Home Politique Afrique Cameroun > Assemblée nationale: 7.000 armes circulent illégalement au Cameroun
Afrique - 2 semaines ago

Cameroun > Assemblée nationale: 7.000 armes circulent illégalement au Cameroun

Telle est l’information phare qu’on retient du discours d’ouverture du président de l’Assemblée nationale (Pan), Cavaye Yeguie Djibril ce 8 juin 2021.

« La Représentation nationale voudrait attirer l’attention du gouvernement sur un phénomène de plus en plus inquiétant à savoir : la circulation des armes de toutes natures et de diverses origines. Des informations à notre disposition font état de près de sept mille armes illégalement en circulation »,

a martelé le Pan du haut de la chaire.

Il a été davantage explicite en précisant qu’au moment où on constate une montée en puissance de l’insécurité,  caractérisée par des scènes de violences ici et là, et ainsi que par des actes de grand banditisme, « il est urgent de circonscrire ce phénomène ».

Le patron de la Chambre basse est allé plus loin en affirmant clairement que ce phénomène est une menace pour l’intégrité physique des citoyens et même pour la sécurité de l’Etat.  Par la suite dans sa volonté d’interpeller les gouvernants à résorber au plus tôt ce phénomène, il n’a pas manqué au préalable de saluer

« les  premières mesures prises par le gouvernement à travers le ministère de l’Administration territoriale,  avec notamment les armes traumatiques ».

Il a exhorté les autorités compétentes à aller au-delà, tout en réitérant la nécessité de remettre de l’ordre dans ce secteur, « de reprendre en main le système de circulation et de détention des armes au Cameroun ». L’autre menace nouvelle soulevée par Cavaye Yeguie Djibril est constituée des attaques extérieures dirigées contre le gouvernement du Cameroun. Il s’est félicité de l’engagement des députés face à cette nouvelle menace. Il a pour ainsi dire pris le cas de la lettre ouverte adressée au Secrétariat d’Etat américain par les élus de la Nation, de toutes les chapelles confondues, et lue solennellement le 9 avril 2021 à l’hémicycle de l’Assemblée nationale. Pour le Pan, cette lettre est un « document historique », « un véritable camouflet pour les détracteurs et pourfendeurs de la République ». Il a promis que « ces professionnels de la désinformation trouveront désormais les honorables députés sur leur chemin ». Pour terminer sur ce chapitre, il a salué le patriotisme et le sens de la vérité qui animent les députés.

Les autres menaces sur le Cameroun

La pandémie à Coronavirus et sa gestion étaient également au cœur de l’adresse de Cavaye Yeguie Djibril. En ce qui concerne la propagation de la pandémie,  il a indiqué que les résultats de la riposte mise en place par le gouvernement sont encourageants, tout comme il a fondé bon espoir sur la campagne de vaccination en cours. Il a demandé du reste à ses compatriotes de continuer de respecter les mesures barrières. « Chers compatriotes, portez les masques, portons les masques ! Respectons les mesures barrières et les mesures d’hygiène », a-t-il lancé face au relâchement général des Camerounais dans le port des masques et le respect des mesures barrières. Il a en outre demandé aux députés de s’impliquer plus que par le passé dans la sensibilisation des populations. En ce qui concerne la gestion des fonds Covid-19, il a prié les compatriotes de bien vouloir attendre les conclusions des investigations. « N’allons pas vite en besogne. Evitons tout lynchage à travers les médias et autres réseaux sociaux, au risque d’exposer certains citoyens à la vindicte populaire. Restons sereins », a-t-il conclu. Sur le plan de la sécurité armée, il a marqué sa satisfaction que dans le cadre de la crise anglophone, des anciens séparatistes se sont rendus, déposant dans la foulée leurs armes. D’autres par contre a-t-il indiqué, continuent leur dangereuse odyssée. Le Pan a de ce fait annoncé le soutien et les encouragements de la Chambre à l’Armée nationale qui veille aux grains, « assurant ses missions régaliennes en toute efficacité, avec engagement, foi et professionnalisme ». On retiendra de l’ouverture de cette deuxième session qu’au compteur, 7 députés ont rejoint l’éternité. Cavaye a d’ailleurs demandé une minute de silence pour tous ces défunts mais surtout pour les deux dernières que sont Lifaka et Ngo Yetna.

Léopold DASSI NDJIDJOU 

Réactions des députés

Engelbert Bengono, député Rdpc de la Mefou et Akono

« Attendre que la justice fasse complètement et suffisamment son travail »

Engelbert Essomba Bengono, député Rdpc de la Mefou et Akono.

« La situation sécuritaire est préoccupante. Elle coûte chère en vies humaines, en argent et trouble la sérénité et la tranquillité des populations camerounaises en général, et spécifiquement dans certaines régions qui nous tiennent à cœur. S’agissant de la crise sanitaire, nous sommes dans la phase de la riposte au niveau deux, c’est-à-dire les mesures barrières en plus de la vaccination. Il y a lieu d’appeler tous les compatriotes de sensibiliser sur la nécessité de vacciner en même temps qu’on continue de respecter toutes les autres mesures barrières…Le président a demandé au moins deux choses. De respecter le secret de l’instruction judiciaire ; la deuxième c’est de respecter la présomption d’innocence ; la troisième enfin de ne pas livrer à la vindicte populaire un certain nombre de personnes qui sont plus ou moins soupçonnées. Il faut qu’on attende que la justice fasse complètement et suffisamment son travail. Le président a demandé que l’information soit rendue quand le travail judiciaire sera terminé pour que les Camerounais sachent finalement de quoi tout cela retourne ».

Koupit Adamou, député Udc du Noun

« Une sorte de pression à l’endroit des compatriotes qui sont au Tcs »

Koupit Adamou, Député de l’Union Dé,ocratique du Cameroun (Udc), à l’Assemblée nationale du Cameroun.

 « Le Covidgate, c’était inévitable. C’est le contraire qui aurait étonné que le président ne fasse pas sortir cela dans son discours d’ouverture de la présente session qui porte beaucoup d’espoirs. Je pense que le président a évoqué pour rassurer les gens que l’audit ordonné par le président et les enquêtes en cours vont aboutir à quelque chose qui ne décevra pas. Le président de l’Assemblée nationale demande d’attendre le verdict mais il me semble que c’est difficile d’attendre car il s’agit d’une atteinte à la fortune des Camerounais. Une mission d’audit, portée par une institution aussi importante que la chambre des comptes a conclu à des fortes présomptions de détournement et même si les enquêtes sont ouvertes, on ne peut pas interdire aux Camerounais de faire des commentaires ne serait-ce que pour dénoncer à ce stade-là ; pour dénoncer afin que les uns et les autres comprennent que le bien public est sacré et quand il s’agit des fonds consacrés à la santé des camerounais, ça doit être davantage sacrés. Nous sommes fiers que le Covidgate soit évoqué. Faire des commentaires à ce sujet est une sorte de pression également à l’endroit des compatriotes qui au Tcs sont en charge des dossiers, de ne point faire dans la complaisance parce que l’attention de toute la Nation entière est focalisée autour de ce dossier. »

Joshua Osih, député Sdf du Wouri

Joshua Osih, Député Sdf

«  Sortir du scandale systémique de notre gouvernement… »

« Je pense que son discours était droit au but. Vous savez que la session de Juin est consacrée au débat d’orientation budgétaire. Il nous rappelait à nous autres nos obligations du moment, c’est-à-dire des obligations conjoncturelles avec la crise du Noso, et aussi ce que nous devons faire pour qu’on sorte de cette pandémie de Covid-19. Il ne s’agit pas simplement de sortir du scandale systémique de notre gouvernement mais aussi de mettre fin à cette pandémie au Cameroun ».

Rolande Adèle  Ngo Issi, député Pcrn du Nyong et Kelle

« Donner au gouvernement des propositions efficaces»

Honorable Rolande Ngo Issi, député Pcrn du Nyong et Kellé posant des questions au président de la Conac

« C’est la session la plus intense avec les multiples plénières qu’on aura. Il y aura aussi le débat d’orientation budgétaire, dans lequel nous les députés, avons un certain nombre de préoccupations. Nous souhaitons que le gouvernement puisse prêter l’oreille pour que les stratégies de développement soient élaborées et passent des slogans à la réalité. Il faut que je précise qu’en ce qui concerne le budget de l’Etat, il y a beaucoup de projets qui ont été programmés dans le budget de l’Etat mais qui n’arrivent pas à prendre corps du fait des procédures soit de la décentralisation, soient des procédures des marchés publics sont assez lourds. On gagnerait à alléger les procédures. Nous allons continuer de travailler et donner au gouvernement des propositions efficaces»

Propos recueillis par L.D.N.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Affaire Martin / Malicka: Communication du collectif d’avocats /Universal Lawyers and Human Rights Defence

le collectif conduit par l’avocate Dominique Fousse a déposé une citation directe co…