Home Enquêtes Afrique Cameroun > Can 2021: Pourquoi les stades sont vides [Une enquête panorama papers]
Afrique - Spécial CAN - 2 semaines ago

Cameroun > Can 2021: Pourquoi les stades sont vides [Une enquête panorama papers]

Exigences sanitaires, coût onéreux des tarifs d’entrée aux stades et contextes socioéconomiques difficiles ne favorisent pas le remplissage des stades  pour la grande fête souhaitée par la Caf et le gouvernement camerounais. Les élites veulent remplir les stades.

Par Joseph OLINGA N.

Comme son nom l’indique, la Coupe d’Afrique des nations (Can) de football est le plus grand rendez-vous sportif d’Afrique, selon de nombreux spécialistes. Au-delà des contrats publicitaires qui constituent l’essentiel des gains engrangés par cet évènement, le vœu pour les organisateurs est d’en faire une fête populaire. La Can 2021 qui se déroule depuis le 09 janvier jusqu’au 06 février au Cameroun pourrait ne pas remplir le gage de l’affluence dans les enceintes de compétition.

La cérémonie d’ouverture qui s’est déroulée dans le stade flambant neuf d’Olembe (à l’Ouest de la ville de Yaoundé) à connu un «succès éclatant», selon les avis des spécialistes. L’infrastructure construite pour accueillir 60 mille spectateurs a fait le plein. La rencontre inaugurale qui a opposé le Cameroun au Burkina Faso s’est déroulée dans une ambiance des grands jours pour le football continental. Solennité et popularité certes dues à l’amour des camerounais pour le football mais pas seulement. Il faut rentrer dans les préalables de cette rencontre pour mieux comprendre la popularité que cette rencontre a connu.

Mesures adoucis

La compétition qui se déroule dans un contexte sanitaire mondial marqué par la recrudescence des contaminations au Corona virus et de nombreux décès au Covid-19 était encadrée par un certains nombre de prescriptions édictées par l’organisateur de la compétition, la Confédération africaine de football (Caf). L’organe faîtière du football africain a obtenu du Cameroun, pays hôte de la 33e édition de la Can que tout accès aux différentes stades soit conditionné à la présentation d’une carte de vaccination à jour ainsi qu’un test datant de 72 heures.

Confronté au désistement des potentiels spectateurs, le gouvernement s’est vu contraint d’adoucir les conditionnalités d’accès aux stades. Ainsi, C’est ainsi que le ministre de la santé publique, Manaouda Malachie a, à travers un communiqué radio-presse, daté du 07 janvier 2022, les personnes désireuses de se rendre à la cérémonie- match d’ouverture de la Can à faire des tests rapides antigéniques en vue d’accéder au stade d’Olembe. Dans le même sillage, le gouverneur de la région du Centre, Naseri Paul Bea invitait les personnes désireuses de se rendre au stade d’Olembe à emprunter des bus mis à disposition par le gouvernement.

Tarifs onéreux

Le secret de la distribution des tickets d’entrée au stade d’Olembe a a tenu le temps d’une rose. Pour convaincre les populations opposées à l’administration des vaccins anti Covid-19 et confrontées aux tarifs onéreux des billets d’entrée au stade le gouvernement, certaines municipalités et le parti au pouvoir  ont procédé à la distribution des tickets aux populations, dans les universités, grandes écoles et lycées de la capitale Yaoundé. Des distributions qui parfois  étaient accompagnées des promesses de rémunération. Une réalité dictée par la présence au stade d’Olembe du président de la République et président national du Rassemblement démocratique du peuple Camerounais (Rdpc).

Depuis lors, le phénomène a pris de l’ampleur. A l’exception du stade de Garoua où les élites locales ont vite saisis la leçon de Yaoundé, l’ensemble des matchs de la première journée de poule de la Can 2021 se sont déroulées avec des gradins vides. A défaut d’indexer les exigences médicales, la polémique a souvent chaviré sur la volonté des spectateurs de certaines parties du pays à débourser les sommes exigées pour obtenir les tickets d’entrées dans les stades. Dans les faits, l’on occulte les coûts jugés onéreux par les populations pour accéder aux différents stades.

Les élites de l’Ouest à la manoeuvre

Rendus à l’évidence, les élites régionales se conforment désormais à l’exemple de Yaoundé et de Garoua. Particulièrement indexée dans le phénomène des stades vides, la région de l’Ouest semble assimiler les leçons de Yaoundé et Garoua. Opérateur économique en vue et député à l’Assemblée nationale, l’honorable Kouinche Albert s’investit dans la mobilisation des populations du département du Koung-Khi pour faire foule lors de la deuxième journée de poule au stade Kouekong. Outre des tickets d’accès gracieusement offerts, le président de la section Rdpc du Koung-Khi Nord met à disposition des véhicules pour transporter les potentiels transporteurs sur Bafoussam. Dans le même sillage le maire de la ville chef-lieu de la région de l’Ouest invite les populations de la ville à emprunter les bus gracieusement mis à la disposition des spectateurs.

Plus loin, le gouverneur de la région de l’Ouest appelle à l’arrêt du travail dans les administrations publiques dès 12 heures sur l’étendue de la région.  Dans un communiqué de presse signé le 13 janvier 2022, Awa Fonka Augustine «exhorte les responsables des services publics, parapubliques et privés de sa circonscription administrative de bien vouloir accorder une courte permission d’absence à leurs personnels le vendredi 14 janvier 2022 à partir de 12 heures.» Permissions qui leurs permettraient «d’assister aux matchs de la deuxième journée programmés au stade omnisport de Bafoussam Kouekong.» notamment Sénégal-Guinée et Malawi-Zimbabwe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Fête de la jeunesse: ce sera avec le défilé contrairement aux 2 dernières années.

L’annonce a été faite hier, 27 janvier 2022 au cours d’une conférence de presse conjointe,…