Accueil Uncategorized Cameroun > Complexe sportif d’Olembe : Pourquoi le chantier est à l’arrêt

Cameroun > Complexe sportif d’Olembe : Pourquoi le chantier est à l’arrêt

Plus de 80% de l’enveloppe destinée à la construction du Coso déjà reversé l’entreprise Magil. Moins de la moitié des travaux exécutés. Le chantier démobilisé.

Par panorama
0 commentaire

Enquête de Joseph OLINGA N.

Deux mois après la clôture de la 33e édition de la Coupe d’Afrique des nations (Can) de football qui s’est tenue du 9 janvier au 6 février 2022, c’est un calme apparent de cimetière règne sur le site du chantier du Complexe sportif d’Olembe (Coso).  Une ambiance en contradiction avec les assurances du ministre, directeur du cabinet civil (Dcc) de la présidence de la République. Trois jours après la fin de la compétition, Ferdinand Ngoh Ngoh. Le 9 février 2022, l’homme, au cours d’une descente instruite par «le président de la République» Paul Biya indiquait le redémarrage de la deuxième phase des travaux du complexe sportif dédié au président de la République, Paul Biya.

L’actualité liée au complexe sportif d’Olembe se déroule en périphérie. D’abord le changement de dénomination de l’entreprise maître d’ouvrage Magil qui devient Fma-Fayolles-Magil. La nouvelle entité, méconnue du contrat de construction du Complexe sportif d’Olembe exigeant au passage la redéfinition des contrats avec les sous-traitants. C’est dans le même sillage que le chef de projet de l’entreprise, Jean Fradique est viré par la direction de l’entreprise dont l’essentiel des cadres sont retournés au Canada. Réalité qui fait douter de la reprise de la deuxième phase de construction du complexe annoncée par le directeur du cabinet civil de la présidence de la République.

Comptes saisies

Autre actualité qui accentue l’incertitude sur la poursuite du chantier de construction du Complexe sportif d’Olembe : l’entreprise française Razel, l’un des sous-traitants de premier plan du chantier, a procédé à la saisie conservatoire des comptes bancaires de l’entreprise maître d’œuvre, Magil. La française réclame à son partenaire le paiement cumulé des factures estimées à 17 milliards de Francs Cfa. Des saisines effectuées  dans une dizaine d’établissements financiers (Bicec, Bgfi Bank, Afriland first Bank, Sgc, Standard chartered Bank, Ecobank, Scb Cameroun, Ceti Bank et Uba).

De passage au Cameroun, le directeur général de l’entreprise Magil (devenue Fma-Fayolles-Magil) n’a officiellement apporté aucun élément de réponse aux inquiétudes de ses partenaires. C’est que, outre la française Razel, les sous-traitants locaux accusent des retards de paiement estimés à un peu plus de deux milliards de Francs Cfa dû par Magil.

Sous-traitants sous tension

«Dès la fin de la Can Total Energie 2021, la mobilisation sur site vous sera notifiée pour la reprise des activités de construction et de levée des réserves.» La communication contenue dans la correspondance adressée par le vice-président exécutif de Magil, Franck Mathière, aux sous-traitants du chantier de construction du complexe d’Olembe reste  sans suite deux mois après la fin de la compétition.

Sans interlocuteur à la direction locale de l’entreprise Magil, les sous-traitants locaux envisagent désormais de saisir les juridictions compétentes pour recouvrer leurs dus. Une décision motivée par le refus de l’entreprise Magil de prendre en compte les travaux réalisés «en urgence» par les sous-traitants à l’approche de la Can 2021 dont le stade Paul Biya d’Olembe a accueillis le match d’ouverture ainsi que la finale de la compétition. Sur le site, matériels et véhicules de l’entreprise Magil sont introuvables.

Difficile de joindre le staff de l’entreprise Magil. Sur le site d’Olembe des interlocuteurs martèlent que «Seul le vice-président, Franck Mathière, peut apporter des réponses à vos questions.» Une source que nous n’avons pu joindre via le contact qui nous a été communiqué. Sous cape, l’on souffle que «Le boss connait quelques difficultés judiciaires avec la justice ukrainienne.» Juridictions saisies par l’Etat nigérian suite à des démêlés avec le patron de l’entreprise Magil.

Chantier à moitié réalisé

Au sein de l’entreprise maître d’œuvre du chantier de construction du Complexe sportif d’Olembe, l’on indique «Il y a encore près de 60% des travaux à faire pour le complexe donne son visage définitif. Même le centre commercial et l’hôtel qui sont logés dans l’infrastructure principal (le stade principal, Ndlr) ne sont pas achevés.» Dans le même temps, l’enveloppe globale prévue pour l’achèvement du complexe a été consommé à plus de 90% du montant convenu par l’Etat du Cameroun et l’entreprise Magil.

De sources concordantes, le contrat signé entre l’Etat du Cameroun et l’entreprise Magil est estimé à 55 milliards de Francs Cfa. Au stade actuel des travaux, l’entreprise maître d’œuvre déclare avoir consommé 54 milliards de Francs Cfa au 31 décembre 2021.  Dans les faits, un peu plus de 42 milliards de Francs Cfa ont déjà été perçus par l’entreprise de droit canadien. L’information fait l’objet d’un embargo au sein du sérail. Toutefois, une source proche du dossier explique que «Magil réclame le versement de 12 milliards de Francs Cfa dans ses comptes.» Une exigence recalée par le ministère des sports et de l’éducation physique (Minsep).

Le maître d’ouvrage exige des justificatifs sur l’utilisation des sommes préalablement versées par la Task force à Magil. Une exigence, souligne une source proche du Minsep liée au fait que «de nombreux travaux spéciaux ont été commandés aux sous-traitants disponibles par le Minsep à la veille de la compétition pour pallier aux manquements observés dans l’exécution du cahier de charge de Magil.» Calculette en main, il reste un milliard de Francs Cfa disponibles pour la construction du Complexe sportif d’Olembe.

Tu pourrais aussi aimer

Laisser un Commentaire

About Us

 

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes et de façon globale. Nous disposons également d’une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC

 

 

  

NOUS CONTACTER

revue de presses

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie