Afrique LA UNE Société panorama 13 mai 2020 (0) (244)

Cameroun > Covid-19: Jean Claude Tsila veut sanctionner les violeurs des mesures barrières.

Partager

Le fait pour le gouvernement d’avoir décidé de l’assouplissement des mesures barrières contre le coronavirus le 30 avril dernier en décidant entre autres, de la réouverture des débits de boissons, des restaurants et autres espaces de loisirs après 18h, a laissé croire aux populations que le danger n’était plus à nos portes. Dans les rues, peu sont ceux qui continuent de respecter les mesures barrières pour éviter de contracter le virus. Nombreux sont ceux qui se pavanent en longueur de journée sans cache-nez bien même quand ils sont dans un espace public. Pour rappeler ses concitoyens à l’ordre notamment ceux qui vivent dans le département du Mfoundi, région du Centre, Jean Claude Tsila a rendu public un communiqué hier, 12 mai 2020 pour annoncer la phase répressive.

Tout en rappelant aux populations de la capitale que l’ensemble de ces mesures demeurent en vigueur, le préfet du département du Mfoundi les a informés de ce que des contrôles visant le respect de ces mesures débuteront le jeudi 14 mai 2020 (demain…Ndlr) sur l’ensemble du territoire de sa circonscription administrative,
s’effectueront sous la houlette des sous-préfets et des responsables locaux des forces de maintien de l’ordre. ”Ces contrôles visent aussi bien, les véhicules de transport en commun, les motos taxis que les débits de boissons et les lieux de culte”, indiqué t-il. Et d’ajouter ”aussi, tout véhicule de transport en commun ou toute moto surpris en marge du respect des mesures barrières (port du masque par le chauffeur et les clients) sera systématiquement conduit à la fourrière municipale”.

Il précise par ailleurs qu’il en sera de même des débits de boissons et des lieux de culte qui feront le cas échéant l’objet de fermeture temporaire. Quant aux habitants de la cité capitale réfractaires au port systématique du masque dans les lieux publics, le chef de commandement du Mfoundi rassure qu’ils seront juste interpellés et remis en liberté après avoir arboré le masque; ce qui veut dire que le mis en cause, ne devra verser aucun frais aux agents de police ou de gendarmerie pour obtenir sa libération. Il lui faudra simplement s’approprier un masque et l’arborer.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *