Home Société Afrique Cameroun > Grâce présidentielle: La fille de Mendo Ze accuse David Eboutou de fourberie
Afrique - Afrique - 2 semaines ago

Cameroun > Grâce présidentielle: La fille de Mendo Ze accuse David Eboutou de fourberie

Marlène Emvoutou de l’ancien directeur général de la Crtv, le média du contribuable camerounais dit son ras-le-bol au lanceur d’alerte au sujet d’une fausse «grâce présidentielle».

« Mon cher David, je tenais à  vous manifester mon admiration, compte tenu de cette capacité  que vous avez à  soulever le peuple en appuyant  sur des cordes sensibles. Je ne sais pas par quelle  alchimie  vous êtes entré  dans la vie du professeur  Gervais Mendo Ze, au point de vous sentir obliger de publier des vidéos et des photos  humiliantes de lui,  qui resteront à  jamais  gravées dans notre conscience collective »

, écrit celle-ci dans une lettre au lanceur d’alerte.

Par la suite, elle dénonce le manque de sérieux de David Eboutou.

« Mon cher frère,  même  les journaux appartenant aux  allogènes  ont respecté la dignité de cet illustre Bulu.   David, vous avez été  prisonnier, et vous savez que c’est la levée  d’écrou qui marque la fin de la détention carcérale.  Avez-vous déjà  dit à  vos multiples  soutiens que, 6 jours après la « grâce  présidentielle »  que vous nous avez annoncée  avec fanfares  et tambours n’est toujours pas parvenue à  la prison de Kondengui ? »

, s’interroge celle qui voulait être présidente de la Fecafoot.  

Alzheimer

 « Une façon de dire qu’aucune ne démarche administrative  de mise en liberté du prisonnier Gervais mendo n’est enclenchée ? En tout cas, je me trompe difficilement. Je savais que ceux pour qui vous roulez ont voulu atténuer la colère  du peuple.  Il n’avait pas misé  sur l’intelligence  de cette nation camerounaise qui sait se mettre ensemble  pour défendre l’essentiel : la vie humaine.  Vos amis étaient dans un banal calcul politique, celui d’attirer l’attention du peuple sur la « méchanceté  » de leur président »,

poursuit-elle.

« C’était sans compter sur la perspicacité du cabinet noir. En tout cas, la seule victime  dans cette affaire, c’est moi. Je suis coupable  aux yeux de l’opinion de n’avoir pas soutenu l’exhibitionnisme autour de la santé de mon père.  Je suis coupable de n’avoir pas fait de vidéos   quand je vais voir mon père  qui a perdu la mémoire et ne se souvient plus de personne. Ces gens ne savent pas que les noirs peuvent être atteints d’alzheimer.  Et qu’il est extrêmement  douloureux de voir en face la déchéance humaine »,

a-t-elle conclu.

Arlette Akoumou Nga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Sultanat des Bamoun : Qui était Rabiatou Njoya

La frangine de sa Majesté le Sultan, El Hadj Ibrahim Mbombo Njoya s’est éteinte le 09 avri…