LA UNE Opinion Politique panorama 27 janvier 2020 (0) (1059)

Cameroun > Campagne électorale aux Législatives/Municipales 2020: L’équation personnelle

Partager

Ces derniers utilisent à cette occasion toutes les astuces possibles pour atteindre leur cible et pour les convaincre.
Au Cameroun pendant l’élection présidentielle, seule une figure est mise en avant par des divers groupes politiques engagés parce qu’il n’y a qu’un seul poste à pourvoir.
S’agissant par contre des législatives et municipales, 180 sièges de députés et plus de 10.500 postes de conseillers municipaux répartis dans 180 communes sont en jeu.
Ces élections se déroulent au scrutin de listes bloquées, donc sans aucune possibilité pour l’électeur de constituer lui-même sa liste des conseillers municipaux dans une commune, ou des députés dans une circonscription donnée.
Devant une liste de candidats, l’électeur n’a pas d’autres choix que de l’approuver en votant pour elle, ou de la rejeter en choisissant une liste concurrente lorsque cela est possible, ou de voter nul, ou encore de s’abstenir.
A l’heure actuelle, les 180 députés titulaires et leurs 180 suppléants élus en même temps qu’eux sur les mêmes listes sont choisis dans 86 circonscriptions.
Du côté des communes, les plus petites comptent 25 conseillers municipaux et les plus grandes, au nombre de (05) cinq, 61 conseillers.
Et pourtant sur certaines affiches de campagne, notamment sur les réseaux sociaux, des candidats au double scrutin législatif et municipal du 09 février 2020, font campagne en se mettant seul en lumière sans la moindre allusion à leurs colistiers.
Cela peut laisser croire aux électeurs qu’il est soit l’unique candidat du parti sous la bannière duquel il compétit dans une circonscription donnée, soit qu’il sera le futur maire de la commune en cas de victoire de sa liste, s’agissant des municipales.
Hors, s’il est indéniable que la présence d’une personnalité populaire dans une liste est capable de faire gagner ladite liste, personne ne doit cependant perdre de vue relativement aux municipales, qu’après, ce sont les conseillers municipaux dans chaque commune qui élisent le maire qui n’est pas nécessairement la personne qui était à la tête de la liste gagnante lors du vote populaire.
Par ailleurs, personne n’ignore, sauf peut-être les naïfs, que pour faire adopter une loi ou orienter quoi que ce soit à l’Assemblée Nationale, il faut réunir non pas une seule, mais au moins 91 voix de députés.

Eric Boniface Tchouakeu, Journaliste éditorialiste. Chef de chaîne Rts. Conseiller éditorial.

Tout cela au delà du fait que des futurs élus appartiennent à des appareils qui ont déjà leur ligne politique consignée dans leurs projets de société, et même leurs programmes. Difficile dans ces conditions pour un élu de peser politiquement d’un quelconque poids s’il se met en posture d’électron libre.
Il y a certes beaucoup de démagogie en politique, mais les électeurs avertis succombent de moins en moins à certaines promesses électorales fallacieuses ou irréalistes.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *