Home Politique Afrique Cameroun > Crise Anglophone: Les avocats des détenus déposent déposent les robes
Afrique - Afrique - 16 novembre 2021

Cameroun > Crise Anglophone: Les avocats des détenus déposent déposent les robes

Cette décision est connue ce mardi 16 novembre 2021 à Yaoundé suite à un point de presse.

« L’objectif de notre rencontre avec la presse ce jour est d’annoncer que nous avons claqué la porte au tribunal militaire jusqu’à nouvel ordre »,

lance d’entrée de jeu Amungwa Tanyi Nicodemus et Pekum Emmanuel Ndenkeh, deux avocats chargés de la communication du Collectif de la défense de Sisiku Ayuk Tabe et des détenus de la crise anglophone.

Dans la foulée, ils ont annoncé qu’ils ont un certain nombre de griefs et de doléances qu’ils ont mis sur la table du côté du tribunal militaire. Si ces attentes ne sont satisfaites, ils ne mettront plus les pieds au tribunal militaire car disent-ils,  » ils ne peuvent plus continuer à accompagner leurs clients à l’abattoir comme des boeufs ». Nous continuons à dire, poursuivent-ils, que la prison n’est pas un magasin où on peut parquer les gens et on les fait sortir comme on veut.

Plus loin, ils indiquent que certains officiers de la  police judiciaire qui agissent pourtant sous serment, distraient  des pièces à conviction des dossiers de certains détenus.

‘Nous parlons preuve à l’appui. A ce sujet, il y a des dossiers en cours. Certains de nos clients, deux en l’occurrence ont été arrêtés depuis 2018, on a pris 500.000 FCFa aux deux, c’est bien écrit dans le procès verbal. Depuis lors, il n’y a pas de suite. Les gens sont assis sur les dossiers d’enquête ».

Un autre grief soulevé par le Collectif, est le respect des avocats engagés dans les procédures liés à la crise anglophone. Ils sont, indiquent-ils, considérés et parfois traités comme des Ambazoniens.

« Vous arrivez au Service central de recherches judiciaires du Secrétariat d’État à la Défense chargé de la gendarmerie (Sed)  et là, il y a comme un semblant d’accueil. C’est pathétique. Quand on y arrive, c’est parfois à 19h qu’on laisse l’avocat voir son client alors qu’il est là depuis 15 heures »,

reconnaît Me Amungwa Tanyi Nicodemus.

Ici, ajoute-t-il, les gendarmes veulent montrer au client que l’avocat ne vaut rien. Certains gendarmes, poursuit-il en colère, veulent montrer qu’ils peuvent tout faire, même le travail du militaire.

A côté de ceci, il y a la fameuse lettre de constitution. L’avocat entre dans un bureau avec son client et le juge lui demande la fameuse lettre, juste pour dénigrer l’avocat, pour dire au client qu’il n’est rien. Un autre point soulevé par les avocats, est le fait que le tribunal accuse leurs clients, à tort avouent-ils, de soutenir financièrement le « général  No pity », alors que ces derniers n’arrivent pas à s’alimenter.

Toutes ces raisons entre autres, fondent la décision du Collectif de se retirer des plaidoiries au Tribunal militaire jusqu’à nouvel ordre. Après les avocats du Mrc qui ont fait tomber récemment les robes dans la défense des détenus de ce parti politique suite aux marches blanches, voici les avocats de la crise anglophone qui suivent le pas, en attendant que la situation soit améliorée.

Léopold DASSI NDJIDJOU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Fête de la jeunesse: ce sera avec le défilé contrairement aux 2 dernières années.

L’annonce a été faite hier, 27 janvier 2022 au cours d’une conférence de presse conjointe,…