Home Société Afrique Cameroun > Cnjc: Ça chauffe entre Mounouna Foutsou et André Marie Dibamou
Afrique - 15 août 2021

Cameroun > Cnjc: Ça chauffe entre Mounouna Foutsou et André Marie Dibamou

Alors que tout le monde sait que le Bureau exécutif de l’instance faîtière des mouvements et associations de jeunesses du Cameroun a été déposé au cours d’une Assemblée extraordinaire convoquée par les 2/3 qui s’est tenue par vidéo conférence le 15 mars 2021, le ministre de la Jeunesse continue d’entretenir le flou sur la légitimité des nouveaux acteurs dont le mandat à été prorogé d’un an.

Chaque acte administratif du président de l’Assemblée générale nationale du Conseil national de la Jeunesse du Cameroun, le docteur Dibamou André Marie est suivi d’un acte parallèle du Minjec. On se souvient encore que le dimanche 4 avril 2021, le docteur Dibamou André Marie est reçu par Arnaud Nguefack de Canal2 dans le cadre de l’émission La Rétro tout juste après son élection. Dans cette livraison, il revient de long en large sur les nombreuses irrégularités qui ont émaillées le mandat échu à savoir: la non tenue d’une Assemblée générale pendant 3 ans alors que les textes les consacrent tous les ans, le décès de plusieurs membres du bureau exécutif dont sa cheville ouvrière le secrétaire général, le rendant de ce fait défaillant et amputé de 6 membres ( 4 seulement sont vivants et actifs) et bien d’autres. Le dimanche suivant, 11 avril, tout le monde est surpris de voir le ministre Mouniuna Fiutsou en personne reçu dans le même fauteuil dire que le Cnjc peut et à très bien fonctionné jusqu’ici sans Assemblée générale et que les Membres décédés n’ont pas vocation à être remplacé.

Concubinage Incestueux

Il se dit dans les couloirs du nouveau bâtiment flambant neuf du Minjec que le bureau exécutif et sa présidente déposée jouissent des grâces du natif de Bangana dans l’Extrême-Nord du Cameroun. Sur les 4 membres encore vivants et constituant le Cnjc querellé, la présidente du Ben Fadimatou vient de L’Extrême-Nord de par son père et de l’Adamaoua de par sa mère, Vatvoumsia Mathieu, Secrétaire général adjoint devenu tout puissant par la force des choses vient lui aussi de Maroua. Kamzock le trésorier adjoint en faire valoir est originaire de l’Est Cameroun et Abomo Anastasie, deuxième vice présidente vient du Centre après avoir décroché une place à l’Enam. Deux autres noms ont été ajoutés à la liste pour gonfler les effectifs, il s’agit de Lenoubou, un sulfureux personnage venu de Bamboutos de Mbouda et Kingsley que personne ne connait dans le Nord-ouest.
Il s’agit donc d’une gestion clanique et mafieuse que la jeunesse a dénoncé et sanctionné le 15 mars dernier à travers un communiqué final des assises tenues par vidéo conférence Covid 19 oblige.

Tout porte à croire que le vrai président du Cnjc est le ministre Mounouna Foutsou qui monte au créneau à chaque fois que Dibamou André Marie initie une action. Pour montrer qu’il travaille et pendant que la jeunesse préparent les États Généraux de la Jeunesse Cameroun les 15, 16 et 17 décembre prochain sous le thème : le ministre produit un communiqué antidaté pour signaler sa présence place Monument de la Réunification ce jeudi 12 août 2021. Des indiscrétions auprès du ministère nous signalent que c’est le branle bas de ce côté là. Le ministre et sa compagne ont totalement perdu le sommeil depuis l’annonce des Etats Généraux de la Jeunesse. Le bureau qu’il avait réservé à dame Fadimatou tout juste près du sien est désert depuis lors.

Cette affaire qui n’a pas fini de livrer tous ses secrets montre bien le cynisme d’un chef de département ministériel aussi sensibleible que la jeunesse et son ambition de mettre du plomb dans l’aile de toute initiative jeune novatrice qui viendrait d’ailleurs et quelque soit son importance.

Affaire à suivre.

Sandra Embollo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Incendie dans un appartement: Une femme enceinte et sa fillette calcinées

Par Gabrielle Mekoui Un début d’après-midi sombre pour la famille des victimes et les popu…