Home Opinion Politique Cameroun > Can 2021: Jean Michel Nintcheu dit non à la diminution des heures de travail et des classes
Politique - Spécial CAN - 16 janvier 2022

Cameroun > Can 2021: Jean Michel Nintcheu dit non à la diminution des heures de travail et des classes

Lire l’intégralité de la rection du député Sdf à la suite du communiqué du gouvernement portant réduction des heures de cours et des horaires de travail dans le secteur public.

Avec Jean Michel NINTCHEU

Réduire les heures de cours en ce qui concerne les activités scolaires, académiques et réduire également les horaires de travail dans le secteur public dans l’unique objectif de permettre aux camerounais de prendre une part active à la Can Total Énergies 2021 revient à privilégier la distraction à l’éducation et à la performance tant souhaitée de notre administration publique.

Le football est d’abord un jeu avant d’être un enjeu. L’éducation est un enjeu national et d’avenir. La première leçon à tirer de ce communiqué est que pour le gouvernement camerounais, le football est au-dessus de l’éducation. Et c’est en cela que cette décision est irresponsable.

Le gouvernement n’aurait pas dû prendre cette piètre décision au regard de nos priorités. Aller au stade pour la Can est-il au-dessus des priorités du pays?

Yaoundé n’a manifestement pas évalué les conséquences néfastes prévisibles d’une telle décision. Les infrastructures de nos universités ne permettent pas de dispenser tous les cours en matinée. Que fera-t-on des filières dont les cours sont programmés en fin de journée? Quels mécanismes le gouvernement a-t-il prévu pour rattraper les cours perdus durant toute cette période? Le gouvernement a-t-il mesuré l’impact de cette décision sur les programmes scolaire et académique? Cette mesure a-t-elle été prise en concertation avec les enseignants et autres éducateurs?

Que dire de l’école républicaine ? Ce concept a foutu le camp le temps de cette Can à partir du moment où cette mesure « exceptionnelle » ne concerne que les élèves et étudiants qui fréquentent les lycées et établissements publics. Comment feront ceux-ci pour être au même niveau que leurs camarades qui sont dans les écoles privées, collèges et instituts privés d’enseignement supérieur ? Ceux qui font les cours du soir sont désormais en congé. Les élèves des écoles, des lycées et étudiants des universités installés dans les villes qui n’abritent pas les matchs de la Can sont-ils concernés par cette mesure exceptionnelle? C’est en cela que ce communiqué gouvernemental participe en tous points de vue de la discrimination qui est à proscrire. L’égalité et la liberté en matière d’éducation sont des sacro-saints principes dans toute République qui se respecte.

Compte tenu du contexte actuel, il faut être vraiment stupide et déconnecté des réalités de notre pays en ce moment pour croire que les élèves, étudiants et agents de l’État préféreront aller dans les stades une fois que les écoles, les universités et les services publics seront fermés. On va au stade de football voir un match par passion et non par fantaisie, par contrainte ou pour plaire à autrui. À ce rythme, on finira par conduire les camerounais manu militari au stade!

Quel que soit le bout par lequel on prend cette décision, le remplissage des stades est devenue une affaire politique. Cette mesure a été prise à la gloire d’un seul homme M. Biya qui veut à tout prix et à tous les prix que « sa Can »soit un succès populaire.

Cette mesure exceptionnelle créera plus de problèmes qu’elle ne va en résoudre. Elle doit être annulée. Encore que rien ne garantit que cette décision prise à l’emporte-pièce amènera le public dans les stades. Les affluences observées le week-end sont un indicateur pertinent de ce que le problème se situe ailleurs.

Hon Jean Michel NINTCHEU
Député

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Minfi: Louis Paul Motaze suspend un agent

Par Antoine Bivana La décision fait actuellement les gorges chaudes au Minfi. « Monsi…