Home Société Afrique Cameroun > Crise Anglophone: Médecins Sans Frontières peut soigner les séparatistes
Afrique - 28 décembre 2021

Cameroun > Crise Anglophone: Médecins Sans Frontières peut soigner les séparatistes

C’est Jean Claude Mbédé Fouda qui l’affirme, dans son post Facebook de ce 28 décembre 2021.

Par Antoine Bivana

Le journaliste en exil ne passe par quatre chemins. « Donc, dans le cadre du Noso, je crois que Médecins Sans Frontières (Msf) peut et doit soigner même les “séparatistes” sans demander l’avis du gouvernement, » lance Jean Claude Mbédé Fouda. D’après l’expert en gestion des opérations humanitaires, en droit humanitaire international, la première exigence des organisations Internationales est d’opérer en toute neutralité. « Comme la Croix Rouge, les autres soignent toutes les parties en conflit sans informer qui que ce soit ni transmettre des informations de nature à “trahir” les autres”, » indique Mbédé Fouda.

Sa réaction fait suite aux accusations du Ministère de la Défense (Mindef). Selon le Mindef, dans l’après-midi du 25 décembre 2021, une patrouille de la Brigade territoriale de Gendarmerie de Tinto, Arrondissement de Upper-Bayang, Département de la Manyu, Région du Sud-Ouest, a eu un accrochage, lieu-dit Tinto avec deux dangereux terroristes, les nommés Mbu Prince,’ Tabe allas « générai Moving Star » et Besong Eugène alias « général Pa Lampat« J en opération de repérage pour boucler les préparatifs de l’attaque de cette brigade, programmée le jour-même.

Sérieusement atteints par balles lors de l’accrochage, les deux crapules ont trouvé refuge dans la forêt de Ntenmbang. C’est de cette position qu’ils ont, au petit matin du 26 décembre 2021, contacté Sieur Kale Mayur Milan, né le 30 janvier 1986 à Nagur, de nationalité indienne et responsable de l’antenne Médecins Sans Frontières (Msf) de Mamfe (via le numéro de téléphone mobile 672858153), pour négocier leur exfiltration du département de la Manyu à partir du village Ashum vers un centre de santé accessible.

C’est ainsi que l’ambulance de type Toyota Bi, immatriculée 1T 22791 et conduite par le nommé Ashu Dabinash Godlove, né le 6 avril 1981 à Bassa Njikwa, avec à bord l’infirmière Mewouo Marguerite Gerzande, sera dépêchée à Ashum pour l’exfiltration de ces terroristes. A l’arrivée de l’ambulance à Ashum, l’un des blessés, Besong Eugène alias Pa Lampat qui a succombé à ses blessures, avait déjà été inhumé par ses complices dans la forêt de Ntenmbang. Le survivant, Mem Princely Tabe alias « général Moving Star« , sera immédiatement pris en charge par l’équipe de Msf et l’évacuation décidée pour le Presbyter/an Medica! Institutions de Manyemen, communément appelé Manyemen Annex, Arrondissement de Nguti, Département du Koupé-Manengouba, région du Sud-Ouest.

Il convient de préciser qu’à aucun moment de cette opération d’exfiltration, Msf n’a notifié les autorités administratives de la Manyu, conformément aux protocoles opérationnels en vigueur validés d’accord parties. Médecins Sans Frontières s’est ainsi délibérément engagée dans une opération clandestine d’exfiltration et de couverture de terroristes, malgré les mises en garde répétées des autorités camerounaises. Le fugitif et ses complices de Msf seront stoppés au check point de Nguti aux environs de 09 heures dans la matinée du dimanche 26 décembre 2021.

Après les procédures d’identification usuelles, les premiers soins seront prodigués au terroriste Mbu Princely Tabe alias « général Moving Star » par les éléments de l’infirmerie du 6eme Bataillon d’Intervention Rapide de Nguti, avant son transfèrement aux bons soins des Forces de Défense et de Sécurité vers l’hôpital de district de Mamfe, pour prise en charge appropriée. Des premiers éléments de l’enquête en cours, iI ressort que l’infirmière de bord, dame Mewouo Marguerite aurait, et avec la couverture des responsables locaux de Msf, monté de toutes pièces une fausse fiche d’évacuation avec pour nom du patient « Ndip > Ben ».

La même fiche déclarait le patient non blessé par balles et plutôt en provenance de Mamfe. Par ailleurs, les divers documents de prise en charge du patient ne portent aucune signature. Il est ainsi établi que Médecins Sans Frontières entretient des relations étroites avec les terroristes opérant dans la région du Sud-Ouest, et engagerait suffisamment divers moyens pour faciliter leurs actions sanguinaires sur le terrain. Pour un retour définitif de la paix, il semble plus qu’opportun d’adresser plus clairement la nécessité de la présence de cette Ong dans les régions en crise sécuritaire au Cameroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

États-Unis > Fusillade: 2 morts, 3 blessés dans un marché de campagne dans le nord du comté de Harris

Avec HCSO Vers 13 heures, les députés ont répondu à une fusillade sur Airline Drive où plu…