Enquête Enquêtes/Reportage LA UNE panorama 1 juillet 2020 (0) (128)

Cameroun > Assassinat du jeune Bryant Formbor “Economie” : Yvana Essomba et Amougou Belinga sur le banc des accusés?

Partager

Depuis plusieurs jours, la chronique mondaine camerounaise est secouée par un drame, une tragédie.

Il s’agit de l’assassinat sauvage, hargneux et ignoble du jeune d ans Bryant Formbor Fabo, dit ””Économie “. Fils unique à sa mère, il a été assassiné dans la nuit du jeudi 04 à vendredi 05, de cette année au carrefour Omnisports à Yaoundé.

Le jeune homme qu’on dit avoir fait des études de Sciences économiques en France, a sauvagement été assassiné au couteau dans sa voiture, par plusieurs inconnus, ayant pris sa voiture en chasse, accompagné de son ex petite amie la nommée Ivana Essomba fille du feu Essomba Eyenga l’ancien président du Tonnerre Kalara Club de Yaoundé. Éphémère journaliste et animatrice à Vison 4, Ivana Essomba est d’une beauté étourdissante et très raffinée. Une beauté sauvage, une beauté de folie, une beauté sculpturale et quasi parfaite.

Des témoins rapportent qu’elle est cependant très matérialiste, accrochée au luxe, à l’argent et adorant la vie très dépensière et mondaine des stars de cinéma ou de la chanson.
Seulement, par le seul fait que la jeune femme avait officié à Vision 4 la télévision du Groupe L’Anecdote dont l’homme d’affaires milliardaire camerounais Jean Pierre Amougou Belinga est propriétaire et Président Directeur Général ( PDG), des langues médisantes et oiseuses, sans aucuns indices, éléments probant ou preuves, ont tôt fait, de faire de Jean Pierre Amougou Belinga, le commanditaire présumé de l’assassinat de la victime.

Une dénonciation calomnieuse et odieuse d’une indicible et inaudible gravité à l’endroit du PDG du Consortium L’Anecdote, un homme d’affaires très absorbé par ses affaires florissantes, aussi bien au Cameroun, qu’à l’étranger. Et à la manoeuvre, un activiste américain d’origine camerounaise : Patrice Nouma, un homme qui voue une haine bestiale et gratuite à Jean Pierre Amougou Belinga, et dont il ne faut à peine croire qu’à 0,99% de ses pseudos informations. Cet exilé est homme prêt à imputer tous les malheurs de la Terre au patron du Groupe L’Anecdote.

Et pourtant, aucun fait relaté sur l’assassinat du compagnon d’yvana Essomba ne fait allusion à une quelconque implication du Pdg du Consortium L’Anecdote. L’on se demande bien, quel est le rapport entre l’assassinat du jeune Bryant Formbor Fabo et l’homme d’affaires Jean Pierre Amougou Belinga ?

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, l’un des proches amis de Bryant, évoque l’hypothèse ” d’un règlement de comptes”. Il ne cite personne en particulier. Un détail dans le récit émouvant de cet ami de Bryant attire tout de même attention : les fréquentations du jeune homme assassiné. On y retrouve uniquement des figures people ( Nathalie Koah, Alexandre Song…) des milieux plus ou moins recommandables, comme les boîtes de nuit et les night-club. Ce sont des milieux généralement peu recommandables, parce que violents, et laboratoires de crimes et règlements de comptes divers.

Bien plus, l’on apprend qu’à quasiment 23 heures jeudi peu avant son assassinat le jeune Bryant était dans un night-club ( Black and White) avec ses amis, lorsqu’il a été appelé au téléphone, par sa petite amie Yvana Essomba. C’est alors qu’il a démarré sa voiture, et est allé chercher la jeune femme à Titi Garage ( quartier Essos, 5 ème Arrondissement de Yaoundé). C’était le dernier voyage de sa vie.

Il demeure tout au moins conseillé aux uns et autres, de ne pas aller vite en besogne et d’attendre les résultats des enquêtes en cours.
De nos investigations, nous apprenons que rien ne liait Jean Pierre Amougou Belinga le PDG du Consortium L’Anecdote, au jeune Bryant. L’homme d’affaires, nouveau propriétaire de Télé Sud à Paris, ne connaissait le jeune homme ni d’Adam ni d’Ève. Bien plus, la nuit de l’assassinat de Bryant Fombor Fabo, une patrouille de police qui venait par là, a pu mettre la main sur deux des assassins présumés de la victime. A quelques mètres du carrefour Omnisports où ce fils unique à sa mère à été tué, une patrouille de police intercepte deux conducteurs de motos – taxis qui prennent la poudre d’escampette après le forfait, leurs couteaux pendants, et encore teintés de sang. Selon nos informations, les deux tueurs présumés de Bryant ont été arrêtés et les enquêtes sont en cours.

Un ami du défunt raconte que jusqu’à présent, le téléphone de Briant qui lui a été arraché par ses tueurs, est toujours en marche et que des messages whatsapp y sont toujours bien réceptionnés par le détenteur mystérieux et inconnu qui le tient.

Et dans l’hypothèse d’un règlement de comptes concernant la mort de Bryant, relevons quand même qu’au vu des photos et des vidéos publiées sur les réseaux sociaux par ses amis, le défunt ne vivait qu’une vie très mondaine et mouvementée, ne fréquentant que des boîtes de nuit et night-club où on dépense beaucoup d’argent pour des grands vins et des liqueurs. Et quand on sait que ces milieux “exquis” où règnent sexe, drogue, alcool et violence sont aussi des milieux de deals et d’insoupçonnables affaires, il vaut mieux réserve garder, et attendre patiemment les résultats des enquêtes de police.
Mais en attendant, il est tout aussi normal et légitime de pleurer Bryant, tout comme il est aussi sage et intelligent, de ne pas se livrer à des dénonciations calomnieuses sans indices, éléments probants ou preuves, contre Jean Pierre Amougou Belinga le PDG du Consortium L’Anecdote, en lui imputant d’être celui qui aurait commandité le meurtre d’un jeune à qui rien ne liait. De telles dénonciations calomnieuses et gratuites sont très graves pour qui que ce soit, au regard sa famille, amis, parents et connaissances. La légèreté et la désinvolture en dénonciations calomnieuses, constitue un crime et un préjudice moral d’une extrême gravité, lorsqu’il s’agit de mort d’homme.

newsclic.info adresse une fois de plus ses sincères condoléances à la famille de disparu, aux parents, amis et connaissances. Une pensée profonde pour sa chère maman éplorée, et désormais sans enfant.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *