Home Opinion Politique Cameroun > Banalisation des valeurs: Que vivent nos héros morts !
Politique - 11 août 2021

Cameroun > Banalisation des valeurs: Que vivent nos héros morts !

Il y’a dans la curiosité malsaine qui caractérisent nos hommes politiques et même au delà du Cameroun et des limitées de notre Afrique sub-saharienne, une légendaire psysofrenie engendrée par la culture de la duplicité en tout lieu en tout temps a temps et à contre temps!

Il y’a encore quelques temps, dans la guerre des chiffonniers de la toile, à l’orée de la présidentielle de 2018. Un fascinante histoire d’amour née de la migration de certains hommes politiques pour un, encore en gestation mais déjà très actif. Une folle histoire d’amour par des followers actifs et même passif dont l’activité régulière et journalière sont d’écumer les pages Facebook, whatsapp et autres en longueur de joirnee.

C’est le cas, Paul Éric Kingue devenu un Dieu vivant de la politique au Cameroun alors qu’il rejoignait la coalition pour un candidat à présidentielle de la même année. Comme lui Christian Penda Ekoka, économiste de haut vol et longtemps penseur pour le gouvernement sur les question d’économie et de développement. Tous adoubés et rapidement portés au panthéon de la poétique au cameroun.

La politique si jamais trop belle pour la faire, car Il n’aura pas fallu attendre 10 ans, et s’étonner du retournent très rapide de la populasse envers ses seigneurs d’hier juste après leur démission. Comme partout, aussi bien de l’opposition que du parti au pouvoir les militants, sympathisants ce sont rapidement transformés en hooligans et jette très rapidement à la vindicte populaire qui quitte le navire.

Le temps d’une prison, de la belle époque sur les réaux sociaux n’ pas de durée indeterminée comme celle de Nelson Mandela.

Pierre Laverture Ombang, Journaliste éditorialiste. En charge de la coopération et du développement.

Tenir la dragée haut, est bein que difficile que l’on ne si l’imagine, car c’est pas l’homme politique qui décide dorénavent ,mais les nouveaux maîtres qui sont ceux qui tiennent les rênes des réseaux sociaux et dieu seul sait combien ils sont nombreux.

On aura tout vu pour certains ou pas, le spectacle ahurissant et désolant des railleries, d’insultes à l’endroit de Penda Ekoka après l’affaire survivol est un bel exemple de ce qui se passe aujourd’hui entre politique et réseaux sociaux. Des réseaux sociaux qui servent peut être, mais desservent des la moindre incartade.

Paul Éric Kingue Penda Ekoka froidement lynché sur la place à l’autel de Facebook et sur whassapp, même mort. Un jour insulté et autre glorifié et ça après la mort. Célébrons nos héros morts.

Pierre Laverdure OMBANG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Grève des enseignants: Suspension en rangs dispersés

Par Rostand TCHAMI Plusieurs mois après le début de la grève lancée par les enseignants du…