvernement adhère au Traité”,

a révélé la présidente de Wilpf.

” L’enjeu de ce séminaire est le plaidoyer envers les acteurs que nous avons conviés, à savoir les représentants des ministères clés, les parlementaires et les chercheurs qui comprennent mieux les enjeux autour des armements nucléaires,”

affirme Guy Feugap, le responsable des programmes à Wilpf-Cameroun.

Il poursuit en emettant le vœu qu’au terme de l’atelier, les différents acteurs auront pris conscience d’une rapide ratification de ce Traité par le Cameroun.  On apprend aussi qu’en y adhérant, le Cameroun aidera à renforcer la norme mondiale contre la possession et l’utilisation d’armes nucléaires par n’importe quel État et apporter une contribution importante à leur élimination totale. Toutefois, les Ong s’étonnent des grandes avancées du Cameroun en interne sur la question et qui malheureusement n’a pas encore ratifié le Tian. Par exemple en 2016 déjà, le pays avait voté pour la Résolution qui a établi le mandat pour les Etats d’entamer des négociations historiques en 2017 sur “un instrument juridiquement contraignant visant à interdire les armes nucléaires” Le monde entier commémore ce mois d’août le 75ème anniversaire des bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki.

“Afin de montrer notre solidarité aux victimes de cette tragédie des suites de l’explosion de la bombe atomique, nous avons choisi la date du 6 août – date symbolique d’Hiroshima – pour l’avenir de l’atelier de mobilisation des acteurs nationaux autour du processus du ratification du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (Tian) par le Cameroun”,

a confié la présidente de Wilpf-Cameroun, Armelle Ndongo Tsafack.

Léopold DASSI NDJIDJOU

Armelle Ndongo Tsafack, présidente de Wilpf-Cameroun

Réaction :
Armel Ndongo Tsafack, présidente de Wilpf Cameroun

“L’urgence de ratifier le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires”
“Ça fait 75 ans aujourd’hui que la bombe atomique a été larguée à Hiroshima et à Nagasaki. Aujourd’hui encore, il y des victimes qui en souffrent. Si nous avons organisé cet événement, c’est en soutien aux victimes de cette catastrophe et aussi kde nous inscrire dans la mouvance de l’interdiction de la prolifération des armes nucléaires. Il faut inciter les différents acteurs nationaux à prendre conscience de la nécessité, de l’urgence pour notre pays de ratifier le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires”.

Propos recueillis par L.D.N.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *