Home Société Afrique Cameroun > Catastrophe ferroviaire d’Eseka : La stèle dans la broussaille 4 ans après
Afrique - 20 avril 2021

Cameroun > Catastrophe ferroviaire d’Eseka : La stèle dans la broussaille 4 ans après

1460 jours après l’accident ferroviaire d’Eseka, la stèle en mémoire des victimes est reste encore en construction. Les familles des victimes sont aux aboies face à la situation. Au Cameroun le devoir de mémoire à foutu le camp?

La catastrophe ferroviaire du 21 octobre 2016 à Éséka, au Cameroun, sur la ligne entre Douala et Yaoundé, exploitée par Camrail, filiale de Bolloré Transport & Logistics, a fait officiellement 80 morts et plus de 740 blessés.

 Le pire drame qu’ait connu le Cameroun sur la voie ferrée . Si l’indemnisation des victimes aura été une priorité, et mobilisé toutes les parties prenantes à cette fin. Les frais funéraires des défunts ont été pris en charge par l’assureur de la filiale camerounaise du groupe Bolloré Camrail (1,5 million de Fcfa –  environ 2 300 euros – par personne).Et aussi annoncé un apport conséquent de la présidence de République , mais plutôt flou dans la gestion .

Quatre ans après, les populations d’Éséka attendent toujours , car n’ont pas oublié le déraillement survenu le 21 octobre 2016. Cette date tragique désormais dans les mémoires pour de nombreuses familles qui sont encore aujourd’hui sans nouvelles de leurs proches qui étaient abord du train 152 de la société Camrail à destination de Douala.

Sur place , c’est choses promises sont loin d’être réalisées .C’est indubitablement une plaie qui ne fait que s’ouvrir car les morts jusqu’ici ne sont pas honorés. Dans leur sommeil profond et éternel ils attendent certainement cette stèle tant promise .

Pour la petite histoire ,4 ans après la stèle en hommage aux victimes reste toujours en construction après le lancement des travaux en septembre 2018:

« La stèle est abandonnée dans la broussaille. Aucun souvenir à la mémoire des victimes. »

Juste le temps d’une annonce ,et tout est qui est resté intact ici à Eseka sur le lieu du drame.

Si officiellement , Le déraillement du train 152 non loin de la gare d’Eséka avait fait, 79 morts et plus de 500 blessés. Les rescapés évoquent eux des chiffres plus forts que ceux avancés. Double peine pour les familles endeuillées qui jusqu’à ce jour, la construction de la stèle, un véritable autre chagrin encore plus pénible à vivre car:

« Nous avons le sentiment fort que le devoir de mémoire à l’endroit de nos familles décédées dans cet accident tragique n’intéresse plus personne …Ni même camrail (…)  La stèle est abandonnée dans la broussaille. Aucun souvenir à la mémoire des victimes. »

A quand la livraison de la stèle ?

En attendant un éventuelle date butoire qui viendrait du Minac,il faut repréciser que le 17 mai 2018, le professeur Narcisse Mouelle Kombi, alors ministre des Arts et de la Culture (Minac), accompagné de son homologue des Affaires sociales, Pauline Irène Nguene avait procédé à la pose de la première pierre de ce monument.

Il devrait à terme être constitué de cinq principaux ouvrages, bâtis sur environ 3 000 mètres carrés dont la stèle proprement dite, un box administratif, un forage, des panneaux solaires et d’aménagements autour du site. Sur place à Eseka c’est encore que des parpaings empilés sous une forme pas encore très perceptible et abandonnée à elle même à la nature qui attend toujours d’être terminée depuis 4 ans.

Pierre Laverdure Ombang

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Cinquantenaire de l’unité nationale en moins de 50 minutes: La nécessité de la réforme du format et du contenu.

Par Éric Boniface Tchouakeu A Yaoundé, la parade civile et militaire présidée par le Chef …