Home Economie Afrique Cameroun > Barrage de Lom Pangar: Ce que le Saild propose pour endiguer les impacts socio-environnementaux
Afrique - Economie - LA UNE - 2 juin 2020

Cameroun > Barrage de Lom Pangar: Ce que le Saild propose pour endiguer les impacts socio-environnementaux

Partager

Selon le rapport produit en 2000 par la Commission mondiale des barrages instituée par la Banque mondiale et l’Uicn, malgré les bénéfices économiques générés par les barrages, leur construction et leur exploitation ont conduit à d’importants impacts sociaux et environnementaux négatifs. Les grands barrages ont par exemple causé le déplacement de plus de 80 millions de personnes dans le monde, l’ennoiement d’une multitude d’habitats naturels de la faune et de terres agricoles, la destruction d’un grand nombre d’écosystèmes aquatiques. Et la construction du barrage hydro électrique de Lom Pangar n’a pas échappé à ce constat malheureux. Sa mise en eau du a entrainé d’énormes conséquences dans la région de l’Est. Il a eu un impact significatif sur l’environnement et les populations riveraines.
Entre autres, la biodiversité faunique est en péril, il y a une forte augmentation de la température à cause de la déforestation de la biomasse dans le lac de retenue (en 7 ans, c’est plus de 36000 ha de forêts qui sont comptés en perte), les habitudes alimentaires ont été bouleversées, on s’achemine vers la perte de l’identité culturelle des communautés, la pêche dans le lac de retenue est hors de portée des communautés alors qu’elle générait 8% des revenus familiaux, l’on assiste à une éclosion des conflits fonciers. Après avoir jugé « insuffisantes » les mesures environnementales et sociales du barrage de Lom Pangar déjà prises par le gouvernement et les autres acteurs concernés, le Service d’appui aux initiatives locales de développement (Saild) a produit un document de réflexion qui s’inscrit dans le cadre des activités de suivi indépendant du couvert forestier menées par ses soins, suite à l’observation des changements du couvert forestier et des effets sociaux qui ont suivi la construction du barrage hydroélectrique de Lom Pangar. En claire, l’organisation a formulé 5 recommandations pour répondre aux dégâts persistants du projet sur le terrain.
Préservation des forêts
Primo, les acteurs concernés notamment Edc, devraient accélérer la mise en œuvre des mesures compensatrices et d’atténuations non achevées, principalement dans la mise en œuvre du Pi et voir dans quelle mesure l’actualiser à la Nes No5 de la Banque mondiale. Secundo, le Minepia devrait renforcer la surveillance des activités de pêche sur le lac de la retenue, principalement les pratiques et techniques de pêches appliquées. Tercio, Edc devrait renforcer les capacités des populations locales dans l’auto gestion des infrastructures sociales mises en place par le projet. Cuarto, Edc, le Minader, le Minepia et le Minefof devraient renforcer et adapter le mécanisme de formation des populations dans le développement des activités génératrices de revenus. Ces mécanismes doivent tenir compte des spécificités de la zone (superficies des espaces cultivables limitées), et des besoins des communautés locales (structures de formation accessible). Enfin quinto, le Minfof devrait inclure les communautés locales dans la gestion du Pndd pour faciliter l’accès aux droits d’usage coutumier et la préservation des forêts.


Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *