Home Politique Afrique Cameroun > Assemblée nationale/Rep-cod: La diaspora découragée par les problèmes fonciers
Afrique - 1 juillet 2021

Cameroun > Assemblée nationale/Rep-cod: La diaspora découragée par les problèmes fonciers

Une journée marathon a examiné cette préoccupation élargie à la question d’habitat à l’hémicycle ce 30 juin 2021.  A la manette Louis Henri Ngantcha, le président du Réseau des parlementaires diaspora-coopération décentralisée et transfrontalière (Repcod)

Il y avait du monde ce mercredi  au Palais des congrès pour démêler les écheveaux de l’accessibilité de la diaspora camerounaise à la terre pour y investir. Les problèmes soulevés sont légion et débouchent inéluctablement à un découragement de ces derniers d’investir dans leur pays. Des propos des parlementaires, des ministres et des directeurs des administrations concernés par le secteur, on comprend vite que l’accès à la terre, avoir un titre foncier au Cameroun est un parcours de combattant, un grand labyrinthe qui débouche sur une seule évidence ; l’arnaque.

Tout le long du processus de l’immatriculation d’un lopin de terre, chaque usager peut en juger de la véracité des faits. C’est donc dire que les Camerounais par leur mentalité au sujet des transactions foncières, développent de plus en plus des pratiques qui frustrent non seulement ici au pays mais bien plus encore ceux de l’extérieur. Aba Alim, représentant le président de l’Assemblée nationale Cavaye Yeguie Djibril, dans son discours d’ouverture a été on ne peut plus claire.

« Je lance un appel au gouvernement afin qu’il mette de l’ordre dans ce secteur. Certes le ministre en charge des domaines veille au grain. Mais il faut mettre sur pieds, une véritable police des affaires foncières et domaniales qui sache éteindre les velléités des fraudeurs, des agents véreux et des facilitateurs non agrées »,

a-t-il d’entame recommandé.

Louis Henri Ngantcha, qui a précédé le représentant de Cavaye au perchoir, n’en dit pas moins du ressentiment des Camerounais sur la question.

« La conséquence est qu’ils repartent choqués, frustrés, dégoutés et malheureusement font une publicité négative sur le pays tout entier. Pourtant ce sont des actes individuels et isolés de certains »,

avoue-t-il, déterminé d’inverser la tendance.

Il était donc question, au cours de cette grand-messe qui a réuni  Le jeune Mbella Mbella du Minrex,  Célestine Keutcha Courtès du Minduh, Eyebe Ayissi du Mindcaf, Georges Elanga Obame du Minddevel venant du gouvernèrent tout comme les directeurs de la Maetur, de la Sic, du Crédit foncier, les Cvuc et la Chambre des promoteurs immobiliers.

On a également eu droit à un discours tenu par  Jean Yves Elemva Essono, représentant la diaspora. Au chapitre des attentes ou des objectifs du forum, tous étaient unanimes qu’il faut établir des recommandations claires pour sortir de cette situation intenable.

« Il s’agit pour les élus d’être informés et sensibilisés sur les lois et règlements en vigueur, les innovations et les défis à relever dans ce secteur. Pour coller à la mode actuelle, il est question de renforcer les capacités des parlementaires, membres du Rep-cod sur les procédures d’acquisition immobilière. Ainsi outillés, ils pourront valablement susciter une éclosion des investissements de la part de la diaspora »,

a déclaré le patron de l’hémicycle.

Etat des lieux

La Sic depuis sa création a produit environ 12000 logements dont 6.671 ont été vendus et 5329 sont restés dans son exploitation. Aujourd’hui le besoin en logements au Cameroun est intense et le déficit se chiffre à environ deux millions d’unités en milieu urbain et croit d’environ 100.000 unités par an. Ce qui pourra amener ce déficit à se creuser davantage d’ici 2035. 

La diaspora a accès à quelques logements Sic au Cameroun. Ce tableau est dressé par le directeur de la Sic, Ahmadou Sardaouna. En ce qui concerne la Maetur, qui en amont lotit les terres, elle avoue tout comme la Sic être handicapée faute de moyens ou d’assistance. On apprend que l’objectif  global sur 20 ans est d’aménager chaque année 6000 ha de terrains pour produire 125000 parcelles devant accueillir 375000 logements. 

Recommandations  

Une fois que les parlementaires ont suivi les discours des ministres et des directeurs généraux concernés par ce secteur, les débats et les échanges qui en ont suivi ont permis d’adopter les recommandations suivantes. Que les Administrations impliquées dans la politique d’investissement par la diaspora travaillent sous la coordination du Minrex.

Bien plus, il faut que le gouvernement établisse une communication fiable au niveau des représentations diplomatiques et consulaires afin de permettre à la diaspora d’avoir une information juste et utile.  Par ailleurs, il y a lieu que le gouvernement mette en place des mesures exceptionnelles d’allègement mais encadrées de la délivrance du visa préalable vis-à-vis à l’acquisition immobilière aux ressortissants de la diaspora ayant acquis des nationalités étrangères au même titre que celles appliquées pour les Camerounais vivant à l’intérieur du pays.

Que le gouvernement élargisse l’assiette de collecté à 15% de la contribution actuelle ; celle-ci étant constituée essentiellement dans son fonctionnement des salaires des fonctions publiques et du secteur privé, dans le but de permettre au Crédit foncier de mieux répondre aux demandes croissantes des compatriotes surtout ceux de la diaspora en matière de projet immobilier. L’’Etat doit aussi mette à la disposition des communes des terres à condition qu’un pourcentage soit réservé à la diaspora.

Par ailleurs que les maires soient intégrés au sein des commissions consultatives. Il est aussi sollicité que le gouvernement procède à l’amélioration des mécanismes de communication, de publicité en matière foncière et de gouvernance dans la délivrance du permis de bâtir. Ils ont aussi entre d’autres recommandations demandé que le gouvernement œuvre pour sa cohésion afin d’éviter les multiples emplois et les disparités d’énergies.

Léopold DASSI NDJIDJOU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Incendie dans un appartement: Une femme enceinte et sa fillette calcinées

Par Gabrielle Mekoui Un début d’après-midi sombre pour la famille des victimes et les popu…