Home Société Afrique Cameroun > Crise anglophone: Des officiers de l’armée reconnaissent qu’ils perdent du terrain
Afrique - 23 juillet 2021

Cameroun > Crise anglophone: Des officiers de l’armée reconnaissent qu’ils perdent du terrain

Qui sera le prochain ? Telle est aujourd’hui la question que se pose nombre d’Hommes en tenue affectés dans la zone anglophone au nom de la souveraineté de l’Etat.

Selon un officier supérieur :

«Nous perdons des éléments tous les jours à tel point que les soldats vivent dans la peur. Ce n’est pas une guerre conventionnelle donc tout le monde est susceptible d’être attaqué à tous moments. Regarde, tu vas au marché acheter des vivres avec tes collègues. Les gens vous regardent. Cela peut prendre des mois. Même si vous êtes en civil. Et un jour vous tombez dans une embuscade. Dans les bars on ne sait pas avec qui on boit donc même ton ami avec lequel tu as l’habitude de boire peut être ambazonien.»

C’est une situation très difficile. Combien de morts dans les rangs de l’armée camerounaise jusqu’ici : 300 confie une source au ministère de La Défense. Un autre commandant rétorque :

« ce n’est pas vrai c’est plus. Seulement depuis le déclenchement de la saison pluvieuse on ne compte plus on peut déjà avoir perdu 100 personnes »

En effet, la saison pluvieuse a été un catalyseur des pertes dans les rangs de l’armée. Le mauvais état des routes a entraîné un cataclysme au sein des forces de défense. « jamais nous n’avons connu un tel harcèlement de la part des ambazoniens et des pertes en vies humaines aussi importantes. Ça ne va pas » martèle un soldat dans un message. Dès qu’un convoi est bloqué il peut être attaqué à tous moments.

Une personne est cependant mise en cause y compris à Yaoundé: le général Nka Valere. Au delà du fait que des frictions sont apparues avec ses collaborateurs (d’autres officiers supérieurs) ce qui crée un climat de tension au sein du commandement militaire, sa stratégie est remise en colonel. Un colonel de retour de la zone anglophone affirme :

« C’est la saison pluvieuse. On aurait du changer de stratégie. Or jusqu’ici rien. On ne comprend pas pour Nka Valere poursuit avec la même stratégie de terrain comme si nous étions en saison sèche ». La déception gagne les rends de l’armée.

Cette déception affecte le moral. Au-delà du fait que beaucoup n’ont pas été relevés après avoir pourtant passés 1 an voir 2 pour certains, même les munitions pour se défendre manquent déjà. Car, il faut savoir que les attaques ambazoniennes s’accompagnent du vol des armes et des munitions. Un lieutenant-colonel affirme :

«quand on demande des munitions au ministère de La Défense, on nous dit que les marchés ont été passés mais n’ont pas encore été livrés ».

Autre problème : s’il est reconnu que Beti Assomo, le ministre de la defense ne donne pas les marchés aux membres de sa famille, il les donnent par contre à ses amis qui parfois n’ont aucune expertise dans le domaine des affaires militaires.

Joël Onana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Cinquantenaire de l’unité nationale en moins de 50 minutes: La nécessité de la réforme du format et du contenu.

Par Éric Boniface Tchouakeu A Yaoundé, la parade civile et militaire présidée par le Chef …