Home Politique Afrique Cameroun > Cohésion gouvernementale en mal: La cabale continue contre Malachie Manaouda
Afrique - 27 août 2021

Cameroun > Cohésion gouvernementale en mal: La cabale continue contre Malachie Manaouda

La nébuleuse au coeur de la République du Cameroun, ne manque de trouvailles pour éclabousser à chaque fois le jeune ministre de la santé publique Malachie Manaouda.

Comment comprendre la dernière cabale sous fond de réhabilitation d’un agent  »detourneur » et les récentes accusations portées contre le ministre de la santé l’accusant d’avoir organisé un braquage ? Il n’est plus un jour qui passe sans que la nébuleuse contre le ministre de la santé publique ne fabrique une histoire alambiquée contre celui-ci. Il y’a quelques temps , on se souvient encore fraîchement de cette histoire de refus de présenter des pièces justificatives autour de la gestion des fonds covid 19 par le ministre de la santé , avec au coeur une grosse entourloupe masquée sous fond de distraction de la somme de 10 milliards de nos francs Cfa.

N’eût été le sens de l’administration et la promptitude du ministre de la santé à apporter à chaque fois des réponses claires et nettes à chaque fois qu’il est ainsi maladroitement indexé, il aurait été voué aux gémonies.

Et ça depuis quelques temps. Car, il ne se passe plus une semaine sans que la mafia aux trousses du ministre de la santé ne ponde un oeuf dont la seule ambition est de le diaboliser devant le peuple camerounais et le président de la République Paul Biya.

La dernière trouvaille en date est la prétendue suspension de ses fonctions de l’ex-Chef de Service du budget au Ministère de la santé en 2019. Selon quelques maîtres vaudou et dont le principal est l’ ex-chef service du ministère de la santé publique, il aurait été suspendu de ses fonctions:

 »pour avoir reversé au Trésor Public le reliquat des fonds pour l’accompagnement de la mission humanitaire Mercy-ships, que le ministre Manaouda Malachie, a voulu dérober, aidé en cela par 03 éléments de la police nationale que conduisait sieur Bouba Sadou Bruno, commissaire de police, précédemment en service à la Dpj et actuellement chef service des marchés au Ministère de la santé »

Et ne s’arrêtant pas dans ses élucubrations ce dernier fait dire par ses suppos que:

 » Le braquage du Chef du Service du budget a lieu 16 jours seulement après la prise de fonction de monsieur Manaouda Malachie. »

Accusant ainsi à la limite, le ministre Malachie Manaouda d’avoir organisé un braquage contre lui. On peut ainsi lire dans les réseaux sociaux que:

« Face au refus du CSB de remettre sans décharge l’argent au ministre, celui-ci va le relever de ses fonctions. »

Les réseaux ne manquant pas dans ce pays, ce dernier se gargarise aujourd’hui après avoir été suspendu par le ministre de la santé, de bénéficier du soutien du ministre secrétaire général a la présidence de la République qui va:

 »Instruire une enquête administrative laquelle constatera l’abus de pouvoir et l’extrême méchanceté du ministre Manaouda Malachie »

Un tas de mensonges grossiers qui n’est le résultat que d’une enquête bâclée et que on pourrait remettre en doute , car il faut dire en même temps que , la situation décrite et présentée dans un rapport du ministre de la santé publique sur ce détourner de deniers publics prouve dans le fond et dans la forme que ce dernier était anglué dans un fort projet détournement de fonds au ministère de la santé publique .

Car il faut préciser que dès sa prise de fonction, le 4 janvier 2019 au ministère de la fonction publique Malachie Manaouda va entreprendre de réorganiser son cabinet. Et fortement va observer que le chef service du budget a lui tout seul occupait trois bureau dont un logé au cabinet. Sommé de libérer le bureau en question, n’étant pas personnel du cabinet et donc ne saurait prétendre, il va refuser de libérer. Il sera donc a cet effet, sorti par expulsion sous contrainte policière et des scellés apposés sur la porte dudit bureau.

Il faut préciser ici que, de cette expulsion s’en est suivi une déclaration spontanée de possession d’une somme de 150 millions de francs cfa dans un coffre de ce bureau par l’entremise du secrétaire général du ministère de la santé publique. Chose mentionnée dans un rapport adressé au Ministre d’Etat et ministre secrétaire général de la présidence de la République Ferdinand Ngo’o Ngo’o.

A l’issue du décompte opéré , en présence des éléments de la police judiciaire convoqués sur place , et au regard de la gravité des faits. Il va s’avérer que dans ce coffre , au lieu de 150 millions comme dit ce sera plutôt tout compte fait la somme de 224,7 millions qui sera retrouvée et immédiatement après instruction donnée par le ministre Malachie Manaouda , qui sera reversée à la trésorerie spécialisée du ministère de la santé publique contre une quittance ,envoyée et présentée au Ministre secrétaire général de la présidence de la République jointe au rapport sur la situation en question.

De l’exploitation du procès verbal de l’audition jointe et envoyée au ministre Ngo’o Ngo’o il ressort que , les sommes retrouvées dans le bureau du chef service du budget étaient destinées à la couverture des activités du projet Mercy Ships qui du reste étaient supposées êtres terminées depuis plus d’un an et donc le compte d’emploi n’a jamais été apuré depuis ce temps et selon nos sources jusqu’à ce jour.

C’est donc efficacement sur la base de ces éléments que et a titre conservatoire que Malachie Manaouda, ministre de la santé publique quelques jours seulement après sa prise de fonction , va suspendre  »le détourneur suspecté  » pour manquement grave à l’éthique et à la déontologie professionnelle, tout en lui enjoignant de bien vouloir faire le point sur les ressources et emplois des dossiers querrelés, une chose qui a cette date n’a jamais été faite.

Il faut savoir que dès sa prise de fonction , Malachie Manaouda avait également enjoint a tous les responsables et régisseurs des caisses d’avances de son ministère , des programmes et directions générales de lui faire le point afin d’opérer une césure de gestion financière et comptable du ministère de la santé .

Des documents demandés qui depuis 2019 , peinent encore a arriver sur la table du patron.
Il faut savoir que a la suite du chef service du budget  »indelicat  » , le Directeur des ressources humaines à ce moment là, lui aussi détenait une somme de 204 millions provenant des écoles de formation, dont

 »il serait gestionnaire d’une caisse constituée de quotes parts reversées dans des écoles à faible revenu et a la prise en charge d’un certain nombre de dépenses inhérentes aux écoles de formation « .

Telle est donc la situation présentée dans un rapport saisi et adressé au Ministre d’Etat et ministre , sécrétaire général de la présidence de la République. Un audit clair et net devrait être fait après de telles révélations du ministre de la santé sur ce collaborateur , un certain Nomo Martin qu’il découvrait à peine et dont le comportement laissait déjà à désirer …A chacun d’en juger fort opportunément.

Pierre Laverdure OMBANG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Canada > Barreau de Montréal:  Me. Olivier Chi Nouako radié du Barreau de Montréal.

Par Junior Atogo’togo C’est dans le dossier No 56- 17 – 03101 du 05 février 2021 qu’est co…