Home Opinion Politique Cameroun > Crise anglophone: Les Etats-Unis incontournables dans la résolution du conflit
Politique - 12 avril 2021

Cameroun > Crise anglophone: Les Etats-Unis incontournables dans la résolution du conflit

Une nouvelle lettre ouverte des députés Camerounais, adressée à la nouvelle Administration américaine, précisément au Secrétaire d’ Etat, équivalent au Cameroun du Ministre des Relations Extérieures, circule depuis le 11 avril 2021 sur les réseaux sociaux.

Le document de 05 pages qui ne porte pas les noms des députés signataires est dans le fond, une réponse à la lettre ouverte du 06 avril 2021 ,adressée à Anthony Blinken par un collectif d’organisations essentiellement de la société civile,y compris des institutions religieuses, basées aux Etats-Unis d’Amérique et qui portait sur la crise anglophone.

Dans leur courrier, les 11 organisations signataires, après avoir fait état d’une situation désespérée et préoccupante dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, affirment « croire fermement » que l’Administration Biden peut déployer des efforts pour mettre un terme au conflit qui secoue cette partie du Cameroun depuis octobre 2016.

Concrètement, elles demandent au Secrétaire d’Etat américain notamment : de nommer un Envoyé Spécial qui sera chargé de la résolution de la crise; d’utiliser l’influence des Etats-Unis pour pousser les protagonistes du conflit sur la table des négociations; d’initier la conclusion d’un cessez-le-feu immédiat entre les parties afin de faciliter le travail des humanitaires sur le terrain; de réclamer une enquête internationale des Nations Unies sur les allégations de massacres, atrocités et autres graves violations des droits de l’homme en lien avec le conflit, afin qu’il n’ y ait aucune impunité pour leurs auteurs; ou encore de mettre fin à la vente des armes ou de fournir toute assistance militaire au Gouvernement Camerounais, lesquels ont permis selon ces organisations, à l’armée régulière de commettre des atrocités sur des populations civiles.

Pour leur part, des députés Camerounais réfutent « les inexactitudes et contre-vérités » contenues dans la lettre ouverte des Ong et énumèrent la plupart des initiatives prises par le Gouvernement Camerounais pour résoudre la crise comme, l’organisation d’un Grand Dialogue National en 2019,puis l’adoption la même année du code général des collectivités territoriales décentralisées qui a permis l’organisation des premières élections régionales en 2020,et l’implémentation d’un statut spécial accordé aux régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

« Toutefois, nous continuons à solliciter l’appui et la collaboration des pays amis, afin d’enrayer les activités de certains membres de la diaspora camerounaise qui cherchent à destabiliser notre système politique à travers la désinformation »,

écrivent encore des députés Camerounais dans leur courrier.

Cependant le député de l’opposition, Jean Michel Nitcheu, élu du Social Democratic Front (SDF) dans le Wouri-Est, a fait savoir qu’il se désolidarise de la lettre de ces collègues adressée à Anthony Blinken.
Le 22 février 2021 des députés Camerounais avaient signé une pétition adressée au Président Américain Joe Biden relativement au rapatriement des Camerounais vivant en situation irrégulière aux Etats-Unis, en lien ou non avec la crise anglophone.

Cette déclaration était déjà une réponse à une autre pétition du Congrès des Etats-Unis adressée le 17 février 2021 par une quarantaine de membres du parlement américain à la nouvelle Administration Biden.

Des élus du Congrès demandaient dans leur pétition au Président des Etats-Unis et à son Secrétaire du Département à la Sécurité Intérieure, l’équivalent au Cameroun de Ministre de l’Administration Territoriale, de

« suspendre le rapatriement des Camerounais des Etats-Unis vers le Cameroun parce que les conditions au Cameroun continuent de s’aggraver alors que la violence continue et que la pandémie continue de faire des ravages sur la santé publique et l’économie. »

En réponse, des députés Camerounais ont exhorté leurs homologues,

« à faire en sorte que leur pays ne soit pas un refuge pour les auteurs de crimes et les financiers d’actes extrêmes. »

Comme on le voit, la bataille en vue de la résolution définitive de la crise anglophone au Cameroun s’accentue à l’international avec une grande sollicitation des Etats-Unis d’Amérique.

Les enjeux sont importants pour les différents camps, car c’est sous la précédente Administration démocrate, sous la présidence Obama qui avait fortement influencé la partition du Soudan, que le Soudan du Sud est devenu un Etat indépendant sur le continent africain.

Les Etats-Unis, les différentes parties le savent, demeurent le pays le plus puissant du monde. Car ils ont suivant la définition de la puissance dans les relations internationales donnée par Serge Sur, toutes les capacités : la capacité de faire, de faire faire, d’empêcher de faire et de refuser de faire.
C’est aussi le pays qui abrite le plus grand nombre des activistes de la diaspora accusés par le Gouvernement camerounais d’entretenir la crise dans les régions anglophones.

Les Etats-Unis ont au moins de ce fait, un rôle majeur à jouer dans la résolution de la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, à moins que les protagonistes du conflit réussissent à s’accorder sans d’eux ; ce qui relèverait au stade actuel d’un véritable miracle.

Eric Boniface Tchouakeu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Pédophilie, viol et contamination au VIH

Cameroun : L’abbé Emilien Messina interdit d‘exercice Par Atogo’togo Junior «Moi, Monseign…