Afrique LA UNE Société panorama 26 octobre 2020 (0) (49)

Cameroun > Crise anglophone : Le maintien des Anglo dans un Etat unitaire est impossible

Partager

Cette boutade est de Dieudonné Essomba, qui vient de signer une chronique intitulée :

Crimes au NOSO : personne ne peut dire qu’il n’a pas été averti ! “

Dieudonné Essomba

 Des enfants massacrés ! De petits enfants, à l’intérieur d’une école ! Et face à cela, par quoi répond-on ? Des condamnations et des cris d’indignation ! Ces indignations et ces condamnations hyperboliques font quoi ? Elles ressuscitent les enfants ? Elles arrêtent les massacres ? Elles désarment les Amba Boys ?  ”

s’interroge Dieudonné Essomba.

Pour l’économiste, les condamnations ne servent à rien. Au fond, elles correspondent à ce que recherchent les responsables de ces abominables crimes. Ces criminels ne recherchent pas l’approbation de quiconque, mais la terreur et l’indignation. Ils savent bien qu’en tuant les écoliers, les Camerounais vont hurler leur horreur, mais ils n‘en ont cure, ou plus exactement, c’est même l’ampleur de la désapprobation qui les conforte dans l’efficacité de leur action et renforce leur détermination.

L’économiste Essomba précise l’usage de la force a plutôt envenimé la situation dans le NOSO « Moi, Nti ESSOMBA, je vous avais pourtant sévèrement mis en garde : vous ne pouvez pas mettre fin à la sécession anglophone par les moyens militaires, ”

déclare-t-il.

Les Anglophones représentent en effet trois caractéristiques, rendant leur maintien forcé dans un Etat unitaire radicalement impossible.

Ils ont vécu dans un Etat fédéré qui a été supprimé, ce qui développe une inextinguible nostalgie de leur liberté confisquée ; Ils représentent 20% de la population camerounaise, ce qui est excessif pour un contrôle unitaire ; Ils se sont unis aux Francophones sous l‘égide des Nations-Unies, ce qui donne à leur problème une dimension internationale [….] j‘avais également annoncé que la sécession anglophone va épuiser l’Etat et entrainer l’effondrement du régime de Biya “

argumente Dieudonné Essomba.

Nti Essomba précise que face à son analyse anthropologique et économique, des jeunes intellectuels sentant encore le lait de leur diplôme ont opposé des thèses farfelues et abracadabrantes sur l’Etat westphalien, monstre froid qui ne cède jamais, ainsi que d’autres concepts mystérieux qu’on lit dans les grimoires confectionnés par les Blancs.

 Les indignations et les condamnations, cela est bien beau, mais qu’est-ce que ça change ? Tout cela, c’est du vent qui n’a aucun impact ni sur la condition des enfants morts, ni sur la détermination des Amba Boys qui ne s’arrêteront pas! Je l’ai dit et je vais le redire, la crise sécessionniste anglophone, c‘est une affaire de 40 ans ! A quatre ans, nous ne sommes qu’au début. Nous ne sommes qu’au début des crimes et nous nous plaignons déjà ?  Nous n’avons encore rien vu ! Le pire est à venir”

prédit Nti Essomba.

Antoine Bivana


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *