Home Politique Afrique Cameroun > Bassilekin III: La Stratégie nouvelle de développement
Afrique - 1 février 2021

Cameroun > Bassilekin III: La Stratégie nouvelle de développement

Le ministère des petites et moyennes entreprises, de l’économie sociale et de l’artisanat (Minpmeesa), a présidé au sein de son département la conférence annuelle de ses services centraux et extérieurs le vendredi 29 janvier.

Au cœur de la concertation, donner corps à la nouvelle stratégie nationale de développement 2020-2030 (Snd30)

C’est en réalité par visioconférence qu’Achille Bassilekin III a pu échanger avec ses collaborateurs au niveau des régions. La thématique qui a animé ce moment de concertation portait sur

« Comment mobiliser les petites et moyennes entreprises (Pme), les acteurs de l’économie sociale et les artisans pour catalyser la transformation structurelle de notre économie. »

Dans son discours de circonstance, il a indiqué d’entrée de jeu qu’il était question pour le ministre

« de s’appuyer sur les considérations liées à l’adoption de la Snd30 et relever à l’intention de son personnel, les mutations,  les innovations et le changement de paradigme dans le fonctionnement de son département ministériel que l’adoption de ce nouveau cadre de référence impose ».

Le Minpmeesa, est chargé, dans le cadre de l’organisation du travail gouvernemental, « de l’encadrement et de la promotion des Pme et des initiatives de migration des acteurs du secteur informel  vers le secteur formel, est ainsi , plus que par le passé, appelé à jouer un rôle de premier plan dans la dynamique et le processus d’émergence du Cameroun à l’horizon 2035 », a poursuivie Achille Bassilekin III.

Il  a par ailleurs indiqué que les défis sont nombreux et variés, les attentes placées en son département sont tout aussi pressantes  et déterminantes pour la réalisation des objectifs stratégiques que s’est fixé le gouvernement pour la décennie à venir. Il a de ce fait exhorté  les uns et les autres de ses collaborateurs à une remise en cause personnelle et à un changement de paradigme, gage de plus de professionnalisme et de davantage d’efficacité pour un rendement optimal dans l’atteinte des objectifs stratégiques assignés à son département ministériel.

« Cela passe entre autres par la définition de ces objectifs stratégiques et opérationnels sur la base des orientations sectorielles de Snd30; l’appropriation par les différents responsables du département de cette vision stratégique et des actions et activités qui en découlent, ainsi que les cahiers de charges spécifiques qui leur sont assignés; l’accompagnement technique et la fourniture de véritables services d’appui-conseil de qualité à nos cibles pour le développement de leurs activités; la définition d’une cartographie physique et stratégique de nos cibles »,

a-t-il indiqué

En ce qui concerne spécifiquement le Snd30, il a rappelé qu’avec l’adoption de la nouvelle stratégie nationale de développement 2020-2030 (Snd 30) qui prend le relais du Document de stratégie pour la croissance et l’emploi (Dsce), arrivé à son terme le 31 décembre 2019, la Cameroun se dote d’un nouveau cadre de référence pour son action de développement au cours de la prochaine décennie, dans la perspective de l’accomplissement des objectifs de la vision 2035 qui ambitionne de faire du Cameroun « un pays émergent, démocratique et uni dans sa diversité »

Bien plus, pour maintenir le cap de l’émergence, la Snd30 ambitionne de procéder à la transformation structurelle de l’économie en opérant des changements fondamentaux dans les structures économiques et sociales, afin de favoriser un développement endogène et inclusif.

A cet effet les efforts seront articulés autour de la stratégie d’industrialisation qui constitue le centre d’intérêt de ladite stratégie nationale, qui s’appuie sur quatre principaux  piliers  à savoir : la transformation structurelle de l’économie nationale ; le développement du capital humain et du bien-être ; la promotion de l’emploi et de l’insertion économique ; la gouvernance, la décentralisation et la gestion stratégique de l’Etat. 

Perspectives 2021 au Minpmeesa

Deux domaines vont être au cœur de toutes les préoccupations : le domaine des Pme et celui de l’économie sociale et de l’artisanat. En ce qui concerne les Pme, il y a en premier lieu de la Charte nationale des Pme qui va se concrétiser par sa finalisation au cours de cette année. En deuxième lieu, on retient la finalisation de la stratégie nationale de l’entreprenariat qui va se décliner par la mise en adéquation du projet de stratégie avec la Snd30 et la validation par les services du Premier ministre.

Enfin, dans ce domaine, il y a l’opérationnalisation de la Pépinière nationale pilote d’entreprises d’Edéa, dont il est prévu en premier lieu le lancement de la deuxième cohorte d’apprenants. En deuxième lieu, il y a avec l’Auf, le lancement d’un diagnostic de la pépinière en vue de dégager les défis liés à sa montée en puissance. En troisième lieu pour terminer, avec le Réseau des parlementaires pour l’entreprenariat privé (Reppedp), on retient l’initiation du projet, « un parlementaire pour un jeune porteur de projet », visant à parrainer les jeunes entrepreneurs sortis de la Pépinière d’Edéa.

Dans le domaine de l’économie sociale et de l’artisanat, on retient quatre axes: La structuration des filières relevant de l’artisanat et de l’économie sociale, en vue de la mise ne place d’une interprofession par secteur d’activité; le renforcement des capacités des exécutifs communaux nouvellement élus, en matière de promotion de l’économie sociale; l’affiliation d’artisans à la Cnps; la promotion de la vente en ligne des produits artisanaux camerounais.

Comme on le voit, pour cette décennie qui a commencé, se dessine une nécessaire transformation structurelle de l’économie en vue d’un développement inclusif. Dans cette perspective, des stratégies sectorielles ont été articulées autour du développement des industries et services en cohérence avec le Plan directeur d’industrialisation (Pdi), et appelle une implication forte du Minpmeesa comme l’a rappelé Achille Bassilekin III. De ce point de vue, il n’y a donc point de doute que

« l’objectif de l’émergence doit être érigé en grande cause nationale qui mobilise l’ensemble de nos concitoyens afin de faire du Cameroun un pays moderne et socialement avancé »,

selon les termes de Paul Biya lors de son investiture le 6 novembre 2018, trouve tout son sens à la concertation au Minpmeesa.

Léopold DASSI NDJIDJOU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Covid-19: l’Allemagne adopte un plan de déconfinement progressif

Angela Merkel a annoncé ce mercredi soir la mise en place un plan de déconfinement progres…