Home Société Afrique Cameroun > Bras de fer: Le canton Bell et le Port autonome de Douala dos à dos
Afrique - Info continue - 18 août 2021

Cameroun > Bras de fer: Le canton Bell et le Port autonome de Douala dos à dos

Un litige oppose les autorités traditionnelles du canton Bell aux dirigeants du Port autonome de Douala.

Au centre de la querelle un différend foncier. Dans un communiqué rendu public hier(mardi, 17 août 2021), la Task force « Essengue 21 », comité ad hoc mis sur pied par le chef de canton, Son Altesse royale Jean Yves Eboumbou Douala Manga Bell pour défendre les terres ancestrales des Belè Belè à Douala, dénonce « moult harcèlements, troubles de jouissance, menaces et pressions que le directoire du Pad n’a cessés d’infliger aux populations depuis des lustres ».

En effet, le Pad, dans un communiqué non-daté, invite les publications que cette structure qualifie « d’occupants illégaux » installés dans les voiries du domaine public portuaire au lieu dit « Essengue » de libérer la zone au plus tard le 29 août 2021. Le communiqué du Pad indique que l’accompagnement social dédié à cet effet reste disponible dans les services de la sous-préfecture de Douala 1er. Pour le canton Bell, le désir du Dg du Pad de démolir le village « Essengue » est « un abus de fonction de trop ».

Les Belè Belè soutiennent que sur la base des faits historiques et du tracé topographique, des limites portuaires détaillées par décret présidentiel du 20 octobre 1977, le village « Essengue » n’a jamais fait partie du domaine portuaire.

« Bien plus, poursuit l’autorité traditionnelle du canton Bell, ce litige foncier entre le Pad et les Belè Belè concernant ce village est pendant depuis le 4 juin 2020 devant le Tribunal de Grande ij instance de Douala-Bonanjo et fait l’objet d’audiences mensuelles auxquelles participent toutes les parties concernées y compris le Pad représenté par ses responsables et son collectif de conseils ».

Les Belè Belè expriment donc leur indignation, ainsi que celle des populations du village « Essengue » face à l’attitude de défiance, d’arrogance et de mépris du système judiciaire qu’affiche le directoire du Pad à travers sa tentative de passage en force.

Ebenizer Diki et Serge Aimé Bikoi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Pédophilie, viol et contamination au VIH

Cameroun : L’abbé Emilien Messina interdit d‘exercice Par Atogo’togo Junior «Moi, Monseign…