Home Politique Afrique Cameroun > Assemblée nationale: Le Repage sort de sa léthargie
Afrique - 2 semaines ago

Cameroun > Assemblée nationale: Le Repage sort de sa léthargie

Le Réseau des parlementaires pour la promotion du genre (Repage) après une dizaine d’années d’hibernation vient de reprendre vie. Hier à l’hémicycle, Joséphine Ghimbop épse Simo Ndiffo était à la manette.

« Aujourd’hui, nous avons relancé les activités du Repage. C’est un réseau qui a été créé le 18 juin 2010, et après un moment d’hibernation, il a repris en 2020. Mais compte tenu du contexte sanitaire qui a prévalu, le très honorable président de l’Assemblée nationale, Cavaye Yeguie Djibril a décidé de relancer ce réseau, à cette session, raison pour laquelle, tous les parlementaires, c’est-à-dire l’Assemblée nationale et le Sénat, se sont retrouvés aujourd’hui pour relancer les activités »

confie Joséphine Ghimbop épse Simo Ndiffo à la presse

A cette cérémonie de relance des activités, il a été question de faire le toilettage des statuts et règlements, et de mettre sur pied un plan d’action pour les 5 années à venir. Il est question, de recenser les différentes initiatives à mener pour que l’action du Repage soit efficiente. De manière précise, au cours de cette assemblée générale du 5 avril 2021, outre la présentation et l’amendement du plan d’action, l’amendement des statuts, il y a eu l’élection du Bureau exécutif du Repage. L’article 6 des statuts et règlements du Repage stipule les objectifs poursuivis par le Réseau. On retient entre autres : accompagner le gouvernement dans le mise en place effective des politiques publiques visant à assurer la promotion du genre ; veiller à la prise en compte du genre dans les projets et propositions de lois, les budgets et les projets étatiques ; veiller à son appropriation par l’ensemble de la société, notamment : les élus, la société civile, les leaders locaux, les leaders d’opinion dans les différentes circonscriptions électorales ; promouvoir le genre par le dialogue ; sensibiliser les décideurs sur la nécessité de la prise en compte du genre et de son application aux fonctions électives et nominatives et susciter la création d’une commission permanente chargée du genre à l’Assemblée nationale. Pour attirer l’attention sur l’urgence de la nécessité de mettre en mouvement un tel réseau, sa présidente ne manque pas d’arguments.

Joséphine Nghimbop épse Simo Ndiffo, présidente du Repage

« Je crois que le gouvernement fait déjà assez, mais vous vous souvenez qu’au sortir des  dernières élections régionales, aucune femme n’a été portée à la tête d’un exécutif régional, tout comme il en va des maires de ville. Il n’y a pas de femme maire de ville au Cameroun. A la Commission des droits de l’homme où les textes où disent qu’il doit avoir au moins 30% de femmes dans cette organisation, il n’y en a malheureusement que 20% »

s’explique devant la presse Joséphine Ghimbop épse Simo Ndiffo.

Le plan d’action

« Dans les prochaines semaines, nous allons sensibiliser les membres du parlement à cette approche genre pour que nous nous appropriions déjà ce qu’est l’approche genre. En fait, quand on parle de genre, les gens pensent que c’est une affaire des femmes uniquement. Le genre c’est compris la femme, l’homme et les jeunes. Ce n’est pas une question de femmes. Nous voulons au moins qu’il y ait cette égalité. Que les droits des femmes soient reconnus dans tous les domaines d’activités. Qu’on prenne en compte le problème genre lorsqu’on vote le budget à l’Assemblée »

a-t-elle assené face à la presse.

Dans son discours de circonstance, elle a indiqué par ailleurs qu’au niveau du parlement, il y a la nécessité de mettre en place une commission permanente pour les questions du genre. Il s’agit d’un plaidoyer que le Réseau doit prendre à son compte. Toujours au niveau du plan d’action, il y a également des formations, des sensibilisations à faire, comme elle l’a indiqué. Le réseau préconise également d’aller vers les pays amis pour voir comment se passe la promotion du genre et aussi de présenter  comment cela se passe au Cameroun. Toutes ces initiatives doivent être menées dans l’intérêt bien compris de capitaliser l’approche genre dans le pays.

Léopold DASSI NDJIDJOU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Tchad > Nécrologie: Le Président tchadien est mort au combat

Le chef d’Etat tchadien Idriss  Deby Itno est mort, annonce le porte parol…