Home Politique Afrique Cameroun > Budget 2022 : L’Etat viole la loi du 11 juillet 2018
Afrique - Afrique - 9 décembre 2021

Cameroun > Budget 2022 : L’Etat viole la loi du 11 juillet 2018

Cette observation a valu le retrait de la parole, à l’honorable Cabral Libii récemment à l’Assemblée Nationale.

« Le budget de l’Etat pour l’exercice 2022 s’équilibre en ressources et en emplois à 5.752.400.000.000 Fcfa dont 5.599.700.000.000 Fcfa au titre du budget général et 152.700.000.000 Fcfa pour les comptes d’affectation spéciale. Des considérations formelles retiennent l’attention de l’observateur. La transmission tardive du projet de loi de finances initiale constitue une violation de l’article 57 de la loi du 11 juillet 2018 portant régime financier de l’Etat qui dispose que celui-ci doit être transmis au Parlement au plus tard 15 jours avant l’ouverture de la session budgétaire, » observe Cabral Libii.
De l’avis du député Pcrn, le manque d’anticipation dans le calendrier budgétaire augure de l’inertie habituelle dans l’exécution physico-financière des programmes contenus notamment dans le budget général.

A trop vouloir tout faire toute seule, et même temps, l’Administration centrale se trouve très souvent paralysée. « Personne n’a en effet le don d’ubiquité, et c’est la raison pour laquelle le Pcrn n’a de cesse de proposer une réelle et profonde décentralisation territoriale ainsi que le déploiement d’équipes projets qui, dès ce mois par exemple, seraient dédiées à la préparation des projets de lois de finances 2023 et 2024, sur la base du document de programmation économique et budgétaire à moyen terme 2022-2004, » indique le leader du Pcrn.

Selon Libii, anticiper sur ce pan du calendrier budgétaire permet la réalisation, avant la fin de l’exercice N-1, de tous les préalables techniques au lancement du Bip de l’exercice N+1. C’est même cela la justification profonde du choix de la budgétisation par programmes. Comment ne pas noter également une évolution haussière et rapide de la dette publique (de 1.011.920.000 Fcfa en 2021 à 1.475.300.000 Fcfa en 2022), dans un contexte où persistent de faibles capacités d’absorption des crédits, la prévarication et la gabegie par des choix irrationnels ?

« C’est bien dommage que l’Etat ne parvienne toujours pas à se muer en ‘’planificateur bienveillant’’ et que les délais d’exécution des projets s’étirent dans le temps induisant des externalités négatives (biais de moralité) avec des effets d’aubaine inattendus de la part de gestionnaires indélicats. Tous les projets de ces dix dernières années souffrent des mêmes maux et le Bip ne parvient pas à produire l’effet multiplicateur sur l’activité économique tel que les camerounais sont en droit de l’attendre, comme garantie de l’amélioration de leurs conditions de vie, » regrette Cabral Libii.

Antoine Bivana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Magouille autour des visas: L’Ambassade d’Allemagne décline toute responsabilité

Par Antoine Bivana En cas de paiement, l’Ambassade d’Allemagne invite les usagers à faire …