Home Politique Afrique Cameroun > Christian Ntimbane Bomo: L’émissaire d’un clan au sein de la résistance en mission contre Maurice Kamto
Afrique - 3 semaines ago

Cameroun > Christian Ntimbane Bomo: L’émissaire d’un clan au sein de la résistance en mission contre Maurice Kamto

J’ai pu observer comme nombre d’entre vous les sorties récentes de Christian Ntimbane Bomo. Des sorties qui intriguaient bien que progressivement il se laissait dévoiler. Cependant j’estime qu’il faille toujours donner une chance à ceux qu’on connaît de s’expliquer, il faut essayer de les comprendre. C’est pourquoi je décide d’appeler Ntimbane Bomo. Car, s’il existe des asiles psychiatriques c’est bel et bien parce que même ceux qui souffrent de troubles mentaux méritent d’être suivis et écoutés. 

Il important de savoir que depuis plusieurs mois je ne parlais plus déjà avec Bomo dont l’état psychologique de narcissique m’intriguait déjà. J’avais déjà eu le sentiment qu’il était habité par une illusion d’influence et de pouvoir. Et j’étais particulièrement intrigué par ce sentiment qui l’habitait. Mais j’étais choqué parce qu’il m’était apparu comme quelqu’un qui ne connaissait plus les réalités du Cameroun. Il était déconnecté. 

Hier, au terme d’une conversation d’une heure trente minutes, je suis parvenu à deux conclusions : 

1- Christian Ntimbane Bomo n’agit pas seul. Il est juste le porte parole d’un groupe de personnes engagées dans la résistance, mais qui très subtilement vont travailler à fragiliser Maurice Kamto pour faire avancer leur agenda. Ces personnes malheureusement sont très proches ou ont été proches de Maurice Kamto. Voilà la réalité. 

2- Christian Ntimbane Bomo nourrit une haine profonde à l’encontre de la communauté Bamileke. Croyez moi c’est horrible pour toute personne sérieuse de voir la déchéance intellectuelle et morale dans laquelle ce monsieur est plongé. A se demander ce que les Bamileke lui ont fait. Je me réserve le droit d’y revenir. 

Cependant, il faut que je le dise. Christian Ntimbane Bomo est le produit d’une cécité stratégique qui s’est produite dans la résistance pro Kamto il y a un an. Date à laquelle sont apparus ces nouveaux « messies de la parole ». Vous promettant «  la libération du Cameroun dans quelques mois ». Ces « gourous de la stratégie ». Mais en réalité tous des Semi-lettrés du jeu politique camerounais.

C’est dans ce sillage que j’apprenais que ces individus qui avaient d’ailleurs lancé une «  chasse à l’homme »affirmaient qu’ils détenaient des relevés de compte bancaires et des reçus de virements où mon nom y figurait. D’ailleurs ils vous avaient promis de les rendre publics comme preuve. Un an plus tard. J’attends toujours rien. 

Mais le drame c’est que lorsque j’ai exposé ses contradictions intellectuelles, Ntimbane Bomo a ressorti le même discours produit par ces «  nouveaux messies de la résistance » il y a un an. Face à ses menaces qui traduisaient un homme faible et léger j’ai du lui dire: «  tu es un avocat bandit et malhonnête intentionnellement ». 

Je vais donc finir mon propos en ayant un message clair pour Ntimbane Bomo, commanditaires et ses amis: 

1- Au commanditaires, Dès que j’aurai finit  avec BOMO, j’afficherai vos visages. Arrêtez  donc votre chien rapidement sinon ce sera la berezina. Et vous savez que je vous connais et principalement celui qui tire les ficelles. 

2- Cher David Eboutou, très content que ça fume du grand amour entre Bomo et toi. Mais en relayant les attaques malhonnêtes, tribalistes et méchantes de Bomo, tu te constitues volontairement ou involontairement en complice. 

3- Toi Christian Ntimbane Bomo, j’ai le sentiment que tu crois toujours que ton oncle est encore Conseiller de Paul Biya. Non mon ami. Tu vis dans l’illusion. Ceux qui t’envoient sont dans l’ombre. Ils te connaissent tellement émotif, faible et immature. Qu’ils savent que tu n’as pas l’intelligence de comprendre le jeu de carte en cours et les intérêts des uns et des autres. 

Je ne te laisserai pas fragiliser ce que nous avons construit méticuleusement depuis près de 10 ans. Je te l’ai dit au téléphone et je te redis publiquement.

Tu sais on parlera de beaucoup de choses ensembles au départ : ton implication dans «  l’affaire de la fausse mort de Paul Biya ». On pourra y revenir au passage sur ces petits dossiers en cours où avec ton oncle vous avez fait perdre de l’argent au contribuable. Ou encore ce  copain cocufié en toute impunité qui cache sa douleur sur les réseaux sociaux. 

Quand tu décides de jouer dans la cour des grands assure toi que tu as le niveau. 

Boris Bertolt 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cote d’Ivoire > Cpi: l’affaire Gbagbo, nouveau révélateur des faiblesses du bureau du procureur

La chambre d’appel de la Cour pénale internationale a confirmé les acquittements prononcés…