Home Politique Afrique Cameroun > Covidgate: le Fmi botte en touche le rapport de la chambre des comptes
Afrique - 24 mai 2021

Cameroun > Covidgate: le Fmi botte en touche le rapport de la chambre des comptes

Le Fonds monétaire internationale réclame un audit indépendant des fonds du Covid-19

Quelle que soit la durée de la nuit, le soleil finit toujours par se lever. Après tout le flou et le silence qui entouraient la gestion des fonds contre le coronavirus, place à présent à une visibilité plus claire et un grand bruit. C’est la chambre des comptes qui, après avoir réalisé une enquête préliminaire sur la gestion desdits fonds, a sonné le glas de l’opacité. Ceci, dans son rapport de 22 pages dressé en mars 2021 et dont copie a été largement répandu sur les réseaux sociaux ces derniers jours. Après avoir passé au scanner tous les ministères qui ont reçu une enveloppe pour la lutte contre le coronavirus, la chambre des comptes a, dans son rapport, fait des révélations fracassantes. Elle fait par exemple constater que les critères de sélection des prestataires et les conditions dans lesquelles les marchés spéciaux leur ont été attribués ont été inconnus de la chambre des comptes, ce qui traduit une certaine opacité. Tout comme elle souligne que l’acquisition des Équipements de protection individuelle (Épi) a causé un préjudice de 1 277 604 763 Fcfa à l’Etat du Cameroun. Car les engagements pour l’acquisition des Épi qui devaient être de 2 941 000 000 Fcfa ont été effectués à hauteur de plus 23 milliards Fcfa soit un surplus de plus de 20 milliards Fcfa. 

Par ailleurs, s’agissant du renforcement des mesures barrières, une activité budgétisée à 70 millions Fcfa mais au 31 décembre 2020, 383 593 505 FCFA avait été dépensé au profit de la société Accent média group attributaire de trois marchés. La chambre des comptes relève aussi l’absence d’objectivité du ministère du Commerce dans la validation de la proposition de prix faite par le Minsanté sur les tests de dépistage du Covid-19 car au lieu de 700 Fcfa, le Mincommerce a validé l’achat des tests à raison de 17 500 l’unité. Elle indique que concernant l’aménagement des centres de mise en quarantaine dans les logements sociaux, 7 centres seulement ont été réhabilités au lieu de 11 à Olembe et des commandes et prestations fictives enregistrées pour un montant de près de 134 millions Fcfa.

Elle révèle également que l’entreprise Yao pharm a reçu l’attribution du marché de livraison de 8 ambulances médicalisées alors que celle-ci ne figurait pas sur la liste des prestataires pré qualifiés. Dans le même ordre d’idée, l’acquisition des équipements médicaux de prise en charge des patients Covid-19 a été entourée d’une opacité. On note l’incohérence pour 2 prestataires entre domaines et sous domaines d’activité de la liste des prestataires retenus au fichier du Minsanté et les activités réelles déclarées au ministère du Commerce non sans oublier les 27 marchés non enregistrés pour un préjudice de plus de 75 millions Fcfa. 

180 milliards Fcfa


Sur la gestion de l’hygiène et l’assainissement des milieux ouverts au public, les marchés concernant Yaoundé ont été attribués à hauteur de 157 millions Fcfa aux Ets african distribution company société créée le 14 janvier 2020 et sans expérience des métiers de l’hygiène et de l’assainissement. Pour ce qui est de la production de la chloroquine et de l’azythromicyne, budgétisée à plus de 4 milliards Fcfa, le Minresi n’a pas lancé la fabrication locale mais l’acquisition en Inde de 5 millions de comprimés et collé des étiquettes du Cameroun dessus. Une commande contraire à la prescription du président de la République, Paul Biya. Par ailleurs, la chambre des comptes indique que le ministère de l’Education de base et le ministère de l’Élevage, des Pêches et des Industries Animales n’ont pas répondu à ses demandes.

Toutefois en attendant que la chambre des comptes boucle cette enquête puisqu’il peut y avoir de nouveaux rebondissements, elle relève 30 procédures de faute de gestion des responsables du ministère de la Santé et du ministère de la Recherche scientifique et recommande l’ouverture de 10 procédures concernant des faits susceptibles de constituer des infractions à la loi pénale. Pour le moment, alors que les différents ministres et départements ministériels qui ont reçu une partie des 180 milliards Fcfa du Fonds monétaire international, sont en cours d’audition au Tribunal criminel spécial pour le rapport final qu’on espère disponible d’ici peu, le Fmi réclame à présent un audit indépendant de la gestion desdits fonds. Comme quoi, le rapport de la chambre des comptes ne pourra être prise en compte. La relation entre le Cameroun et le Fmi bat de l’aile.

Rostand TCHAMI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Cameroon-info.net: Les activités aux arrêts

Par Antoine Bivana Les lecteurs du site d’information le plus lu du Cameroun, sont sevrés …