Home Non classé Cameroun> Aviculture : Le manque d’énergie électrique plombe la production
Non classé - 1 juillet 2021

Cameroun> Aviculture : Le manque d’énergie électrique plombe la production

Ils sont des centaines de producteurs à se plaindre de tous les coins du Cameroun. L’activité est en baisse du au manque constant d’énergie électrique.

Plus de 9000 localités sont en manque , informait malheureusement le ministre en charge de l’énergie au Cameroun . Un aveu , plus que tout un échec pour le gouvernement camerounais , mais aussi , de l’autre côté c’est une population dont la grande majorité de meurent du fait que de nombreuses activités informelles plient . L’énergie électrique étant la matrice même de leur activité principale .

C’est le cas de cet aviculteur , ravagé de colère après avoir perdu en quelques jours des milliers de poussins dont le message choquant fait l’entour des réseaux sociaux . Le jeune diplômé qui a décidé de faire carrière dans l’élevage pleure depuis quelques jours :

 » Après la perte de 150 ,tu continues d’ajouter les pertes , actuellement, pas de lumière a loum ville, suis a plusieurs centaines de milliers de perte… »

Des larmes pour exprimer la colère qui le ronge depuis quelques jours .

“Le coût de l’énergie est élevé au Cameroun et c’est mon principal poste de dépenses d’exploitation” Mais cet énergie il ne l’a même plus. Et du coup depuis qu’elle n’est pas revenue à loum , son activité est presque déjà morte avec des petites sèches par jour.

En volailles de chair, le poste énergie (gaz propane, électricité) pèse 30 % des charges variables, et est l’une des pierre angulaire de l’activité .Et selon les experts , les poussins ont besoin d’une chaleur de 35 °C. Dès qu’ils ont atteint l’âge de 5 à 6 semaines, la température doit être de 20 °C. C’est ce que fournit la poule à ses poussins quand elle les abrite sous son aile. Si une couveuse remplit cette fonction, elle doit être au même niveau de température. D’où l’importance de l’énergie électrique dans cette dans laquelle ce sont lancés des centaines de camerounais

Les poussins sont désormais nés. Quelle option choisir ? Elevage naturel ou artificiel ? là n’est plus la question . Une chose est sûre : pour bien grandir, ces jeunes ont besoin d’attention et de chaleur.

Malheureusement , comme cet aviculteurs de loum on les retrouvent dans 9000 localités au Cameroun qui souffrent de l’absence très régulière de l’énergie électrique .

Pierre Laverdure OMBANG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Incendie dans un appartement: Une femme enceinte et sa fillette calcinées

Par Gabrielle Mekoui Un début d’après-midi sombre pour la famille des victimes et les popu…