Home Société Afrique Cameroun > Assemblée nationale: Monjowa Lifaka repose pour l’éternité à Bonjongo
Afrique - 23 mai 2021

Cameroun > Assemblée nationale: Monjowa Lifaka repose pour l’éternité à Bonjongo

La Vice-présidence de l’Assemblée nationale a eu droit aux derniers hommages de la République samedi dernier à Buéa.

Bongo square, la place de l’indépendance du chef lieu de la région du Sud-Ouest, n’a pas pu contenir tout le monde venu rendre les derniers hommages à la patronne politique du Rdpc dans le département du Fako. Tout le gratin politique, administratif, traditionnel et religieux s’est recueilli sur la dépouille de celle qui est entrée à l’Assemblée nationale en 2002. Le concerto de messages et témoignages dédiés à la mémoire de la défunte est allé du sommet de l’État à sa famille nucléaire. L’honneur est revenu au Secrétaire général de l’hémicycle, Gaston Komba, de lire le message de condoléances du chef de l’État adressé pour la circonstance au président de l’Assemblée nationale (Pan) et à la communauté Bakweri et à sa famille.

Paul Biya la décrit comme  » une dynamique et loyale membre du Rdpc », son décès est une « grosse perte pour le Fako et le Cameroun ». Dans cette mouvance d’actes présidentiels en l’honneur de Monjowa Lifaka, elle a été portée au grade de Commandeur de l’ordre de la Valeur à titre posthume par Hilarion Etong au nom des pouvoirs conférés par le numéro un camerounais.

Au nombre de la huitaine d’interventions, celle de l’archevêque de Buéa, Andrew Nkea, aura fortement marqué les esprits. La dame politique disparue était non seulement une fidèle engagée de l’Eglise catholique mais aussi sa confidente. Il a ainsi annoncé à l’assistance avoir été une des dernières personnes à communiquer avec elle avant son départ. Alors qu’il était en déplacement, raconte le prélat, elle l’a appelé pour lui dire qu’elle avait de la peine à respirer. Il a prié pour elle et a promis de passer la voir à son retour.

Vingt minutes plus tard, le téléphone sonne à nouveau, et une voix lui annonce que maman est partie. « Partie où? », s’interroge-t-il en s’écriant. Au bout du fil, les pleurs retentissent, le laissant pantois. Dans un ton incisif, il n’a pas manqué de mettre le pied dans le plat en révélant que tout est vanité avec ce départ soudain d’Emilia Lifaka Monjowa. Elle est fauchée par la mort au moment où elle est au sommet de sa vie politique, en interne comme à l’international.

« A ceux qui s’échauffent pour la succéder, qu’ils sachent que tout est vanité ! », lance-t-il à jamais convaincu. Emilia Monjowa Lifaka aimait le Fako, le Sud-Ouest et tout le Cameroun et ne se voyait qu’en Camerounaise. Le problème aujourd’hui, crève-t-il l’abcès,  est qu’il y a des Camerounais qui parlent d’unité du pays le jour et la nuit soufflent sur les braises de la division ! Ces Camerounais d’un genre particulier parlent de paix devant tout le monde et dans le secret »,

assure-t-il, ils militent pour la guerre.

Du reste des témoignages rendus d’elle, on aura appris que la défunte parlementaire a donné un peu d’humanisme dans la vie politique, a redoré le blason de la femme rurale du Fako, une émancipation de la femme tout simplement. « Tout ce qu’elle avait, elle a dépensé sans compter pour la politique », a témoigné l’archevêque comme pour indiquer qu’une des rares politiques au service des populations s’en est allée. La défunte laisse deux fils éplorés avec des petits fils. 

Monjowa Lifaka, une politique accomplie

Née à Bonjongo le 11 avril 1959, c’est le 20 avril 2021 que la Vice-présidente de l’Assemblée nationale s’en est allée. Son père Gabriel Lifaka est décédé en 2010 alors que sa mère, Cecilia Liengu Lifaka a quitté ce monde en 2004.

Deux ans plus tôt, elle etait entrée à l’hémicycle où elle y était encore jusqu’à sa mort. Dans sa circonscription du Fako 3, elle a gravi des paliers de la base au sommet. Militante de base de le sous-section  Rdpc de Ekona en 1995, elle devient trésorière à la Section Fako 3 en 2002. Elle va gagner la confiance de ses électeurs surtout dans la zone rurale. Ainsi, elle sera réélue tour à tour en 2007, 2013 et en 2020.

Au sein de la Chambre, elle va se distinguer en intégrant le bureau de plusieurs commissions parlementaires à l’exemple de la Commission des lois constitutionnelles ou de celle des Finances et du budget. De 2007 à 2009, elle occupe la fonction de Vice-présidente du groupe parlementaire Rdpc.En 2009, elle intègre le Bureau de la Chambre. Au cours de la 9ème législature (2013-2020), et la 10ème législature en cours, elle conservera son poste de Vice-présidente et membre de la Commission des lois constitutionnelles jusqu’à son décès.

Son rayonnement sur le plan international n’est pas des moindres. Au cours de la session de la prestigieuse Association des parlementaires du Commonwealth (Cpa), tenue le 7 novembre 2017 à Dacca ( Bangladesh) , elle est élue à la tête du Comité exécutif avec 107 voix  et 15 voix pour ses concurrents. Avant cette élection, elle occupait tour à tour les fonctions de Vice-présidente du comité exécutif du Cpa (2016-2017), représentante Afrique du Cpa (2016-2017). 

Fondé en 1911, le Cpa qui regroupe les parlementaires de l’ensemble des pays membres du Commonwealth à travers le monde, constitue un puissant outil de coopération et de promotion des valeurs de démocratie et de gouvernance. Le foisonnement de ces activités, lui ont valu plusieurs distinctions honorifiques: Chevalier de l’ordre de la Valeur, Officier du mérite camerounais, Chevalier du mérite camerounais, Ambassadrice pour la nutrition décernée par le Sun mouvement, une initiative de l’Organisation internationale Helen Keller.  

Léopold DASSI NDJIDJOU de retour de Buéa.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Minfi: Louis Paul Motaze suspend un agent

Par Antoine Bivana La décision fait actuellement les gorges chaudes au Minfi. « Monsi…