Home Société Afrique Cameroun > Concours de l’Enam: Soumbou Angoula se noie dans le gombo de la corruption
Afrique - 19 octobre 2021

Cameroun > Concours de l’Enam: Soumbou Angoula se noie dans le gombo de la corruption

Dans une lettre, un candidat malheureux au dernier concours étale les pratiques mafieuses du Directeur Général.

« En effet monsieur le Directeur, Vu ma modestie sociale ne me permettant pas de recourir à une requête contentieuse et surtout conscient de la complication et de la corruption dont est victime l’école dont vous avez la charge, je viens par cette présente lettre douloureuse implorer « sans condition » de manière républicaine et sans complaisance la révision de mes feuilles de composition suivi de mon admission effective à l’Enam sur la liste des admissibilités telle que ça été avant que « certains jury de délibération » ou « certains ordres de décision » ne le supprime à la dernière minute au profit d’un autre candidat ayant probablement corrompu. D’après les informations avérées, vous le savez bien environ 50 noms figurant sur la liste des admissibilités des Régies financières… ont été modifiés au profit des noms des autres candidats corrupteurs à la dernière minute c-à-d quelques jours avant la publication des résultats, »

écrit le candidat.

A son sens, cela constitue une fraude grave et criminelle. Elle met à mal avec véhémence et cruauté sauvage de nombreuses familles. Ces familles ont fondé leur espoir sur leurs enfants très brillants et très appréciés dans leurs facultés respectives. Les résultats publiés le 17 octobre 2021, ont été fabriqués.

« Monsieur le directeur général, cette situation fait très mal dans l’âme. Je parle de ce que je sais ! Mon mérite a été volé par une fraude qui est habituelle au sein de cette institution créé en 1995 par décret présidentiel qui faisait la fierté du Cameroun en général et constituait le vecteur de l’efficacité de l’administration camerounaise en particulier, »

argumente le candidat.

Le candidat trouve que Bernard Pierre Soumbou Angoula déçoit le magistrat suprême. Il déclare :

« Le chef de l’Etat S.E Paul Biya en vous nommant Dg de cette prestigieuse institution vous a fais confiance et interpellait ainsi les jeunes à la gestion des affaires publiques de manière responsable. Fort de cela monsieur, au lieu de nous faire aussi confiance à votre tour, vous vous (les jury) êtes permis de supprimer ou modifier mon nom sur la liste des admissibilités à la dernière minute ! J’ai crû à mon pays et j’aime servir mes proches, « la Conac a dit Non à la corruption dans mon pays ». N’est ce pas vrai Monsieur le directeur ? Pour quelle raison ai je bien composé et être informé de la modification de mon nom sur la liste des admissibilités? »

D’après le candidat, le Cameroun ne peut pas émerger tant que la corruption est dans l’âme de l’administration.

« Est-ce de ma faute si ma famille ne vit pas au dessus d’un dollar par jour? Pourquoi tuer l’espoir d’une famille qui a pourtant brillamment réussi au concours de L’Enam (j’ai concouru pour la Drf Cmb et Tra) ? Pourquoi tuer le génie des candidats méritants au profit des non-méritants au nom du « pouvoir de l’argent », »

déclare-t-il.

A titre de rappel, la publication des résultats 2020 de l’Enam a suscité de vives protestations. Des voix ont fustigé les pratiques tribalistes et discriminatoires de Soumbou Angoula. Les quotas prévus pour les 10 régions n’ont pas été respectés. Le Centre et Sud totalisaient 76%. L’Adamaoua, le Nord et l’Extrême-Nord 10%. L’Ouest et le Littoral 7%. Le Nord-Ouest et le Sud-Ouest 4%.

Antoine Bivana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Fête de la jeunesse: ce sera avec le défilé contrairement aux 2 dernières années.

L’annonce a été faite hier, 27 janvier 2022 au cours d’une conférence de presse conjointe,…