Home Politique Afrique Cameroun > Covidgate : L’audit n’a pas été improvisé
Afrique - 25 mai 2021

Cameroun > Covidgate : L’audit n’a pas été improvisé

C’est ce qu’Emmanuel Noubissie Ngankam nous apprend dans sa correspondance du 25 mai 2012.  

 […] personne ne devrait être surpris par le rapport d’audit de la Chambre des Comptes de la Cour Suprême.

écrit Emmanuel Noubissie Ngankam

A son avis, le Cameroun est ainsi rattrapé par les turpitudes de ses dirigeants qui ont décidé de faire de leur pays un ground zero. Après de difficiles négociations, le pays de Biya a été déclaré éligible le 04 mai 2020 au guichet de la Facilité de Crédit Rapide (Fcr). Le Fmi a attribué une dotation de 226 millions de dollars au Cameroun.

Noubissie Ngankam signale que l’accord pour l’allocation des fonds Covid était assorti d’un certain nombre d’engagements. Kristalina Georgieva a été stricte à l’endroit du gouvernement camerounais.

Les temps exceptionnels appellent des mesures exceptionnelles. Dépensez autant que vous le pouvez, mais conservez les reçus car nous voulons que la redevabilité et la transparence prévalent.

a-t-elle martelé

Dans sa correspondance du 28 avril 2020, Louis Paul Motaze a rassuré Kristalina Georgieva que l’aide financière reçue devait être utilisée aux fins prévues. Et ce, dans le strict respect des dispositions de la loi portant code de transparence et de bonne gouvernance dans la gestion des finances publiques au Cameroun. Le Cameroun s’est aussi engagé à publier un rapport semestriel sur la gestion des fonds Covid-19 et à commander, un audit indépendant des dépenses à la fin de l’exercice 2020 et à publier les résultats. Selon Noubissie Ngankam, il n’y aucune raison de se plaindre. Le Cameroun est aujourd’hui rattrapé par les turpitudes de ses dirigeants. Ceux-ci ont décidé de faire de leur pays un Ground Zero. Le Covidgate tombe d’autant plus mal que le Cameroun est en pleines négociations avec le Fmi, pour un nouveau programme qui s’avère être crucial pour le financement du budget 2021. 

 Plus généralement, si les dirigeants camerounais peuvent ruser avec la fortune publique comme c’est devenu la pratique, peuvent-ils ruser impunément avec ses partenaires notamment le Fmi dans le cas d’espèce ? 

S’interroge l’économiste.

Antoine Bivana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Minfi: Louis Paul Motaze suspend un agent

Par Antoine Bivana La décision fait actuellement les gorges chaudes au Minfi. « Monsi…