Home Société Afrique Cameroun > Barrage de Natchigal: La confédération des travailleurs dépose une plainte contre l’Etat du Cameroun
Afrique - 19 avril 2021

Cameroun > Barrage de Natchigal: La confédération des travailleurs dépose une plainte contre l’Etat du Cameroun

l’ Union générale des Travailleurs du Cameroun ,s’insurge contre  l’arrestation abusive  l’interdiction du droit de grève aux personnels , et maintient par ailleurs que c’est un droit inaliénable aux travailleurs. un flou selon la centrale syndicale << plutôt au bénéfice du Gouvernement qui le fait en violation de la loi de 96.>>

Lundi 19 Avril , la centrale syndicale dépose une plainte contre l’État du Cameroun . Les raisons : <<abus de pouvoir et de violation des droits des travailleurs >>. C’est une affaire qui dure entre l’Etat du Cameroun et les employeurs du barrage de Natchigal confie Isaac Bissala,  président confédéral de l’Union  Générale des Travailleurs du Cameroun (Ugtc), qui vient d’être  mis sur la touche depuis le début des négociations entre le personnel et l’état du Cameroun (Nachtigal Hydro Power Company (Nhpc)

Il y’a quelques temps , le  premier ministre chef du gouvernement du Cameroun instruisait , à l’effet de voir plus clair autour de cette situation qui paralyse les activités de la compagnie camerounaise , dans le seul but légal  de trouver  des solutions adéquates entre les parties qui en sont arriver à des positions tranchées notamment celles liées aux revendications des personnels .

Et ceci , conformément aux principales résolutions de la toute première réunion tenue dans ce sens le 12 mars 2021 dernier qui n’avait pas produits les effets attendues ,jusqu’à la convocation d’ une seconde concertation dite  tripartite  tenue vendredi 16 avril 2021 , sur le site du village Ndokoï par Mbandjock, dans la Haute-Sanaga.

 Le projet de construction de la centrale hydroélectrique de Nachtigal, fait partie des priorités majeures de l’Etat du Cameroun.   Il a été pensé pour permettre à l’état du Cameroun de disposer des  sources additionnelles importantes de production d’électricité stable. Et la mise en service prévue  pour 2022, pour  date de livraison  prorogée du fait de la situation pandémique liée au covid-19 de  2023 à mars 2024 .

Le projet est un financement de la banque mondiale à hauteur de   447,17 milliards de Fcfa, pour la construction d’un barrage  sur 1455m de long, composé d’une retenue de 27,8 hm3, pour 14m de hauteur maximale, avec  débit d’équipement évalué à 980 m3/s, d’un amont de 420 MW sur le fleuve Sanaga au Cameroun.

L’implantation de ce  vaste projet avait vu  l’indemnisation des populations riveraines touchées   par le gigantesque  projet hydroélectrique dans le village de Natchigal  , surtout pour ceux ancrées dans  de l’agriculture. Un épineux problème dont les contours n’ont jusqu’ici jamais trouvés solutions fiables.

 Selon des informations glanées à bonnes sources , Un  consortium formé  de quatre partenaires, dont  Nachtigal Hydro Power Company (Nhpc) a vu le jour le 7 juillet 2016 . A la suite de cela , la Nhpc détient  15% des actions  Camerounaises,  la société française , Électricité de France (Edf) 40% des parts, la Société Financière Internationale (SFI) du Groupe de la Banque mondiale (20%), le fonds Africa50 de la Banque  de Développement (Bad) 15% et, le fonds d’investissement français Stoa (10%).

Il fallait donc , après passer au recrutement des personnels , et à ce moment c’est le  Fond National de l’Emploi ,principale  recruteur de l’état qui avait été sollicité  mais curieusement mis à la touche par on ne sait qu’elle formule ,  au bénéfice de ceux de cible Rh, ou Emplois Services. Des faits  révélateurs selon notre source qui vont planté le projet qui prévoyait pourtant le recrutement de la main d’œuvre locale mais mal imposée par certains hommes politiquement bine placés au Cameroun et  l’élite locale,  toutes choses qui vont  contribuées à plomber les  contrats de la  première vague de recrutement fait .

Une seconde vague sous la direction du contractant Ccn/Gbn,  va essayer de  rectifier le tir. Difficilement  la mayonnaise ne va prendre. Avec un impact conséquent sur le personnel.

Il faut remonter à la journée du  du 3 février 2021,pour mieux comprendre la situation et loger le problème .Il. faut savoir que  le chantier de construction du barrage hydroélectrique de Nachtigal,  conduit par le consortium Société Camerounaise de Construction du barrage de Nachtigal (Ccn), après quelques  jours du début des travaux va être fortement perturbé par un gigantesque mouvement d’humeur.

Remontons le temps


Selon des sources proches du dossier : << c’est une erreur de pointage électronique qui va mettre le  feu aux poudres >> , car elle aurait conduit à une rémunération erronée du personnel. Un couac a forte odeur de deux poids deux mesures qui va  alors paralyser  ,  le chantier en bloquer les travaux sur place.

Certains employés vont alors profiter pour porter une  revendications qui sera liée  à leur traitement salariale. Une  une situation de ras-le-bol généralisé va s’observer sur le site .

Les employés affirmaient que, l’entreprise principale et ses sous-traitants ne respectent pas les contrats. Un doigt accusateur était notamment pointé sur  la qualité douteuse de la restauration, sur les pressions liées au travail, sur le mauvais management des équipes, enfin sur les disparités salariales. Une situation de grève  qui a impacté et mobilisé tout le génie civil de l’aménagement du barrage et de la centrale hydroélectrique de 420 mégawatts. Les ouvriers réclamaient, entre autres, la révision de leurs contrats de travail; le paiement régulier de leurs primes, spécifiquement l’indemnité de logement avec rappel sur les mois antérieurs; et le départ du directeur de projet du barrage de Nachtigal, Christophe Denat (du groupe Français Nge Contracting).

révèle notre source .

 Le  gouvernement va alors tenter les premières négociations , mais rien n’y fera . Prenant la ferme résolution bancale de délibérément << de refuser  toute implication syndicale dans ce dossier, au prétexte que ces derniers seraient par excellence des faiseurs de grève. Et si cela venait à perdurer, Natchigal ne verrait jamais le jour.>>

Solutions pour sorties de crise ? 

C’est une  une note publiée par le directeur du projet, Christophe Denat, qui informe sur le calme revenu sur le chantier à la suite d’une réunion tenue le 3 février entre les représentants du personnel, la délégation départementale du travail et la direction de Ccn, selon la note du directeur du projet 

 La refonte salariale, plus cohérente et plus juste, sera effective dès la paie de février 2021, conformément au procès-verbal de la réunion du 25 janvier 2021. La direction s’engage à ce que l’application de cette mesure ne puisse entraîner aucune baisse de salaire.

conclut le communiqué

Arguant qu’une campagne d’évaluation était en cours et elle aurait débouché sur une reclassification de catégorie ou d’échelon sur la base des critères d’évaluation de compétences. Cette reclassification aurait été également effective sur la paie du mois de février 2021. Enfin, une prime de rendement qui aurait été effective à partir de la paie du mois de mars 2021.

Afin d’éviter des erreurs de pointage, il avait été même  décidé ,  qu’à compter de février 2021, le salaire sera calculé sur la base des pointages manuels, éventuellement corrigés par les pointages électroniques. Ce sera le cas jusqu’à l’assurance de la complète fiabilité du processus. Laissait -il lire. 

 Le non respect des conventions collectives serait donc à l’origine des mouvements de grève qui durent là bas . Excédés donc par tous ces manquements, les employés sont passés à la vitesse supérieure et ont décidé de se faire entendre à leur manière autour de la filouterie de contrat signé entre les agences de recrutement et la direction générale de Nhpc.

Des interpellations abusives vont alors se faire voire  ,  une mesure dissuasive pour tuer dans l’œuf les velléités des personnels engagés à revendiquer leurs droits. Ce qui va aboutir à l’interpellation de  plus de 40 personnels  détenues dans les cellules de Nanga Eboko et à ce jour en attente de déferrement.

Des blocages sont donc observés , la situation qui va de mal en pire va interpeller  le premier ministre chef du gouvernement à réagir et ordonner à nouveau aux Ministres, Gaston Eloundou Essomba, de l’Eau et de l’énergie ; à Grégoire Owona, du Travail et de la sécurité sociale, au  gouverneur de la région du Centre, du Préfet Albert Nanga Dangune descente autour du Directeur général de Nhpc, Vincent Leroux, du Directeur général de l’entreprise de construction Ccn/Gbn, Christophe Denat,  et de huit représentants des employés de Ccn, aux fins de désamorcer une grève  en cours depuis le début du mois de février sur le site. 

La  médiation va exclure les syndicats et notamment la centrale syndicale des travailleurs conduite par Isaac Bissala . Des remous qui ont en effet déjà fait tomber trois Directeurs Généraux  dont : Olivier Flambard (juillet 2016 – août 2018), Augusto Soares Dos Reis (septembre 2018 – février 2021), Vincent Leroux (depuis le 1er mars 2021).

Le projet Nachtigal ,  c’est trois composantes dont celle de la construction d’un aménagement hydroélectrique de 420 MW, de la construction d’une ligne de transport électrique de 225 000 volts entre Batchenga et Nyom 2 dont  la mise en service de la première turbine prévue  en septembre 2022.

C’ est donc un investissement d’un montant total de 786 milliards de Fcfa. Le barrage de Natchigal se présente comme  ,  grande infrastructure de production d’énergie électrique jamais construite au Cameroun mais dont la gestion de personnel , pilier majeur dans l’édification du projet risquerait fort de le plomber à sec et peut être ne verra jamais le jour …Comme bien d’autres dans notre pays.

Pierre Laverdure Ombang

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Cameroon-info.net: Les activités aux arrêts

Par Antoine Bivana Les lecteurs du site d’information le plus lu du Cameroun, sont sevrés …