Afrique LA UNE Politique panorama 29 juin 2020 (0) (63)

Cameroun > Assemblée nationale: L’honorable Joseph Mba-Ndam for ever

Partager

L’honorable Dr, homme de paix et de consensus, n’aura pas rejoint ses ancêtres, inhumé dans sa terre natale de Batibo. La crise anglophone lui aura refusé ce privilège.


L’ancien Vice-président de l’Assemblée nationale qui a tiré sa révérence le 13 avril dernier a été inhumé samedi dernier dans sa concession à Yaoundé au quartier Ezazou, entre le carrefour Tropicana et le Carrefour de l’Amitié. C’est donc dans la résidence de sa première noce qu’il va reposer dans l’attente de l’éternité. Effectivement, il se repose de ses œuvres, mais aussi des tourments causés par les joutes politiques et plus particulièrement de ceux qu’il a endurés, nés du conflit séparatiste dans les deux régions anglophones du pays. Premièrement, sa résidence à Batibo était partie en flammes de la main des sécessionnistes, il y a quelques temps. Un véritable désaveu pour celui qui faisait l’unanimité dans son département et au-delà. Le traumatisme d’une telle situation est sans limite pour un homme qui vit de l’amour, du service et de la reconnaissance des siens. Cette dévastation est d’autant marquée qu’au cours de dernière élection de février 2020, son siège dans le Momo a été arraché par le Rdpc en dépit des violences sur le terrain.

https://twitter.com/Panoramapapers/status/1277416791355068421?s=20

Et ce n’est pas tout, car à côté de ceci, les sécessionnistes ont récidivé en ciblant son convoi le samedi 21 mars alors qu’il allait battre campagne pour sauver son siège. Ce jour-là, il s’était tiré in extremis. Au plan politique, son influence au sein du parti est donc allée en se déclinant comme il en est de la norme des choses, car il perd son poste de député avec celui de Vice-président de la Chambre. Déjà, à la dernière élection présidentielle de 2018, le parti du Chairman avait préféré confier le flambeau à Joshua Osih dans la compétition pour accéder au Palais de l’Unité. Une autre défaite qui aurait pu le marquer, le dévaster.
Léopold DASSI NDJIDJOU


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *