Home Politique Afrique Cameroun > Congrès unitaire de l’Upc: Bapooh condamne la « débrouillardise et l’imposture » de Baleguel
Afrique - 8 septembre 2021

Cameroun > Congrès unitaire de l’Upc: Bapooh condamne la « débrouillardise et l’imposture » de Baleguel

Le Secrétaire général de l’Union des populations du Cameroun (Upc), a donné un point de presse hier pour stigmatiser le Congrès convoqué unilatéralement par Balguel Nkot le 11 septembre 2021 à Yaoundé.

Que non ! Ceux qui avaient pensé que l’Assemblée générale des cadres de l’Upc du 3 août dernier à Yaoundé allait faire l’unité du parti dont l’effigie porte le crabe, se sont lourdement trompé une énième fois. L’onction donnée à cette instance par le Dr. Simon Bolivar Njami Nwandi et Simon Mbilla, n’a pas suffi à exorciser le parti de ses vieux démons de la division. Le 3ème point et en partant toute la Déclaration s’en est allée en vrille avec la convocation d’un Congrès du parti par Baleguel Nkot pour le 11 septembre prochain.

Ce point de la Déclaration préconisait la mise en place de la Commission nationale de réorganisation et d’harmonisation consensuelle des structures de base de l’Upc avant la tenue d’un Congrès. Cette Déclaration aura vécue. Bapooh Lipot, le Secrétaire général de ce parti, n’a pas de mots assez durs pour qualifier le comportement de son adversaire politique, Baleguel Nkot. « Débrouillarde », « imposture », « escroquerie », politique. Face à cette situation, il appelle les militants upécistes à la vigilance tout en invitant les autorités administratives à prendre leur responsabilité pour que ce Congrès n’ait pas lieu.

« Nous avons l’information selon laquelle, ces groupuscules instrumentalisées sont dans les quartiers pour recruter les pseudo-délégués au Congrès contre des espèces sonnantes et usent de toutes les subterfuges possibles pour tromper la vigilance des autorités administratives afin de réaliser des postures dans l’Upc. Ils  vont jusqu’à imiter nos signatures en disant que nous avons signé tel papier, que nous avons été d’accord sur tel ou tel détail alors qu’ils ne nous ont jamais rencontré. Mais nous pouvons compter sur la vigilance de nos autorités pour mettre fin à la déstabilisation du Cameroun, à partir de la prise en otage de l’Upc par des extrémistes qui refusent le dialogue et s’attèlent à mobiliser la rue pour susciter un mouvement populaire et la mise entre parenthèse des institutions de la République. C’est de ça qu’il s’agit »,

martèle Bapooh Lipot, convaincu que son parti est désormais infiltré.

Pour lui ; il n’est pas question de donner l’opportunité à qui que ce soit, de faire de l’Upc un refuge, voire un instrument de déstabilisation de la République et ceux qui les incarnent. Le Cameroun d’aujourd’hui, a-t-il poursuivi, a besoin d’un Upc moderne qui parle le vocabulaire des relations internationales et maîtrise la grammaire du monde moderne. Cette Upc ne peut plus être le refuge des extrémistes, a-t-il martelé. Plus loin, il reconnaît que l’Upc légal sous sa direction, ne connait pas le congrès de l’imposture, illégitime et illégale convoqué ce 11 septembre 2021 à Yaoundé par le groupe Baleguel Nkot.

« Nous voulons dire que cela a été dénoncé par les plus hautes personnalités de notre parti en l’occurrence, Simon Njami Nwandi, qui du haut de ses 90 ans a dénoncé et a saisi les autorités afin que cette cabale ne prospère. Egalement l’ancien ministre  Simon Mbilla, l’a dénoncé et ne se reconnait pas dans la convocation d’un congrès illégal »,

s’offusque le patron de l’Upc tout en appelant à la vigilance de tous.

En découdre avec le régime Biya

L’alliance Rdpc-Upc, initié par Augustin Frédérique Kodock, serait au cœur des batailles politiques de l’heure. Même Robert Bapooh le reconnaît : 

«  Bapooh Lipot a su assumer les convictions du testament politique  d’Augustin Frédérique Kodock, assumer l’alliance politique Rdpc-Upc, assumer la fonction primordiale de l’Upc qui consiste à défendre viscéralement, même au prix de nos vies, la souveraineté du peuple camerounais, l’unité et les difficultés du Cameroun »,

confie-t-il avec engagement et détermination.

Il ne manque pas aussi d’indiquer que le parti dont il assume la légalité, n’est nullement concerné par le désordre orchestré par les groupuscules instrumentalisés pour semer la confusion et le doute dans les rangs des militants et sympathisants.

« Ce qui se passe dehors est un jeu des réseaux et des lobbies qui veulent déstabiliser le Cameroun et veulent avoir leur partie de l’Upc pour légitimer leur action de déstabilisation du Cameroun. L’Upc est infiltré par les officines extérieures et par les officines endogènes dans la bataille de ce qu’ils appellent le pouvoir pour le Cameroun de demain pour déstabiliser les institutions »,

flingue le dirigeant du parti historique camerounais.

Il va sans dire que Bapooh voit déjà que la tenue de ce Congrès peut être une menace à l’ordre public.

« Les troubles graves à l’ordre public peuvent en découler. Les Upécistes en ont marre. Les Upécistes ne veulent plus entendre du règne de l’imposture dans leur rang »,

prévient-il.

Il a poursuivi en indiquant qu’il y a bien évidemment, une instrumentalisation de certains groupes pris en otage pour déstabiliser l’Upc, parce que selon lui,  la déstabilisation de son parti conduit inéluctablement à la déstabilisation des institutions républicaines au Cameroun.

« Il y a donc une tentative de prise en otage de certains groupuscules qui refusent le dialogue, refusent la réconciliation, refusent tout consensus et convoquent de manière unilatérale un congrès auquel on ajoute les étiquettes pour flatter et confondre les militants, semer la confusion »,

relève l’homme fort de l’Upc avant de conclure que ses adversaires parlent congrès unitaire alors qu’en réalité, c’est une tromperie, c’est une mascarade, qui creusent encore les sillons de la divisions dans l’Upc.

Léopold DASSI NDJIDJOU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Usa > Tribute to Colin powell: It was true, of course, but he was far more than that

Years ago, when he was asked to reflect on his own life, General Colin Powell described hi…