Home Politique Afrique Cameroun > Crise à l’Udc: Tomaïno Ndam Njoya recadre Sam Mbaka
Afrique - LA UNE - Politique - 11 mai 2020

Cameroun > Crise à l’Udc: Tomaïno Ndam Njoya recadre Sam Mbaka

Partager

C’est un euphémisme de dire que le départ du fondateur de l’Udc en plein mandat a créé un vide.
Le vide laissé par le rappel à Dieu du Dr Adamou Ndam Njoya au sein de l’Udc était réel car aucune disposition légale ne prévoyait le mécanisme de suppléance du président national jusqu’au terme de son mandat. L’opinion a récemment réagi en critiquant le choix porté sur Patricia Tomaïno Ndam Njoya, par ailleurs maire de Foumban et membre du Bureau politique, au détriment de Sam Mbaka, le 1er vice-président. Ce choix, précise l’édile de la ville des arts, s’est fait à l’unanimité par les membres du Bureau politique de ce parti présents aux assisses de Foumban en date du 24 avril dernier sous la conduite du 2ème vice-président de cette famille politique. Il n’a donc été nullement question d’un hold-up de la part de celle qui assure aujourd’hui la présidence par intérim jusqu’à la prochaine Convention qui aura lieu l’année prochaine. Elle marque son étonnement devant la polémique engendrée par ce choix. Le point d’orgue aura été sans conteste, la prétendue « la pétition lancée contre Sam Mbaka pour assurer l’intérim de la présidence. » Dans un contexte aussi délicat pour le parti avec le rappel à Dieu de son président, se demande-t-elle, l’était de santé de Sam Mbaka lui permettait-il de faire le déplacement de Douala à Foumban ? Il a répondu lui-même aux journalistes, précise-t-elle. Elle poursuit en se demandant si le parti allait attendre jusqu’à ce qu’il revienne à sa forme et pour quelle raison. Elle ferme la parenthèse des interrogations en confiant que « le Bureau politique savait pouvoir compter avec lui comme tous les autres responsables et militants à quelque niveau que ce soit, étant donné la délicatesse du contexte ». Il s’agit comme elle le dit « d’un recadrage qui s’impose pour s’éloigner de l’adversité destructrice afin que triomphent les énergies positives mobilisatrices de fraternité, de solidarité et d’unité dans la diversité ». C’est donc une sorte d’appel à tous de fumer le calumet de la paix.
Le dilemme du Bureau politique de l’Udc
Aux assises de Foumban du 24 dernier, Patricia Ndam Njoya indique qu’il y avait sur la table du Bureau plusieurs propositions. En premier lieu, il s’est agi de savoir s’il n’était pas loisible de tenir une Convention extraordinaire. Cette option, dit-elle, s’est avérée impossible dans le contexte de la crise sanitaire actuelle de Coronavirus avec les différentes mesures, de distanciation sociale à observer. En deuxième lieu, il y avait sur la table l’option de confier les choses aux mains du 1er vice-président jusqu’à la prochaine convention. C’est à ce niveau que tout s’est joué. D’une part, à l’Udc, seuls le Président national et le Conseil exécutif national sont les institutions élues par la Convention nationale, et qu’aucun mécanisme statutaire ne prévoit la suppléance du Président national jusqu’au terme de son mandat. D’autre part, « Sam Mbaka étant haut responsable au même titre que l’honorable Tomaïno Ndam Njoya, sa désignation a été évaluée, et, c’est sans doute à ce niveau que la décision a été interprétée de « pétition ». Le Bureau politique élargi a pris l’option de la désignation de l’honorable Tomaïno Ndam Njoya pour cette mission », conclut-elle sur la question. Pour expliciter la justesse de ses arguments, elle convoque les articles des Statuts et Règlement intérieur du parti. « Assisté dans l’accomplissement de sa mission par les Vice-présidents, le président national garant de l’unité du parti, convoque et préside les réunions du Conseil exécutifs national, du Bureau politique. II convoque la Convention nationale et veille à son déroulement jusqu’à l’élection du nouveau président », stipule l’article 21 des Statuts du parti. Par ailleurs, le Règlement intérieur est dans le même état d’esprit. « En application de l’article 20 des Statuts, la Convention nationale se réunit tous les 5 ans, sur convocation du président national, ou de l’un des vice-présidents par ordre de préséance en cas d’empêchement ou de défaillance. Elle peut être convoquée en session extraordinaire, par le président national, ou à la demande du Conseil exécutif national, ou des 2/3 des comités départementaux », et « Conformément l’article 21 des statuts, assisté dans l’accomplissement de sa mission par le Vice-président, le président national convoque et préside les réunions du Conseil exécutif national, du Bureau politique,… », élucident respectivement les articles 33 et 34. Par ailleurs, cette communication a été publiée le 8 mai dernier, le jour où le Dr Adamou Ndam Njoya aurait eu 78 ans.
Une délégation auprès de Sam Mbaka
Tout juste après la tenue des assises du 24 avril, on apprend qu’une délégation a été envoyée auprès du 1er vice-président du parti à Douala. Il s’est agi du maire de Foumbot ; de l’honorable Youmo Koupit Adamou ; de l’honorable Jiha Tankoua Odile, épouse Peyou ; Nsangou Mounde Issah et Nji Fouata Ibrahim. Cette délégation était chargée de « transmettre les souhaits de rétablissement les meilleurs du Bureau politique et aussi les vœux partagés de l’al 29 de l’Udc, 26 avril 1991-26 avril 2020 », tout comme « rendre compte des résolutions prises ainsi que le processus ayant rendu urgentes ces assises ». Elle devait aussi communiquer à Sam Mbaka, qu’en plus des différents « vides » relevés plus haut, il y a cette réalité au sein de l’Udc qui veut du que seul le président national soit habilité en ce qui concerne la représentation du parti, à se faire représenter en désignant un de ses collaborateurs à cet effet. Il était donc urgent, devrait expliciter la délégation au 1er Vice-président, de convoquer une réunion du Bureau politique pour s’y pencher afin de rassurer tout le monde. « Compte-tenu de l’indisponibilité de certains membres du Bureau politique, nous nous sommes retrouvés le plus tôt que nous avons pu, et le 2ème vice-président a conduit les travaux », devait en plus préciser la délégation auprès de Sam Mbaka. Pour terminer, la délégation devait lui rendre compte du choix porté sur Tomaïno Ndam Njoya pour conduire les affaires du parti jusqu’à la prochaine convention, ce qui a été « la résolution la plus réaliste et la plus appropriée » selon les termes du Secrétaire national à la communication du parti.


Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *