Home Politique Afrique Cameroun > Covidgate: Où est donc le rapport définitif de la Chambre des comptes
Afrique - 27 juin 2021

Cameroun > Covidgate: Où est donc le rapport définitif de la Chambre des comptes

Dans une sorte de rêverie, certains qui en veulent à Malachie Manaouda inventent le contenu du rapport définitif de la chambre des comptes de la cour suprême pour noyer les actions salutaires de modernisation de nos hôpitaux et la gestion réussie de la crise liée au Corona virus au cameroun.

Selon un le contenu d’un certain rapport en circulation en ce moment dans les réseaux sociaux, le ministre de la santé Manaouda Malachie est désigné comme le coupable idéalement choisit déjà  »coupables » le designe-t-on , et déja arguent -ils la juridiction requiert des poursuites judiciaires contre le ministre de la de la Santé.

Alors ce vendredi était attendu devant les députés de l’assemblee nationale la présentation du rapport définitif de la chambre des comptes selon les directives du chef de l’Etat, pour rendre la copie définitive de l’audit des 180 milliards de la dotation globale du Fonds spécial de solidarité nationale pour la lutte contre le coronavirus, partagés entre plusieurs départements ministériels.

En effet, il faut savoir qu’avant même la présentation dudit rapport devant l’assemblée nationale les rêveurs du cataclysme sur Malachie Manaouda avait déjà tôt fait de présenter au monde un rapport biaisé et qui présente leur principale cible comme celui à l’origine du détournement massif des 180 milliards alloués à la lutte contre le corona-virus au cameroun.

Alors que la présentation du rapport définitif de la Chambre des comptes de la Cour suprême relatif à la gestion des fonds alloués à la riposte nationale contre le Covid-19, etait encore attendue ce vendredi à l’Assemblée nationale, la mafia avait déjà d’après leurs sources très souvent douteuses incriminée Malachie Manaouda .

Sauf que, la présentation dudit rapport reportée à une date ultérieure, pour des raisons inconnues.Les journaleux de l’ombre vont tôt faire de dire que selon une source en service à la chambre basse du parlement, une « haute instruction » serait venue du Palais de l’Unité pour faire glisser la séance de ce jour. Informé de ce changement de dernière minute, le Secrétaire général de la chambre basse du parlement, Gaston Komba a piqué une colère verte. À en croire notre informateur, Gaston Komba a manifesté son courroux en soutenant que

« la présentation du rapport au Parlement est une prescription du Président de la République et de la loi des finances de 2018″. Il ajoute d’ailleurs que cette présentation du rapport obéit aux exigences du Code de transparence de 2018. »

Curiosité dans l’information rendue et qui accable déjà le ministre de la santé . la mafia fait lire que :

 »De leur côté, les magistrats de la Cour des comptes se disent surpris de ce changement et craignent que le rapport ne soit modifié avant d’être rendu public. Ils souhaitent d’ailleurs, révèle un haut magistrat de cette juridiction et qui a requis l’anonymat, que la publication dudit rapport se fasse tel que la loi le préconise. En scrutant le rapport définitif dont Le Messager a eu l’exclusivité de parcourir quelques pages, deux acteurs sont principalement visés par le rapport des magistrats : Malachie Manaouda, le ministre de la Santé, et Madeleine Tchuente, la ministre de la Recherche scientifique. »

Arguant même que  » La Cour des comptes requiert des poursuites judiciaires contre ces deux ministres. Manaouda Malachie avait déjà été auditionné le 19 mai dernier par les fins limiers du TCS dans son bureau, comme il est d’usage pour les ministres en fonction. C’est lui qui avait mis en place le groupe de travail chargé de l’attribution des marchés spéciaux et des lettres commandes spéciales. Ledit groupe de travail avait refusé de transmettre à la Chambre des comptes les copies des documents sur la base desquels ils sélectionnaient les prestataires et ceux stipulant les conditions dans lesquelles ces marchés avaient été attribués. Pourtant, les investigations des magistrats ont pu établir qu’une entreprise, Mediline Medical Cameroon Sa. (MMC SA), a bénéficié d’un quasi-monopole dans la fourniture d’équipements.
Madeleine Tchuente quant à elle, avait proposé et obtenu du chef de l’État la production locale de médicaments tels que la chloroquine et de l’azithromycine. Le projet fut budgétisé à hauteur de 4,05 milliards de Fcfa. Problème : l’Institut de recherche médicales et d’études des plantes médicinales (IMPM) n’a jamais été en capacité de produire ces médicaments. Pourtant, au 31 décembre 2020, un montant de 657 088 524 de Fcfa de dépenses avait déjà été exécuté au titre de cette activité que l’IMPM a présenté comme la fabrication au Cameroun de 5 millions de comprimés d’hydroxychloroquine. »

Un mélange choquant d’informations biaisées et puisées à très mauvaises sources qui révèlent l’acharnement monté de toute pièce contre le dynamique ministre de la santé dont la transparence dans la gestion de la crise au Cameroun est à saluer, La preuve en chiffre en ce qui concerne la crise elle même sur le terrain. Car il faut savoir que en ce moment , la plus grande préoccupation au Cameroun reste pour les personnes socialement de bas échelle, la garantie d’une sante.

Dans ce sens on aura tout fait d’élucter l’engagement du ministre Malachie Manaouda de la santé sur la question de la santé universelle pour tous , pour nous plonger à travers des affabulations grotesques et mensongères liées à la gestion des fonds covid-19 et dont on sait pertinemment la place et le rôle joué par le Premier ministre dans la gestion de ses fonds .

Les exemptés de la mafia …

 » Outre ces deux membres du gouvernement visés par le rapport, plusieurs autres ministres et assimilés sont concernés par ce rapport définitif. Parmi ceux qui s’en sortent sans grandes inquiétudes. »

Comment comprendre la fixation faites sur le Ministre Malachie Manaouda alors que le rapport dont ils auraient possession fait cas de bien autres ministre impliqués dans la gestion des fonds alloués à la lutte contre la Covid-19 au Cameroun ?

Il est pourtant mentionnés les cas, du ministre du Commerce Luc Magloire Mbarga Atangana et le ministre de l’Education de base Serge Laurent Étoundi Ngoa. Par contre, des fautes de gestion ont été retenues contre certains collaborateurs du ministre du Commerce. Il a également été recommandé l’ouverture de procédures concernant des faits susceptibles de constituer des infractions à la loi pénale contre trois hauts responsables de l’IMPM.
Aussi, des observations ont été faites contre le Premier ministre Joseph Dion Ngute et le ministre des Finances Louis Paul Motaze.

Le ministre de la santé objectivement dans le traitement de l’information sur cette affaire liée à la gestion des fonds alloués à la lutte contre le corona-virus au Cameroun serait sur le plan de la hiérarchisation de la information plus important que le premier ministre Dion Nguté et ou encore le ministre des finances Louis Paul Motaze ?

Allons donc comprendre , qui en veut au Ministre de la santé et pourquoi ?

Malachie Manaouda nommé ministre de la santé par le président de la République du Cameroun Paul Biya dérangerait certaines pontes du régime qui dans leurs quête violente du pouvoir voient en le jeune natif de mokolo et originaire de la partie septentrionale du Cameroun un potentiel adversaire .

Des calculs moribonds qui pestifèrent la vie et l’engagement du ministre à servir son pays . Tenez par exemple alors que le premier trimestre de l’année 2021 était annoncé comme le trimestre de réalisation et de mise en exploitation de la Couverture santé universelle (CSU) au Cameroun. … et alors que il était désormais question pour tous les résidents camerounais, expatriés, réfugiés indigents, de se faire enrôler afin d’être intégrés dans la base des données. Des réseaux ont tôt fait de tacler cette gigantesque opérations par des accusations lufoques et farfelues pour distraire les camerounais de l’essentiel et de l’important à savoir la santé pour tous , une des préoccupations majeures du ministre de la santé et du président de la République Paul Biya qui disait :

« Nous allons poursuivre nos efforts, afin de
faire bénéficier à nos populations des soins
de santé de qualité et accessibles à tous.
C’est dans cette optique que j’ai donné au
Gouvernement l’instruction de parachever
les réflexions relatives à la mise en place
progressive de la Couverture Santé
Universelle. »

Extrait du Discours du Chef de l’Etat, à la
nation, le 31 décembre 2017.

Lequel dans sa vision stratégique pour garantir un accès équitable aux soins de santé de qualité aux camerounais, initiait à travers le ministère de la santé un processus visant à doter notre pays, à terme, d’un système de couverture Santé Universelle. Car il faut préciser que la Couverture Santé Universelle occupe une place prioritaire dans l’agenda des Objectifs de Développement Durable définis en 2015 en son objectif 3, cible 8 qui stipule :

« Faire en sorte que chacun bénéficie d’une
assurance-santé, comprenant une protection
contre les risques financiers et donnant accès
à des services de santé essentiels de qualité et
à des médicaments et vaccins essentiels sûrs,
efficaces, de qualité et d’un coût abordable ».

Voici en effet le plus important en ce moment,que la distraction autour des supposées incriminations retenues contre le ministre de la santé foncièrement engagé lui dans un combat plus noble a savoir les soins de santé pour tous et des infrastructures de qualité avec des plateaux techniques adéquats pour toutes les formation hospitalières au cameroun.

C’est le cas depuis quelques jours de l’hôpital central de Yaoundé ,dont le relèvement du plateau technique est en action. Car il faut préciser cette formation hospitalière avec plus de 200 000 patients reçus par an et quelques 40 000 patients reçus en situation d’urgence, occupe une place de choix dans le dispositif sanitaire actuel alors qu’avant baignait dans une sorte d’oublie lancinante.

Un scanner de dernière génération vient d’être installé dans le service d’imagerie de la formation sanitaire à Yaoundé et inauguré puis mis en service par le Ministre de la Santé Publique. Tout en précisant que cet appareil de haute performance est capable de réaliser 128 coupes en une fraction de seconde, contrairement à celui ancien à 2 barrettes acquis en 2005.

Bien d’autres réalisations sont visibles sur le terrain mais qui n’interressent pas la mafia.

Armand Soussia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Incendie dans un appartement: Une femme enceinte et sa fillette calcinées

Par Gabrielle Mekoui Un début d’après-midi sombre pour la famille des victimes et les popu…